Extension Factory Builder
21/01/2013 à 18:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La vie suit son cours presque normalement à Bamako. La vie suit son cours presque normalement à Bamako. © AFP

Alors que l'intervention franco-malienne contre les jihadistes s'accélère au Nord-Mali, avec la reprise des villes de Diabali et de Douentza, les Bamakois retrouvent le moral. Mais la crainte des attentats est présente dans les esprits.

Alexandre, gérant d'un maquis ivoirien dans le quartier d'Hamdallaye, à Bamako, hausse les épaules. « Moi j'ai vu pire que ça à Abidjan. Et ici, ils sont loin, très loin de savoir ce qu'est la guerre ». L’Ivoirien s'est installé au Mali en septembre 2010, peu de temps avant la crise postélectorale qui a fait plus de 3 000 morts dans son pays. Le danger et la peur, il connaît. Il assure même que maintenant, il est capable de voir la mort « venir de loin ».

« C'est vrai que la situation est compliquée, mais les jihadistes sont loin et avec l'armée française, ils ne pourront pas atteindre Bamako de sitôt. Ça laisse le temps de fuir en « cas de cas », conclut-il en utilisant la formule consacrée à Abidjan.

Dans la capitale malienne, on est persuadé que les sauveurs venus de France sauront non seulement stopper l'avancée de la coalition de jihadistes composée d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et d'Ansar Eddine, mais aussi – et surtout – éradiquer la menace terroriste. Les troupes ouest-africaines de la Misma aussi sont les bienvenues, même si peu de personnes sont convaincues de leur aptitude à se battre dans le désert.

Infiltration

S'il est « content de leur soutien », Sabou, chauffeur de taxi, doute de leur efficacité. « Quand on sait que c'est l'armée malienne qui les formait, on ne peut pas s'attendre à ce qu'elles soient très performantes », critique-t-il. Il n'empêche, à Bamako, l'optimisme est de mise, même si on craint une infiltration par les jihadistes.

L'arrestation le 13 janvier d'un suspect aux abords de l'hôpital Gabriel Touré du Point E fait que tout le monde surveille un peu tout le monde. Hors de question cependant de céder à la peur. « Si on reste enfermés chez nous, calfeutrés, ça veut dire qu'ils ont gagné », commente Baba Haïdara, notaire à Bamako. Celui-ci reconnaît avoir restreint ses déplacements à la nuit tombée, mais c'est surtout, dit-il, en raison de la multiplication des barrages. Car si en semaine les contrôles de police et de gendarmerie sont pratiquement inexistants, ils sont impressionnants les soirs du week-end.

Déhanchements

Pas de quoi décourager les habitués de l'Ibiza, du Byblos, ou de la Dolce Vita, les boîtes de nuit les plus branchées de Bamako. De toute façon, pour y accéder, il faut désormais subir une fouille et un passage au détecteur de métaux. Et puis, les habitués sont bien connus, et les agents des « services » sont présents, en civil, à l'affût du moindre comportement suspect.

Sur la piste de danse de la Dolce Vita, jeunes et vieux se déhanchent sur les tubes à la mode ou des rythmes afro-cubains. L'alcool coule à flot et les jeunes femmes sont toujours aussi dénudées. De quoi donner le vertige aux partisans de la charia. Ici, la seule règle qui tienne, c'est encore celle de la liberté.

________

Par Malika Groga-Bada, envoyée spéciale à Bamako

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers