Extension Factory Builder
23/01/2013 à 17:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hamida Al Filali brandit le portrait de sa soeur lors d'une manifestation l'an dernier. Hamida Al Filali brandit le portrait de sa soeur lors d'une manifestation l'an dernier. © AFP

Au Maroc, un violeur peut échapper à la prison s'il consent à épouser sa victime. Une incongruité du code pénal dont l'abrogation est imminente.

Les Marocaines auront peut-être de quoi se réjouir : si les parlementaires vont de l'avant, l'article 475 du code pénal permettant à un violeur d'éviter la prison s'il épouse sa victime devrait être abrogé. Le gouvernement islamiste a indiqué, lundi 21 janvier, soutenir cette réforme.

Il a même été plus loin, faisant savoir dans un communiqué de presse que des peines plus lourdes seraient bientôt appliquées pour les violeurs, allant jusqu'à 30 ans d'emprisonnement contre cinq actuellement. « Ces amendements sont de nature à garantir la protection nécessaire des mineurs contre toutes les agressions sexuelles », a commenté mardi le ministre marocain de la Justice, Mustapha Ramid.

Cette annonce vient s'ajouter à d'autres mesures pour améliorer la condition de la femme au Maroc, alors que le Parlement avait adopté, l'an dernier, une nouvelle Constitution intégrant explicitement l'égalité des hommes et des femmes en matière de droits et libertés. L'article 19 de la Constitution mentionnait par ailleurs que le gouvernement marocain s'affairait à établir la parité homme-femme au sein de la société. Par ailleurs, le royaume avait adopté une nouvelle mouture du code de la famille (Moudawana) dès 2004, imposant un cadre très strict à la polygamie.

Faits divers

La partie est toutefois loin d'être gagnée, le nombre de mariages de mineures ayant bondi ces dernières années, à l'instar du nombre de cas de violences faites aux femmes. Selon des statistiques rapportées par le journal Le Soir Echos, le nombre de jeunes filles mineures mariées est passé de 29 847, en 2008, contre plus de 34 000 deux ans plus tard, en 2010. Et six millions de Marocaines seraient victimes de violences physiques ou verbales, dont plus de la moitié dans le cadre conjugal, d'après les données de l'unique femme au gouvernement islamiste, la ministre de tutelle, Bassima Hakkaoui.

Plusieurs faits divers tragiques ont récemment provoqué une vive émotion. Encore la semaine dernière, le député Hassif Arif, accusé de viol, a été acquitté au grand dam de la société civile. La plaignante affirme avoir accouché d'un enfant à la suite de son agression. Et elle a été placée derrière les barreaux pour outrage au magistrat. La jeune-femme se serait emportée contre le juge à la lecture du verdict, le 18 janvier.

Un long chemin

Le président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Driss El Yazami, a prévenu que les avancées prévues devraient s'accompagner d'une démarche appropriée pour parvenir à la parité. « Toute avancée est à souligner, mais la question n'est pas simplement d'affirmer le principe de parité. [...] Il faut plutôt comment on va vers la parité », a-t-il plaidé, ajoutant qu'outre les percées judiciaires, il faudrait aussi compter sur un énorme travail d'éducation et de changement des mentalités auprès de la population.

Les premières manifestations en faveur de l'abrogation de la loi sur le mariage entre un violeur et sa victime remontent à l'an dernier, alors que le Maroc était sous le choc du suicide d'une adolescente de 16 ans, mariée de force à l'homme qui l'avait violée. La jeune Amina el Filali s'était donnée la mort en mars 2012, créant une vague de protestations contre une loi accusée de protéger davantage le criminel que la victime.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Bilal - 24/01/2013 à 23h:01

Lamentable!!! Pauvre femme ...[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Maroc

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex