Extension Factory Builder
29/01/2013 à 15:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats tunisiens sur un char dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne. Des soldats tunisiens sur un char dans la région de Kasserine, près de la frontière algérienne. © AFP

Dans le centre du pays, à Kasserine, deux agents des forces tunisiennes ont été blessés lors de heurts avec des jihadistes présumés dans la nuit du lundi 28 au mardi 29 janvier. Des forces spéciales sont déployées depuis trois jours dans le pays pour sécuriser les installations pétrolières et gazières du grand sud tunisien, voisin de la Libye et de l'Algérie.

La sanglante prise d'otages d'In Amenas, en Algérie, inquiète les autorités tunisiennes. Depuis trois jours, des forces spéciales sont déployées dans le sud tunisien pour protéger des installations pétrolières et gazières du Sahara.

« Il s'agit de mesures de précaution », a confié à l'AFP une source sécuritaire de la région. Plusieurs sociétés énergétiques étrangères sont présentes en Tunisie, comme l'italien ENI, le franco-britannique Perenco, l'autrichien OMV - dans le cadre d'accords de partage de production avec le groupe public tunisien ETAP - et le canadien Winstar.

Ces mesures visent la prévention de toute attaque terroriste ciblant les champs (pétroliers et gaziers tunisiens), en particulier ceux situés à la frontière tuniso-algérienne, a aussi indiqué une source sécuritaire à l'agence officielle TAP.

Trafic d'armes

La prise d'otages près In Amenas, un site gazier algérien à la frontière libyenne et à 300 km au sud de la Tunisie, avait été menée mi-janvier par un commando islamiste, dont onze membres étaient des Tunisiens. Un Algérien et 37 étrangers avaient été tués, de même que 29 ravisseurs.

Le désert que se partagent la Libye, la Tunisie et l'Algérie est devenu une zone importante de trafic d'armes notamment à destination des groupes jihadistes dans le nord du Mali. Les trois pays ont signé à la mi-janvier un accord devant aboutir à un renforcement des contrôles et à une coopération accrue contre le trafic d'armes, de drogue, la traite des personnes et le terrorisme dans la région.

Par ailleurs, deux agents des forces tunisiennes ont été blessés lors d'échanges de tirs avec des jihadistes présumés dans la nuit de lundi à mardi à Kasserine (centre-ouest). Un haut responsable policier a indiqué, sous couvert de l'anonymat, que les hostilités avaient débuté lors d'une opération spéciale à Kasserine qui avait visé trois personnes appartenant à la mouvance salafiste jihadiste.

Les trois salafistes présumés ont pu prendre la fuite abandonnant un fusil d'assaut de type Kalachnikov.

L'ombre d'Aqmi

Alors que les forces spéciales appréhendaient l'un des suspects, ses deux complices ont ouvert le feu. Ils ont blessé deux agents, dont l'un grièvement à la jambe et à la hanche. Ce dernier a été hospitalisé à Tunis. Les trois salafistes présumés ont pu prendre la fuite abandonnant un fusil d'assaut de type Kalachnikov.

Des opérations de ratissage sont en cours dans la région pour les retrouver, selon la même source policière. Contacté par l'AFP, le ministère de l'Intérieur a refusé de commenter ces informations. Selon une source au sein de la garde nationale, s'exprimant aussi sous couvert d'anonymat, les trois salafistes présumés seraient liés au groupe que les forces tunisiennes ont pourchassé pendant une dizaine de jours, en décembre, dans la région de Kasserine, à la frontière algérienne.

À la fin de décembre, les autorités tunisiennes avaient annoncé l'arrestation dans cette zone de seize hommes liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). DIx-huit individus sont toujours recherchés.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130129143929 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130129143929 from 172.16.0.100