Extension Factory Builder
25/01/2013 à 18:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien chanpion de football, Lilian Thuram. L'ancien chanpion de football, Lilian Thuram. © AFP

Dans le débat qui divise aujourd’hui la société française, il a choisi son camp. L’ancien footballeur international français Lilian Thuram soutient le projet de loi du mariage pour tous. Entretien.

Jeune Afrique : quel est votre opinion sur le projet de loi du mariage pour tous ?

Lilian Thuram* : en tant que Français et Antillais, je suis pour l’égalité des droits. Je n'oublie pas que notre société a refusé pendant des siècles de reconnaître l'égalité des droits aux Noirs et aux femmes. Ces personnes, qui étaient vues comme différentes et inférieures, subissaient d’un côté le racisme, de l’autre le sexisme. Avec la question du mariage pour tous, il s’agit du même raisonnement : on refuse l'égalité des droits à des femmes et à des hommes parce qu’ils sont homosexuels. Cela s’appelle de l’homophobie. Même si je conçois qu’il est très difficile pour certaines personnes de regarder cette vérité en face et de se considérer comme homophobes.

Votre position est-elle la même au sujet de l’homoparentalité ?

L’argument  selon lequel « un enfant a besoin d’un père et d’une mère » me fait bien rire. J’ai été élevé par une mère, sans père. Nous étions cinq enfants. Qu’est-ce que ce genre d’argumentation implique pour les personnes comme moi et pour tous les enfants de famille monoparentale ?

Comment expliquez-vous que ce projet de loi ait provoqué une telle levée de boucliers ?

Il y a, de mon point de vue, un problème dans la façon dont est abordé le sujet en France. Avec ce projet de loi, nous parlons du mariage civil au sein d'une société laïque, qui doit donc veiller à l’égalité de tous ses citoyens. Or, beaucoup des opposants au projet sont dans le réflexe et le conditionnement religieux... C'est tout de même assez incroyable que les institutions religieuses soient dans l'incapacité de penser l’égalité pour tous. À ce propos, on peut s'interroger sur le positionnement de l’église catholique, qui est en première ligne dans ce débat, au cours de l'histoire : quelles ont été ses positions pendant l’esclavage, face au nazisme, pendant la colonisation ou encore dans le combat des femmes pour l’égalité ?

On s'aperçoit ainsi que l’église n’est peut-être pas la mieux placée pour parler d’égalité. Ce n’est pas une critique, mais un constat. Je pense que c’est aussi pour cela qu’il faut préserver cette société laïque, qui pense l’égalité pour tous, en dehors du cadre religieux. 

________

Propos recueillis par Haby Niakate

* Lilian Thuram est aujourd’hui président de la Fondation Lilian Thuram-Education contre le racisme

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130125174821 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130125174821 from 172.16.0.100