Extension Factory Builder
20/01/2013 à 18:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'équipe du Mali. L'équipe du Mali. © AFP

Malgré la guerre qui se déroule au Mali, le football demeure l’un des rares sujets de conversation qui donne encore un peu d’air aux Maliens.

« En ce moment, la vie est difficile, à cause des évènements et aussi de la crise économique, et les bons résultats du football malien apportent un peu de joie », confirme Patrice Carteron, l’ancien footballeur français, sélectionneur des Aigles depuis juillet 2012. Le Djoliba de Bamako a en effet atteint la finale de la Coupe de la Coupe d’Afrique des nations (CAF) face aux congolais de l’AC Léopards (2-2,0-1) et, surtout, la sélection nationale s’est qualifiée sans grosses frayeurs pour la CAN 2013, un an après avoir décroché la troisième place au Gabon et en Guinée équatoriale.

Carteron, qui passe beaucoup de temps à Bamako, avouait, avant l’intervention française, ne pas trop ressentir au quotidien les conséquences du contexte politique interne. « Il y a beaucoup de contrôles, mais la ville est sécurisée. Comme beaucoup d’Occidentaux, j’évite malgré tout de trop sortir le soir, même si je me sens en sécurité. En fait, c’est surtout au niveau économique que les répercussions sont évidentes pour la sélection. » Ainsi, la date Fifa du 15 novembre dernier n’a pas été utilisée et les Aigles ont effectué une partie de leur préparation au centre technique de Kabala (Monaco) avant de rejoindre leur base sud-africaine, Port-Elizabeth, le 10 janvier. «  Qu’ils soient nés au Mali ou non, les joueurs sont préoccupés par la situation du pays, où ils ont de nombreuses attaches », poursuit Carteron. Mais en Afrique du Sud, on va essayer de faire aussi bien que l’an dernier. » Lors de la CAN 2012, les Aigles avaient remporté la petite finale à Malabo contre les redoutables Black Stars du Ghana… qu’ils vont retrouver, pour leur deuxième match de poule, le 24 janvier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers