Extension Factory Builder
27/01/2013 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Maroc n'a pu se défaire du Cap-Vert. Le Maroc n'a pu se défaire du Cap-Vert. © AFP

Avec seulement deux points en deux rencontres, le Maroc pourrait quitter la CAN 2013 en cas de défaite ou même de match nul face à l’Afrique du Sud dimanche à Durban, alors que le Cap Vert et l’Angola, toujours en course pour la qualification, s’affronteront à Port Elizabeth.

Il ne fallait pas forcément attendre des miracles du Maroc lors de cette CAN Orange 2013. Qualifiés in extremis face au Mozambique (0-2, 4-0),dix mois après une CAN 2012 soldée au soir du premier tour, les Lions de l’Atlas ne font plus peur à grand monde en Afrique, dont ils ont déserté l’élite. Leurs deux premiers matches face à l’Angola (0-0, le 19 janvier) et le Cap Vert (1-1, le 23 janvier) sont dans la lignée de ce que les Marocains proposent depuis 2004 et leur finale perdue à Radès face à la Tunisie (1-2). Et l’image renvoyée par l’équipe de Rachid Taoussi face à ses deux adversaires lusophones,  qui ne sont pourtant pas des terreurs, n’a pas enthousiasmé ses plus fidèles suiveurs, lesquels attendent avec un mélange d’impatience et de crainte le rendez-vous décisif avec les Sud-africains.

Ouaddou : "Il faudra prendre des risques"

Abdeslam Ouaddou (34 ans), qui a porté le maillot du Maroc à 68 reprises, avoue ne pas avoir passé les deux soirées les plus exaltantes de sa vie. « Ce n’était pas très intéressant », admet le vice-champion d’Afrique 2004, aujourd’hui au Mans (Ligue 2 française). « En fait, cela manquait de mouvement, de vivacité. Ok, défensivement, l’équipe est assez solide. Mais devant, il ne se passe pas grand-chose. On voit que cela manque deliant entre les lignes. C’est dommage, car il y a une certaine qualité dans cette équipe. Et si elle veut obtenir un résultat face à l’Afrique du Sud, il va falloir qu’elle propose autre chose… » Mercredi dernier, les Nord-africains ont même évité une catastrophe industrielle contre le Cap-Vert,grâce à une égalisation tardive d’El-Arabi. « Même si depuis des années, les résultats sont moins bons, il y a encore beaucoup d’attente et de pression autour de la sélection », reprend Ouaddou. « Elle est capable debattre l’Afrique du Sud. Mais il faudra qu’elle prenne des risques… »

Et dans l’hypothèse d’une quatrième élimination consécutive au premier tour (2006, 2008 et 2012, le Maroc ne s’étant pas qualifié en 2010), le quotidien de Rachid Taoussi pourrait sérieusement se compliquer. Le successeur d’Eric Gerets, en ne convoquant pas Marouane Chamakh, Houcine Kharja, Mbarek Boussoufa pour des raisons sportives et Adel Taarabt, présenté comme un élément perturbateur, s’est privé de joueurs expérimentés. « S’il avait deux points de plus avant ce match contre le pays organisateur, on ne se poserait pas la question. Taoussi a faitses choix, et il faut les respecter. Mais je sais comment cela se passe au Maroc : si l’équipe est éliminée, il risque d’en entendre parler. » Et dans le royaume chérifien, qui accueillera la CAN 2015, cela pourrait vite grimper dans les décibels…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers