Extension Factory Builder
21/01/2013 à 18:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La vie suit son cours presque normalement à Bamako. La vie suit son cours presque normalement à Bamako. © AFP

Alors que l'intervention franco-malienne contre les jihadistes s'accélère au Nord-Mali, avec la reprise des villes de Diabali et de Douentza, les Bamakois retrouvent le moral. Mais la crainte des attentats est présente dans les esprits.

Alexandre, gérant d'un maquis ivoirien dans le quartier d'Hamdallaye, à Bamako, hausse les épaules. « Moi j'ai vu pire que ça à Abidjan. Et ici, ils sont loin, très loin de savoir ce qu'est la guerre ». L’Ivoirien s'est installé au Mali en septembre 2010, peu de temps avant la crise postélectorale qui a fait plus de 3 000 morts dans son pays. Le danger et la peur, il connaît. Il assure même que maintenant, il est capable de voir la mort « venir de loin ».

« C'est vrai que la situation est compliquée, mais les jihadistes sont loin et avec l'armée française, ils ne pourront pas atteindre Bamako de sitôt. Ça laisse le temps de fuir en « cas de cas », conclut-il en utilisant la formule consacrée à Abidjan.

Dans la capitale malienne, on est persuadé que les sauveurs venus de France sauront non seulement stopper l'avancée de la coalition de jihadistes composée d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et d'Ansar Eddine, mais aussi – et surtout – éradiquer la menace terroriste. Les troupes ouest-africaines de la Misma aussi sont les bienvenues, même si peu de personnes sont convaincues de leur aptitude à se battre dans le désert.

Infiltration

S'il est « content de leur soutien », Sabou, chauffeur de taxi, doute de leur efficacité. « Quand on sait que c'est l'armée malienne qui les formait, on ne peut pas s'attendre à ce qu'elles soient très performantes », critique-t-il. Il n'empêche, à Bamako, l'optimisme est de mise, même si on craint une infiltration par les jihadistes.

L'arrestation le 13 janvier d'un suspect aux abords de l'hôpital Gabriel Touré du Point E fait que tout le monde surveille un peu tout le monde. Hors de question cependant de céder à la peur. « Si on reste enfermés chez nous, calfeutrés, ça veut dire qu'ils ont gagné », commente Baba Haïdara, notaire à Bamako. Celui-ci reconnaît avoir restreint ses déplacements à la nuit tombée, mais c'est surtout, dit-il, en raison de la multiplication des barrages. Car si en semaine les contrôles de police et de gendarmerie sont pratiquement inexistants, ils sont impressionnants les soirs du week-end.

Déhanchements

Pas de quoi décourager les habitués de l'Ibiza, du Byblos, ou de la Dolce Vita, les boîtes de nuit les plus branchées de Bamako. De toute façon, pour y accéder, il faut désormais subir une fouille et un passage au détecteur de métaux. Et puis, les habitués sont bien connus, et les agents des « services » sont présents, en civil, à l'affût du moindre comportement suspect.

Sur la piste de danse de la Dolce Vita, jeunes et vieux se déhanchent sur les tubes à la mode ou des rythmes afro-cubains. L'alcool coule à flot et les jeunes femmes sont toujours aussi dénudées. De quoi donner le vertige aux partisans de la charia. Ici, la seule règle qui tienne, c'est encore celle de la liberté.

________

Par Malika Groga-Bada, envoyée spéciale à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Drague : le bal des faux-culs

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Mali : bientôt un procès dans l'affaire des "bérets rouges" ?

Le rapport d'enquête sur l'affaire de la disparition des "Bérets rouges" devrait prochainement être bouclé et transmis au procureur, ouvrant ainsi la voie à un éventuel[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers