Extension Factory Builder
21/01/2013 à 22:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de l'Érythrée, Issaias Afeworki, dirige le pays d'une main de fer. Le président de l'Érythrée, Issaias Afeworki, dirige le pays d'une main de fer. © AFP / Gérard Cerles

Une mutinerie de l’armée aurait été lancée lundi 21 janvier à Asmara, capitale de l’Érythrée. Quelque 200 soldats auraient envahi le ministère de l’Information, qui abrite tous les médias de ce pays d’Afrique de l’Est, considéré comme l'un des plus fermés au monde.

Ce lundi 21 janvier, près de deux cents soldats ont pris d'assaut le ministère de l’Information érythréen, sur la colline de Forto, à Asmara. Ils auraient réussi à prendre le contrôle de la télévision d'État, dont le directeur a en effet lu à l'antenne communiqué très bref, demandant la libération imminente de prisonniers politiques et l’application de la Constitution de 1997, selon un agent des services de renseignements étrangers, cité par Reuters.

La chaîne a ensuite retransmis des émissions musicales, bien qu’il ne soit pas clair s’il s’agissait ou non d’archives.

Aucun coup de feu n'avait été entendu dans la capitale, mais des sources indiquent que les soldats dissidents étaient accompagnés de chars.

Les informations provenant de cet État d'Afrique de l'Est considéré comme l'un des plus fermés de la planète n'étaient pas claires le 21 janvier au soir. On ignore encore s’il s’agit d’un soulèvement massif ou d’un simple coup d’éclat de soldats insatisfaits de leur condition.

Des opposants politiques en exil ont fait récemment savoir que le mécontement au sein de l'armée se faisait sentir de plus en plus, alors que l'Érythrée s'enfonce dans la crise économique et que la dictature d'Isaias Afewerki pèse chaque jours un peu plus sur ceux qui n'ont pas encore fui le pays.

(avec agence)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Erythrée

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être [...]

Érythrée : l'ONU ouvre une enquête sur les violations des droits de l'Homme

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a ouvert vendredi une enquête sur les violations massives des droits de l'Homme par les autorités en Erythrée, petit pays fermé de la Corne de l'Afrique.[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Vatican : Don Mussie Zerai, un prêtre aux côtés des réfugiés

De par son expérience, ce prêtre érythréen, tente d’apporter des solutions sociales et politiques en faveur aux migrants en Italie et ailleurs. Il est devenu l’ange gardien du respect des[...]

Cyclisme : ces Érythréens qui mouillent le maillot

Leur pays, l'Érythrée, ressemble à une prison. Et pourtant, ils sont une demi-douzaine de coureurs cyclistes professionnels à se distinguer sur les tours africains et européens.[...]

Cyclisme : Natnael Berhane remporte la Tropicale Amissa Bongo

Le cycliste érythréen Natnael Berhane a remporté dimanche la Tropicale Amissa Bongo, à Libreville, au Gabon. Il devient le premier coureur africain noir à s'imposer sur une course à[...]

Bisrat Negasi : en noir et wax

D'origine érythréenne, cette styliste vend ses créations dans des boutiques éphémères à travers l'Europe. Une vision sombre ? Pas vraiment.[...]

Meron Estefanos, SOS Érythrée

Depuis la Suède, Meron Estefanos consacre son temps à aider les migrants érythréens retenus en otages dans le Sinaï par des trafiquants jusqu'au paiement des rançons.[...]

Carte interactive : ces chefs d'État africains qui s'accrochent (ou pas) au pouvoir

C'est souvent la règle du "j'y suis, j'y reste" qui s'applique au sommet de la plupart des États africains. Une fois au pouvoir, les présidents excluent toute éventualité de retraite.[...]

Érythrée : Biniam Simon, si loin, si proche

Depuis Paris, cet Érythréen nargue le gouvernement d'Asmara en enregistrant des bulletins de nouvelles pour Radio Erena, unique radio indépendante du pays.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers