Extension Factory Builder
26/01/2013 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le premier ministre tunisien à Bruxelles en octobre. Le premier ministre tunisien à Bruxelles en octobre. © AFP

Les pourparlers sur le remaniement du gouvernement tunisien réclamé par la classe politique ont échoué, a déclaré samedi le Premier ministre, Hamadi Jebali, ajoutant que faute d'un consensus dans les prochains jours il soumettra l'équipe de son choix à la Constituante.

Les pourparlers sur le remaniement du gouvernement tunisien réclamé par la classe politique ont échoué, a déclaré samedi le Premier ministre Hamadi Jebali, ajoutant que faute d'un consensus dans les prochains jours il soumettra l'équipe de son choix à la Constituante.

"Nous ne sommes pas arrivés à un remaniement gouvernemental mais les négociations ont été positives", a assuré M. Jebali, dont le parti islamiste Ennahda dirige un gouvernement de coalition avec deux partis laïcs de centre-gauche, Ettakatol et le Congrès pour la République. "C'est mon devoir de Premier ministre de soumettre dans les jours à venir une liste des membres du gouvernement à l'Assemblée nationale constituante pour approbation", a-t-il indiqué, "j'espère arriver à un consensus, sinon je vais proposer la liste que je juge valable", a-t-il prévenu.

Le gouvernement avait indiqué vendredi que M. Jebali annoncerait samedi les résultats de longues consultations sur le remaniement réclamé par la classe politique après une série de crises et de vagues de violences en Tunisie, laissant entendre qu'un accord était en vue. Ennahda avait évoqué pour la première fois un remaniement "imminent" en juillet dernier afin d'élargir sa coalition.

Les consultations se sont accélérées sans aboutir après qu'un conflit social eut dégénéré fin novembre-début décembre en cinq jours d'affrontements à Siliana (sud-ouest de Tunis), faisant 300 blessés.

Les pourparlers ont toujours achoppé sur le refus des islamistes de céder des ministères régaliens, ce que réclame l'opposition mais aussi les partenaires au sein du gouvernement.
Ennahda refuse de limoger le ministre de l'Intérieur Ali Larayedh, critiqué en raison de la montée des violences politiques et sociales et de la menace salafiste, celui de la Justice, Nourredine Bhiri et le chef de la diplomatie, Rafik Abdessalem, au coeur d'un scandale de corruption.

La Tunisie est par ailleurs plongée, deux ans après la révolution de janvier 2011, dans une impasse politique, aucun compromis ne se dégageant à la Constituante sur la nouvelle loi fondamentale dont l'adoption permettra l'organisation de nouvelles élections.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
salah - 26/01/2013 à 18h:01

Ce sont les enfants de Ghannouchi. C'est lui qui le dit. [...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Tunisie

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Tunisie : Habib Essid a formé son gouvernement

Après de longues et complexes tractations avec les partis, Habib Essid, le nouveau chef de l’exécutif tunisien, a bouclé vendredi la composition de son gouvernement qu’il présentera[...]

Former le gouvernement tunisien, le casse-tête de Habib Essid

Nouveau chef de l'exécutif tunisien, Habib Essid continue de chercher la formule idéale pour son futur gouvernement, dont la composition doit être annoncée, selon des sources au sein de son [...]

CAN 2015 : la Tunisie assomme les Chipolopolos

Les Zambiens, longtemps dominateurs, ont ouvert le score par Emmanuel Mayuka à l'heure de jeu. Mais les Chipolopolos ont ensuite payé leurs occasions manquées. Résultat, c'est la Tunisie qui a[...]

Tunisie : Selma Elloumi recadrée par BCE

Selma Elloumi, députée de Nabeul, souhaitait abandonner son mandat parlementaire pour devenir conseillère du président tunisien Béji Caïd Essebsi. Qui n'a pas apprécié.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, l'éminence grise de BCE

Nommé début janvier conseiller spécial du président tunisien avec rang de ministre, en charge des affaires politiques, Mohsen Marzouk fait désormais partie du cercle de confiance de Béji[...]

CAN 2015 : La Tunisie déçoit face au Cap-Vert

Dans le deuxième match du groupe B, la Tunisie a été surprise par les Cap-Verdiens qui ont égalisé sur un penalty litigieux (1-1). Les Aigles de Carthage devront hausser leur niveau de jeu pour[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Tunisie : pour Z, caricaturiste, "la liberté l'emporte sur la sécurité"

Pour le caricaturiste tunisien Z, contraint à l'anonymat, "Charlie Hebdo" a eu raison de ne "pas s'incliner, de montrer que l'impertinence survivra", comme ils l'ont fait en dessinant de nouveau le[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130126165249 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130126165249 from 172.16.0.100