Extension Factory Builder
27/01/2013 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Maroc n'a pu se défaire du Cap-Vert. Le Maroc n'a pu se défaire du Cap-Vert. © AFP

Avec seulement deux points en deux rencontres, le Maroc pourrait quitter la CAN 2013 en cas de défaite ou même de match nul face à l’Afrique du Sud dimanche à Durban, alors que le Cap Vert et l’Angola, toujours en course pour la qualification, s’affronteront à Port Elizabeth.

Il ne fallait pas forcément attendre des miracles du Maroc lors de cette CAN Orange 2013. Qualifiés in extremis face au Mozambique (0-2, 4-0),dix mois après une CAN 2012 soldée au soir du premier tour, les Lions de l’Atlas ne font plus peur à grand monde en Afrique, dont ils ont déserté l’élite. Leurs deux premiers matches face à l’Angola (0-0, le 19 janvier) et le Cap Vert (1-1, le 23 janvier) sont dans la lignée de ce que les Marocains proposent depuis 2004 et leur finale perdue à Radès face à la Tunisie (1-2). Et l’image renvoyée par l’équipe de Rachid Taoussi face à ses deux adversaires lusophones,  qui ne sont pourtant pas des terreurs, n’a pas enthousiasmé ses plus fidèles suiveurs, lesquels attendent avec un mélange d’impatience et de crainte le rendez-vous décisif avec les Sud-africains.

Ouaddou : "Il faudra prendre des risques"

Abdeslam Ouaddou (34 ans), qui a porté le maillot du Maroc à 68 reprises, avoue ne pas avoir passé les deux soirées les plus exaltantes de sa vie. « Ce n’était pas très intéressant », admet le vice-champion d’Afrique 2004, aujourd’hui au Mans (Ligue 2 française). « En fait, cela manquait de mouvement, de vivacité. Ok, défensivement, l’équipe est assez solide. Mais devant, il ne se passe pas grand-chose. On voit que cela manque deliant entre les lignes. C’est dommage, car il y a une certaine qualité dans cette équipe. Et si elle veut obtenir un résultat face à l’Afrique du Sud, il va falloir qu’elle propose autre chose… » Mercredi dernier, les Nord-africains ont même évité une catastrophe industrielle contre le Cap-Vert,grâce à une égalisation tardive d’El-Arabi. « Même si depuis des années, les résultats sont moins bons, il y a encore beaucoup d’attente et de pression autour de la sélection », reprend Ouaddou. « Elle est capable debattre l’Afrique du Sud. Mais il faudra qu’elle prenne des risques… »

Et dans l’hypothèse d’une quatrième élimination consécutive au premier tour (2006, 2008 et 2012, le Maroc ne s’étant pas qualifié en 2010), le quotidien de Rachid Taoussi pourrait sérieusement se compliquer. Le successeur d’Eric Gerets, en ne convoquant pas Marouane Chamakh, Houcine Kharja, Mbarek Boussoufa pour des raisons sportives et Adel Taarabt, présenté comme un élément perturbateur, s’est privé de joueurs expérimentés. « S’il avait deux points de plus avant ce match contre le pays organisateur, on ne se poserait pas la question. Taoussi a faitses choix, et il faut les respecter. Mais je sais comment cela se passe au Maroc : si l’équipe est éliminée, il risque d’en entendre parler. » Et dans le royaume chérifien, qui accueillera la CAN 2015, cela pourrait vite grimper dans les décibels…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi Gumbonzva[...]

CAN 2015 : chapeau, Malabo !

Organisée dans l'urgence, la compétition a connu quelques ratés au démarrage. Témoignages d'entraîneurs, qui saluent finalement "l'exploit" de la Guinée[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130125194312 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130125194312 from 172.16.0.100