Extension Factory Builder
28/01/2013 à 12:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Oxfam se bat pour instaurer les bases d'un développement équitable et durable. Oxfam se bat pour instaurer les bases d'un développement équitable et durable. © DR

Faut-il limiter l'accumulation de capital ? Selon Oxfam, l'explosion du nombre de riches (en milliards de dollars) ces vingt dernières années expliquerait les difficultés à résoudre la crise mondiale et à éradiquer la pauvreté extrême.

Prendre aux riches pour donner aux pauvres ? L’idée n’est pas nouvelle mais elle reste, selon Oxfam, d'une brûlante actualité. Dans une note de presse publiée le 18 janvier intitulée Comment la richesse et les revenus extrêmes nous portent préjudice à tous, la confédération d’ONG analyse le coût économique et social de l’inégalité dans le monde.

Alors qu’une frange de plus en plus réduite de la population concentre toujours plus de richesses, les vertus d’une meilleure redistribution seraient, assure le document, de réduire la pauvreté, d’alimenter la demande, de stimuler l’activité et, au final, d’éviter, des explosions sociales un peu partout sur la planète…

Les chiffres cités à l’appui de cet argumentaire sont frappants. En 2012, le revenu des 100 personnes les plus riches du monde s’élevait à 240 milliards de dollars, assez pour éradiquer quatre fois la pauvreté extrême, affirme Oxfam. Coupables de favoriser spoliation et corruption, les paradis fiscaux abriteraient quant à eux 32 billions de dollars, soit un quart de la richesse mondiale. Leur fermeture pourrait générer un supplément de recettes fiscales de 189 milliards de dollars…

Croissance en berne

Publié au moment du Forum économique mondial de Davos, qui s’est tenu du 23 au 27 janvier, le document se nourrit de références institutionnelles (FMI, Banque Mondiale) et intellectuelles (les économistes Paul Krugman et Joseph Stiglitz). La démonstration d’Oxfam a pour but de prouver que la réduction de l’écart entre riches et pauvre est la solution à la croissance mondiale, en berne.

L’ONG appelle même à la fin de l’accumulation excessive de capital d’ici à 2025, la redistribution des richesses devant passer par le nivellement des fortunes excédant les 10 milliards de dollars. Car « les revenus du pourcent le plus riche ont connus une augmentation de 60% en vingt ans », s’alarment les auteurs de l’étude qui y voient un phénomène annonciateur de troubles sociaux.

Pays qui serait le plus concerné par ces menaces : l’Afrique du Sud, devenu la nation la plus inégalitaire au monde où « moins de 10 % de la population se partage près de 60% du revenu national », explique Oxfam. Et de conclure, alarmiste : « si rien n’est fait, un million de personnes supplémentaires seront poussées vers la pauvreté d’ici 2020 ».

________

Par Abdel Pitroipa (@AbdelPit)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

France : quand François Hollande oublie les 'tirailleurs'

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Carte : droit à l'avortement, l'Afrique entre tabou et désinformation

Dans la majorité des pays d’Afrique, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est soumise à des conditions tellement strictes que l'avortement clandestin demeure la règle. Avec toutes les[...]

Africa CEO Forum : "Les décideurs économiques doivent rassurer les politiques"

Comment faire émerger de grands groupes sur le continent ? Par l'investissement ou l'essor des échanges régionaux, notamment. Un thème au coeur d'une réunion à huis clos lors du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers