Extension Factory Builder
25/01/2013 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L’acteur marocain, Mohamed Majd. L’acteur marocain, Mohamed Majd. © AFP

Disparu à l’âge de 73 ans, l’acteur laisse l’empreinte d’un géant dans un cinéma marocain en pleine croissance. Loin encore du star-système.

Dans Zéro, le dernier long-métrage de Nour-Eddine Lakhmari, il incarnait Abbas, un vieillard cruel et attendrissant. Le film, actuellement à l’affiche dans le royaume chérifien, est un bon condensé du nouveau cinéma marocain, avec ses audaces et ses défauts. Venu comme beaucoup de ses compères du monde du théâtre, Mohamed Majd a d’abord fait ses preuves à la télévision dès les années 1960, avant d’entrer dans les carnets des directeurs de casting au moment où le Maroc commence à accueillir des productions étrangères. Suivront de longues années de vaches maigres pendant lesquelles Mohamed Majd a longtemps été confiné aux seconds rôles, notamment dans le péplum islamique Le Message, du Syrien Mustapha Akkad (1977), ou dans Les Mille et Une Nuits, de Philippe de Broca (1990). Découvert sur le tard par les réalisateurs marocains, Mohamed Majd crève l’écran dans Ali Zaoua, prince de la rue, de Nabyl Ayouch, film phare du début des années 2000. Un de ces coups de gueule qui lancent une génération. « Il était malheureux d’être cantonné dans des rôles de comparse avant Ali Zaoua, se souvient Ayouch. Son intelligence et sa finesse sautaient aux yeux et il excellait également dans la comédie. Il prenait beaucoup de distance avec le métier. »

Générosité

L’enfant du quartier populaire de Derb Soltane, à Casablanca, qui a côtoyé les troupes de Tayeb Saddiki ou du groupe Jil Jilala, était un homme simple et généreux qui a tourné avec toute la nouvelle vague du septième art marocain : Faouzi Bensaïdi (Mille Mois), Ismaël Ferroukhi (Le Grand Voyage), Daoud Aoulad Syad (Le Cheval de vent et En attendant Pasolini). Ce dernier évoque « une grande perte », mais se méfie des hommages posthumes : « Je le remercierai quand on se retrouvera là-haut ! » Ces dernières années, Majd a fait quelques apparitions dans des grosses productions tournées au Maroc comme La Source des femmes, de Radu Mihaileanu, ou Syriana, de Stephen Gaghan (avec George Clooney et Matt Damon). Mais ceux qui partageaient son quotidien décrivent un homme pudique, peu expansif. Un ami proche confie : « Même quand ça ne tournait pas fort, on ne l’entendait jamais se plaindre. Il était finalement très discret, loin de la vie prêtée aux gens du cinéma. » Simplement parce qu’il n’a jamais été une star dans un paysage artistique précaire, où les grands sont ceux qui donnent avant de recevoir.

________

Youssef Aït Akdim

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex