Extension Factory Builder
28/01/2013 à 17:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un hélicoptère Gazelle français revient de Tombouctou, sur la base de Sévaré, le 28 janvier. Un hélicoptère Gazelle français revient de Tombouctou, sur la base de Sévaré, le 28 janvier. © AFP

Les armées française et malienne ont pris le contrôle total de Tombouctou, lundi 28 janvier. La veille au soir, elles avaient déclenché une opération terrestre et aérienne, maîtrisant rapidement l'aéroport et les différents accès menant à la mythique "Cité aux 333 saints".

Mis à jour à 18h45.

Contrôlée depuis neuf mois par les islamistes radicaux, la ville de Tombouctou, dont le patrimoine a été saccagé au nom de la charia, a été reprise lundi 28 janvier par les militaires français et maliens. « Les armées malienne et française sont entrées lundi après-midi dans la ville de Tombouctou », cité mythique du nord du Mali qu'elles contrôlent désormais totalement, a appris l'AFP de sources concordantes.

« L'armée malienne et l'armée française contrôlent totalement la ville de Tombouctou. Tout est sous contrôle », a déclaré un colonel de l'armée malienne qui n'a pas souhaité être nommé. L'information a été confirmée depuis Bamako par le maire de Tombouctou, Hallé Ousmane, qui a déclaré que sa ville venait de tomber au mains des Français et des Maliens, qui contrôlent désormais la « Boucle du Niger », située entre les deux principales villes du Nord, Tombouctou et Gao.

 

La carte de l'intervention militaire internationale au Mali :

 


Afficher L'intervention militaire étrangère au Mali sur une carte plus grande

Manuscrits brûlés

Soldats français et maliens avaient pris dans la nuit de dimanche à lundi le contrôle de l'aéroport et des principaux accès à la ville avant d'y entrer. Les militaires ont opéré une manoeuvre conjointe, terrestre et aérienne (largage de parachutistes), pour prendre le contrôle des accès de Tombouctou, ville-phare de l'islam en Afrique subsaharienne, située à 900 km au nord-est de Bamako.

Avant l'arrivée des soldats des deux armées, les islamistes ont détruit de précieux manuscrits conservés depuis des siècles dans cette ville classée au patrimoine mondial de l'humanité. L'Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba, abritant entre 60 000 et 100 000 manuscrits, dont certains remontent à l'ère pré-islamique, a été incendié par les islamistes. Il s'agit d'un « véritable crime culturel », a dénoncé le maire de la ville, qui a été la capitale intellectuelle et spirituelle de l'islam en Afrique aux XVe et XVIe siècles.

De son côté, le président français François Hollande a estimé lundi que la France et ses partenaires africains étaient en train de gagner la bataille au Mali, et qu'il appartiendrait aux forces africaines de poursuivre les terroristes au nord du pays. « Nous sommes en train de gagner cette bataille, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'Élysée, confirmant la reprise de Gao et Tombouctou. La France n'a pas vocation à rester au Mali. En revanche, notre devoir c'est de faire en sorte que nous puissons permettre aux forces africaines de donner au Mali une stabilité durable ».

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Le Mali bénéficie cette année d'un quota de 9 000 pèlerins. À la différence du Sénégal, 90 % d'entre eux sont encadrés par des organismes [...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers