Extension Factory Builder
29/01/2013 à 15:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats tunisiens sur un char dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne. Des soldats tunisiens sur un char dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne. © AFP

Dans le centre du pays, à Kasserine, deux agents des forces tunisiennes ont été blessés lors de heurts avec des jihadistes présumés dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 janvier. Des forces spéciales sont déployées depuis trois jours dans le pays pour sécuriser les installations pétrolières et gazières du grand sud tunisien, voisin de la Libye et de l'Algérie.

La sanglante prise d'otages d'In Amenas, en Algérie, inquiète les autorités tunisiennes. Depuis trois jours, des forces spéciales sont déployées dans le sud tunisien pour protéger des installations pétrolières et gazières du Sahara.

« Il s'agit de mesures de précaution », a confié à l'AFP une source sécuritaire de la région. Plusieurs sociétés énergétiques étrangères sont présentes en Tunisie, comme l'italien ENI, le franco-britannique Perenco, l'autrichien OMV - dans le cadre d'accords de partage de production avec le groupe public tunisien ETAP - et le canadien Winstar.

Ces mesures visent la prévention de toute attaque terroriste ciblant les champs (pétroliers et gaziers tunisiens), en particulier ceux situés à la frontière tuniso-algérienne, a aussi indiqué une source sécuritaire à l'agence officielle TAP.

Trafic d'armes

La prise d'otages près In Amenas, un site gazier algérien à la frontière libyenne et à 300 km au sud de la Tunisie, avait été menée mi-janvier par un commando islamiste, dont onze membres étaient des Tunisiens. Un Algérien et 37 étrangers avaient été tués, de même que 29 ravisseurs.

Le désert que se partagent la Libye, la Tunisie et l'Algérie est devenu une zone importante de trafic d'armes notamment à destination des groupes jihadistes dans le nord du Mali. Les trois pays ont signé à la mi-janvier un accord devant aboutir à un renforcement des contrôles et à une coopération accrue contre le trafic d'armes, de drogue, la traite des personnes et le terrorisme dans la région.

Par ailleurs, deux agents des forces tunisiennes ont été blessés lors d'échanges de tirs avec des jihadistes présumés dans la nuit de lundi à mardi à Kasserine (centre-ouest). Un haut responsable policier a indiqué, sous couvert de l'anonymat, que les hostilités avaient débuté lors d'une opération spéciale à Kasserine qui avait visé trois personnes appartenant à la mouvance salafiste jihadiste.

Les trois salafistes présumés ont pu prendre la fuite abandonnant un fusil d'assaut de type Kalachnikov.

L'ombre d'Aqmi

Alors que les forces spéciales appréhendaient l'un des suspects, ses deux complices ont ouvert le feu. Ils ont blessé deux agents, dont l'un grièvement à la jambe et à la hanche. Ce dernier a été hospitalisé à Tunis. Les trois salafistes présumés ont pu prendre la fuite abandonnant un fusil d'assaut de type Kalachnikov.

Des opérations de ratissage sont en cours dans la région pour les retrouver, selon la même source policière. Contacté par l'AFP, le ministère de l'Intérieur a refusé de commenter ces informations. Selon une source au sein de la garde nationale, s'exprimant aussi sous couvert d'anonymat, les trois salafistes présumés seraient liés au groupe que les forces tunisiennes ont pourchassé pendant une dizaine de jours, en décembre, dans la région de Kasserine, à la frontière algérienne.

À la fin de décembre, les autorités tunisiennes avaient annoncé l'arrestation dans cette zone de seize hommes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). DIx-huit individus sont toujours recherchés.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers