Extension Factory Builder
23/01/2013 à 17:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hamida Al Filali brandit le portrait de sa soeur lors d'une manifestation l'an dernier. Hamida Al Filali brandit le portrait de sa soeur lors d'une manifestation l'an dernier. © AFP

Au Maroc, un violeur peut échapper à la prison s'il consent à épouser sa victime. Une incongruité du code pénal dont l'abrogation est imminente.

Les Marocaines auront peut-être de quoi se réjouir : si les parlementaires vont de l'avant, l'article 475 du code pénal permettant à un violeur d'éviter la prison s'il épouse sa victime devrait être abrogé. Le gouvernement islamiste a indiqué, lundi 21 janvier, soutenir cette réforme.

Il a même été plus loin, faisant savoir dans un communiqué de presse que des peines plus lourdes seraient bientôt appliquées pour les violeurs, allant jusqu'à 30 ans d'emprisonnement contre cinq actuellement. « Ces amendements sont de nature à garantir la protection nécessaire des mineurs contre toutes les agressions sexuelles », a commenté mardi le ministre marocain de la Justice, Mustapha Ramid.

Cette annonce vient s'ajouter à d'autres mesures pour améliorer la condition de la femme au Maroc, alors que le Parlement avait adopté, l'an dernier, une nouvelle Constitution intégrant explicitement l'égalité des hommes et des femmes en matière de droits et libertés. L'article 19 de la Constitution mentionnait par ailleurs que le gouvernement marocain s'affairait à établir la parité homme-femme au sein de la société. Par ailleurs, le royaume avait adopté une nouvelle mouture du code de la famille (Moudawana) dès 2004, imposant un cadre très strict à la polygamie.

Faits divers

La partie est toutefois loin d'être gagnée, le nombre de mariages de mineures ayant bondi ces dernières années, à l'instar du nombre de cas de violences faites aux femmes. Selon des statistiques rapportées par le journal Le Soir Echos, le nombre de jeunes filles mineures mariées est passé de 29 847, en 2008, contre plus de 34 000 deux ans plus tard, en 2010. Et six millions de Marocaines seraient victimes de violences physiques ou verbales, dont plus de la moitié dans le cadre conjugal, d'après les données de l'unique femme au gouvernement islamiste, la ministre de tutelle, Bassima Hakkaoui.

Plusieurs faits divers tragiques ont récemment provoqué une vive émotion. Encore la semaine dernière, le député Hassif Arif, accusé de viol, a été acquitté au grand dam de la société civile. La plaignante affirme avoir accouché d'un enfant à la suite de son agression. Et elle a été placée derrière les barreaux pour outrage au magistrat. La jeune-femme se serait emportée contre le juge à la lecture du verdict, le 18 janvier.

Un long chemin

Le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Driss El Yazami, a prévenu que les avancées prévues devraient s'accompagner d'une démarche appropriée pour parvenir à la parité. « Toute avancée est à souligner, mais la question n'est pas simplement d'affirmer le principe de parité. [...] Il faut plutôt comment on va vers la parité », a-t-il plaidé, ajoutant qu'outre les percées judiciaires, il faudrait aussi compter sur un énorme travail d'éducation et de changement des mentalités auprès de la population.

Les premières manifestations en faveur de l'abrogation de la loi sur le mariage entre un violeur et sa victime remontent à l'an dernier, alors que le Maroc était sous le choc du suicide d'une adolescente de 16 ans, mariée de force à l'homme qui l'avait violée. La jeune Amina el Filali s'était donnée la mort en mars 2012, créant une vague de protestations contre une loi accusée de protéger davantage le criminel que la victime.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Bilal - 24/01/2013 à 23h:01

Lamentable!!! Pauvre femme ...[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Maroc

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Diaporama : les 15 leaders religieux africains les plus influents

Qu'ils soient animistes, chrétiens ou musulmans, les leaders religieux du continent possèdent souvent une influence considérable sur les plans politique et économique. Connaissez vous les plus important[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

"Bodybuilder" : surprenant Roschdy Zem !

Jamais là où on l'attend, avec "Bodybuilder", l'acteur réalise un troisième film attachant. Et aborde avec originalité l'univers du culturisme et les relations père-fils.[...]

Maroc : Bouchta Charef lâché par son épouse

L'épouse de Bouchta Charef, célèbre jihadiste marocain détenu à Tétouan, a livré un témoignage remettant en cause les accusations de mauvais traitements portées par[...]

Le Maroc boude le blé français

La France, qui a fourni en 2013 près de 70 % des importations de blé du Maroc en blé devrait voir sa part de marché descendre cette année à 20 %. Explications.[...]

Vilains barbus et belles barbantes

Au cliché des arabes jihadistes, les belles orientales opposent des concours de Miss toujours plus nombreux. Avec plus ou moins de pertinence…[...]

Maroc : Farid Belkahia, dernier trait de pinceau

Le doyen de l'art moderne marocain, Farid Belkahia, est décédé jeudi 25 septembre à l'âge de 80 ans. Hommage à l'artiste, au voyageur, au sculpteur et au militant...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers