Extension Factory Builder
22/01/2013 à 17:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, lors de sa conférence de presse le 21 janvier. Le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, lors de sa conférence de presse le 21 janvier. © AFP

Selon une source très proche des groupes jihadistes libyens, citée par l’AFP sous couvert de l’anonymat, le commando islamiste qui a mené la prise d’otages meurtrière sur un site gazier d’In Amenas aurait bénéficié d’une "aide logistique fournie depuis la Libye".

Mis à jour le 23/01/13 à 8h50

Quatre jours après la fin de la prise d’otage du site gazier d’In Amenas, la tension restait palpable, mercredi 23 janvier, dans cette petite ville industrielle située à 1 300 km au sud-est d'Alger. Des témoins, convaincus que « plusieurs terroristes se trouvent dans la ville et ses environs », ont fait état d'échanges de tirs.

« La sécurité a été renforcée sur tous les sites et les barrages, doublés », a-t-on indiqué de source sécuritaire. « Désormais, c'est l'armée qui surveille Tigantourine, le complexe gazier, et pour tous les autres sites du pays, les effectifs des agents de sécurité ont été doublés et l'armement renforcé », a-t-on ajouté.

Debdab, le poste frontalier avec la Libye (210 km au nord-est d'In Amenas), devient zone militaire, a-t-on aussi indiqué. Mardi, une source très proche des groupes extrémistes libyens a confié à l’AFP, sous couvert de l'anonymat, que le commando qui a mené l’attaque aurait bénéficié d’une « aide logistique fournie depuis la Libye », sans préciser sa nature. Les islamistes libyens ont notamment été chargés d'établir le contact entre les ravisseurs et les médias, précise l'AFP.

Incertitudes sur le sort de plusieurs otages

Bob Dudley, le patron de BP, a précisé mardi qu'il « craignait le pire » pour quatre de ses salariés portés disparus. « Nous sommes gravement préoccupés pour ces collègues et redoutons qu'il y ait un mort ou plus parmi eux », a-t-il déclaré. Dans le même temps, une source sécuritaire a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat qu'il n'y avait « toujours pas de nouvelles des cinq étrangers disparus ». Sept des 38 corps de victimes du commando restent à identifier, indiquait lundi le Premier ministre Abdelmalek Sellal en annonçant le bilan de l'attaque.

Des experts médico-légaux norvégiens sont arrivés mardi d’Oslo pour contribuer à l'identification des victimes, car cinq Norvégiens sont manquants. Trois Britanniques ont péri dans l'attaque tandis que trois autres sont présumés morts. Trois Japonais et un Malaisien sont également manquants, ont indiqué les autorités des deux pays.

« Le site gazier est tellement grand que nous sommes encore en train de chercher des corps, notamment ceux d'étrangers portés disparus », ont indiqué des sources locales, en référence à la quinzaine d'hectares du complexe. (Avec AFP).

La source islamiste a précisé que les extrémistes libyens n'avaient aucun lien organisationnel avec le groupe qui a commandité l'attaque, les « Signataires par le sang » de Mokhtar Belmokhtar. « Le groupe qui s'est formé en Libye est devenu plus important que les Signataires par le sang ou Aqmi. Il agit désormais seul et a son propre émir », a-t-on précisé.

Présence au Nord-Mali

« Ces noms de groupes ne veulent rien dire. C'est évident qu'il y a un lien entre des groupes extrémistes libyens et ceux qui ont mené l'opération d'In Amenas », a estimé de son côté Jaber al-Abidi, un analyste et activiste politique. « Les extrémistes libyens ont une présence au Nord du Mali et ont contribué à y acheminer les armes depuis la Libye après la chute du régime » Kadhafi, a-t-il ajouté.

Selon une source libyenne, le commando islamiste qui a mené l'attaque était venu du Mali en « transitant par le Niger puis la Libye depuis le triangle du "Salvador" », un no man's land du désert où se rejoignent les frontières de la Libye, de l'Algérie et du Niger.

Lundi, lors du bilan présenté devant la presse de l’attaque du site gazier, le Premier ministre algérien Abdelmalek Sellal a affirmé que le commando islamiste était venu du nord du Mali, « d'où il est parti il y a près deux mois ».

Démentis

Les liens entre les ravisseurs et la Libye, qui peine à surveiller ses frontières terrestres longues de 4 000 km, avaient déjà été avancés par plusieurs médias après l’attaque. Interrogés par l'AFP, des responsables libyens se sont contentés de relayer les propos du Premier ministre Ali Zidan qui avait démenti que les ravisseurs soient partis de Libye.

Le commando, qualifié de «multinationale terroriste » par le ministre algérien de la communication, Mohamed Saïd, comptait onze Tunisiens (le tiers des assaillants), trois Algériens, un Mauritanien, deux Nigériens, quelques Égyptiens et Maliens et deux Canadiens.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus e[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Algérie : valse de patrons à la tête du groupe pétrolier Sonatrach

Le groupe pétrolier algérien Sonatrach a un nouveau PDG, le 9e en 15 ans, signe d’une instabilité chronique à la tête du plus grand groupe africain par le chiffre d’affaires,[...]

Algérie : coup de balai à El-Mouradia

Si le mois de ramadan était jusqu'ici utilisé par Abdelaziz Bouteflika pour examiner les performances de ses ministres, cette année ce sont ses conseillers qui ont été passés au[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers