Extension Factory Builder
18/01/2013 à 16:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un otage libéré témoigne à la télévision algérienne. Un otage libéré témoigne à la télévision algérienne. © Capture d'écran/Youtube/ENTV

Dans l'après-midi du vendredi 18 janvier, une source sécuritaire algérienne, citée par l'agence officielle Algérie Presse Service (APS), a annoncé que 673 otages, dont 100 étrangers, avaient été libérés. Certains d'entre eux témoignent.

Il ne s'agit que d'un bilan provisoire mais le chiffre est impressionant. Trois jours après l'attaque du site gazier et de la base de vie d'In Amenas par un commando jihadiste, une source sécuritaire algérienne a annoncé vendredi que 673 personnes avaient été libérées. Parmi elles figurent 100 étrangers. Mercredi, les ravisseurs avaient déclaré à l'agence mauritanienne ANI qu'ils détenaient seulement 41 otages occidentaux.

La chaîne de télévision algérienne Algérie 3 a diffusé, vendredi, les premiers témoignages des rescapés qui ont été évacués par l'armée vers la ville d'In Amenas.

« On était 260 dans la même salle, explique un ex-otage algérien. Quand les bombardements ont commencé, on a forcé la porte de derrière et on est sortis. Les forces de l'ordre nous ont pris en charge et ont très bien fait leur travail ». « Les terroristes ne semblaient pas savoir pas qu’il y avait une autre porte, témoigne un autre ouvrier algérien. Quand on est sortis on a agité des tissus blancs pour signaler à l’armée que nous étions des membres du personnel. On va bien, on est sortis indemnes. »

Un Européen interrogé par la télévision algérienne se veut rassurant : « Tout va bien, tout le monde s'occupe bien de nous. Les gens qui s'en sont sortis sont chanceux. » Les images montrent néanmoins des employés blessés et encore sous le choc.

"On ne cherche que les expatriés"

Vendredi, la radio France Info a diffusé le récit d'un jeune ingénieur algérien travaillant sur le site. Interrogé par téléphone, il est revenu sur l'assaut survenu mercredi matin. « On s'apprêtait à sortir de nos chambres, vers 5h30-5h45, à l'heure du changement des équipes, raconte-t-il. Tout à coup, il y a eu des coups de feu, des explosions et l'alarme s'est déclenchée. Ils ont pris possession de la base, sont entrés dans les chambres et ont cassé les portes en criant : on ne cherche que les expatriés, les Algériens vous pouvez partir ! ». Le témoin évoque des homme jeunes, de type maghrébin, âgés d'une trentaine d'années. D'après lui, ils étaient lourdement armés et étaient « très à l'aise ».

Les Observateurs de France 24 ont également recueilli un témoignage, celui de Brahim, un employé de British Petroleum bloqué sur le site jusqu’à jeudi après-midi. « Malgré la peur, dès le début des tirs nous avons décidé de tenter notre chance. Alors que retentissaient des tirs nourris, nous avons coupé les grillages avec des pinces Monseigneur et nous sommes sortis tous ensemble en courant, raconte-t-il. Nous étions une cinquantaine accompagnés de trois employés étrangers. Nous avons été accueillis par les brigades des forces spéciales qui se trouvaient à quelques dizaines de mètres de la base. »

Depuis le début de l'assaut du site, le GIS (Groupe d'intervention spéciale, les forces spéciales algériennes) auraient abattu 18 islamistes radicaux. L'armée contrôlerait désormais la totalité de la base de vie. Mais une dizaine de terroristes seraient toujours réfugiés dans la salle des machines de l'usine, avec des explosifs et plusieurs otages entre leurs mains. D'après l'ANI, ils réclament l'arrêt des opérations militaires au Mali et la libération de détenus aux États-Unis.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

 

La carte du site gazier d'In Amenas

 

 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du[...]

Algérie : un maire assassiné, "acte terroriste" selon la gendarmerie

Le maire de la commune algérienne de Bordj El Emir Abdelkader (nord) a été assassiné vendredi par des "terroristes", qui l'ont tué par balles et égorgé, a annoncé[...]

Assassinat d'Hervé Gourdel : l'armée algérienne annonce avoir tué un deuxième suspect

Un deuxième membre du groupe islamiste impliqué dans l’enlèvement et la décapitation du touriste français Hervé Gourdel, en septembre, a été tué par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers