Extension Factory Builder
25/01/2013 à 13:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des jihadistes en août, à Gao, dans le Nord-Mali. Des jihadistes en août, à Gao, dans le Nord-Mali. © Reuters

Pour tenter de freiner la force africaine en cours de déploiement au Nord-Mali, des jihadistes on dynamité le pont de Tassiga, à la frontière nigérienne, dans la nuit de jeudi à vendredi 25 janvier. Ils pourraient tenter de s'en prendre à d'autres infrastructures de même nature, alors que la force franco-malienne progresse vers Gao et Tombouctou.

Mis à jour à 15h18.

Dans toute guerre, même asymétrique, les infrastructures sont des points particulièrement sensibles pour les armées les mieux équipées. Ce qu’ont très bien compris les jihadistes qui viennent de dynamiter dans la nuit de jeudi à vendredi le pont stratégique de Tassiga, à 60 kilomètres de la frontière nigérienne. « Personne ne peut plus passer pour aller au Niger, ou venir vers Gao », a déclaré Abdou Maïga, propriétaire de camions de transports. Un témoignage confirmé par une source nigérienne de sécurité.

Le sabotage a pour but de ralentir les soldats tchadiens et nigériens de la force africaine en cours de déploiement à la frontière nigérienne, en visant une des routes qu’ils pourraient emprunter vers le Nord-Mali. Les islamistes pourraient continuer leurs sabotages, ce qui serait une calamité pour l’économie de la région. « Après le pont de Tassiga, j'ai une crainte, que les islamistes détruisent le pont de Wabaria de Gao [Inauguré en 2006, NDLR]. Ils sont fous, et ils peuvent le faire », a commenté un élu de la région. La destruction du pont de tassiga pourrait aussi constituer des représailles de la part des jihadistes. Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'aviation française a bombardé des positions islamistes à Ansongo, à 40 km de Tassiga, sur la route menant à Gao.

Hombori reprise

Dans le même temps, la force franco-malienne poursuit sa progression vers le nord du pays. Selon des sources concordantes, la ville de Hombori a été reprise. « Les militaires maliens et français sont à Hombori. Ils assurent la sécurité de Hombori. Il n'y a plus d'islamistes sur place », a expliqué un enseignant de la ville, située à 920 km de Bamako.

« Après leur patrouille dans la région, les Maliens et les Français assurent actuellement la sécurité de la ville. Nous sommes vraiment en paix maintenant », a témoigné un autre habitant. Selon une source malienne de sécurité, les soldats français et maliens doivent désormais poursuivre leur progression vers Gao, à un peu plus de 200 km à l'ouest. « Nos objectifs sont respectés. Nous contrôlons désormais Hombori. Les troupes présentes à Hombori visent maintenant Gao », a-t-elle indiqué.

Parallèlement, la force de l’opération Serval, qui a repris lundi la ville de Diabali (400 km à l'ouest de Bamako) aux islamistes, vont se diriger vers Léré, plus au nord, dans le but de prendre le contrôle de Tombouctou, selon cette même source de sécurité.

 

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un attentat-su[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Faut-il avoir peur du retour de la grippe aviaire en Afrique de l'Ouest ?

L'Afrique de l'Ouest est sur un pied d'alerte depuis que le Burkina Faso a déclaré début avril une épidémie de grippe aviaire sur son territoire. Le virus H5N1, hautement pathogène,[...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Mali : ce qu'il faut savoir de la libération de l'otage néerlandais Sjaak Rijke

Le Néerlandais Sjaak Rijke, retenu en otage par le groupe islamiste Aqmi depuis novembre 2011, a été libéré lundi à l'aube lors d'une opération des forces spéciales[...]

Un otage néerlandais libéré par l'armée française au Mali

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais détenu par le groupe islamiste Aqmi lors d'une opération lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130125125524 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130125125524 from 172.16.0.100