Extension Factory Builder
21/01/2013 à 10:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Couverture du compte Twitter d'Ansar Eddine. Couverture du compte Twitter d'Ansar Eddine. © Capture d'écran.

La guerre au Mali se joue sur le terrain. Mais pas seulement. Les islamistes radicaux ont en effet compris tout l’intérêt qu’il pouvait avoir à prolonger la lutte sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, Ansar Eddine commence à répondre à la communication de l’armée française et de la présidence malienne. Son modèle : les islamistes Shebab en Somalie, qui font figure de précurseurs en la matière.

Mis à jour le 25 janvier 2013. Le compte Twitter anglophone des Shebab somaliens a été suspendu par le réseau social américain. Néanmoins, la version arabe reste disponible.

Alors que les combats opposent, sur le terrain, les armées malienne et française aux jihadistes, dans le centre du Mali, la communication de guerre s'est mise en place et Internet a dorénavant toute sa place à jouer.

Les ministères français ont investi les réseaux depuis quelques années et comptent bien en profiter pour transmettre leurs versions des faits. Si le compte Twitter @FranceDiplo n'évoque aucune information sur l'avancement des opérations militaires, c'est du côté de Facebook que l'on trouve le plus d'informations. La page Facebook de l'armée française a ainsi diffusé des photos et des vidéos depuis le lancement de l'opération Serval, annoncé également sur Facebook, le vendredi 11 janvier. L'armée y a même annoncé, dès le 11 janvier, le décès du Lieutenant Boiteux, officialisée par Jean-Yves Le Drian le lendemain, samedi 12 janvier.

Le Mali a, de son côté, timidement emboîté le pas. Le compte Twitter @Presidencemali distille des informations sur l’avancée des combats. Ainsi, le 18 janvier :

Islamisme 2.0

Mais les voies de l’Internet ne sont pas impénétrables aux harangues de l’islamisme radical et Ansar Eddine est bien decidé à ne pas laisser le champ libre à ses adversaires. Le mouvement islamiste radical, actif sur Twitter, contredit régulièrement les informations données par les médias, notamment français. Le 18 janvier, alors que le camp franco-malien annonçait une reprise de la ville de Konna, le compte @Ansar_rdani affirmait que ses combattants la contrôlaient toujours et qu’il n’y avait « pas eu de percée » sur le terrain.

Si Ansar Eddine n’est pas (encore ?) un poids lourd de la communication via Twitter, l'organisation a sans doute trouvé un exemple à suivre avec le compte des Shebab. Ces islamistes somaliens ont commencé à diffuser leurs informations en anglais sur Twitter il y a plus d'un an, au moment de l'intervention armée du Kenya sur le territoire somalien, et étaient suivis par plus de 18 000 abonnés, sous l'acronyme HSM, pour Harakat al-Shabab al-mujahideen, avant que Twitter ne suspende leur compte le 25 janvier.

Récemment encore, à l’occasion de la mort de forces spéciales françaises dans une tentative pour libérer l’otage Denis Allex, les insurgés islamistes ont créé la polémique en diffusant la photographie du cadavre d’une des victimes. Outre le retentissement suscité grâce à l’indignation provoquée en France, les Shebab se sont offert le luxe de lancer un débat quant à la liberté d’expression.

Publier les images du cadavre de Mouammar Kadhafi était-il plus convenable que de rendre publique la photo d’un soldat français décédé ? Votre avis nous intéresse. Exprimez-vous dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux avec notre compte Twitter @jeune_afrique et notre page Facebook.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Mali : "Un pays à vau-l'eau"

Article pr�c�dent :
Sale guerre

Réagir à cet article

Mali

Mali : trois morts dans des accrochages entre soldats et bandits armés près de la frontière burkinabè

Mali : trois morts dans des accrochages entre soldats et bandits armés près de la frontière burkinabè

Trois bandits armés ont été tués mercredi au Mali dans un accrochage avec des soldats maliens à Boulkessi, près de la frontière avec le Burkina Faso,.[...]

Soumaïla Cissé : "Dans le nord du Mali, le processus de paix est bloqué"

Leader de l'Union pour la république et la démocratie (URD) et opposant numéro un au président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), Soumaïla Cissé va officiellement devenir le chef de[...]

Hôtellerie : bientôt un Sheraton à Bamako ?

 L'homme d'affaires ivoiro-malien Cesse Kome va signer un accord avec Sheraton, marque de l'américain Starwood Hotels & Resorts, pour la construction d'un hôtel à Bamako, a appris "Jeune[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Mali : le Mujao revendique le meurtre d'un employé du CICR près de Gao

Le Mujao a revendiqué lundi l'attaque dans le Nord-Mali d'un convoi du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), dans laquelle un chauffeur a été tué.[...]

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées jeudi à Bamako pour demander le retour de l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, exilé au Sénégal depuis 2012.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Mali : en plein marché, Aqmi décapite un homme accusé de travailler pour les Français

Des combattants d'Aqmi ont tué par balle puis décapité jeudi un civil qu'ils accusaient de travailler pour les forces françaises au Mali. L'exécution s'est déroulée en plein[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130118182327 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130118182327 from 172.16.0.100