Extension Factory Builder
18/01/2013 à 17:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Martyrs (joyeux Noël), 2011, du Syrien Mohamad Omran. Martyrs (joyeux Noël), 2011, du Syrien Mohamad Omran. © DR

Intitulée "101 œuvres pour la Syrie", une vente aux enchères caritative est organisée par la maison Pierre Bergé & Associés à l’Institut du monde arabe, le 21 janvier. Née de l’initiative de l’association Syriart et de dons d’artistes arabes, elle a pour but d’aider des associations actives en Syrie.

Dans la salle que l’Institut du monde arabe a mise à la disposition de Syriart, des toiles et des photographies contemporaines, ainsi que des vidéos, ont été installées il y a quelques jours. En apparence, rien ne semble lier ces œuvres. Pourtant, elles seront toutes exposées, du 17 au 20 janvier, puis vendues, le lendemain, pour une même cause : aider les victimes de la guerre en Syrie. C’est suite à la demande lancée par José Garçon, ancienne journaliste à Libération et spécialiste du Maghreb, que soixante et un artistes originaires du monde arabe et des diasporas ont fait don d’une ou plusieurs de leurs œuvres. « Ce sont nos origines qui nous réunissent », explique le Marocain Yamou qui expose son tableau « Gêne bleu », 2012 (1 200 à 3 000 euros), une représentation de floraisons végétales. « Nous avons, pour la plupart, cassé nos prix. On met notre ergo de côté, on ne fait pas ça pour notre carrière ».

Son compatriote Mahi Binebine a réussi à mobiliser une vingtaines d’artistes originaires du royaume chérifien, parmi lesquels Hassan Darsi, Mohamed Mourabiti, Lalla Essaydi, Mohamed El Baz. « Est-ce qu’on peut rester les bras croisés quand on nous parle de 60 000 morts à la télévision ? », se désole le peintre dont l’encre et goudron sur papier, « Sans titre », 2012 (7 000 à 10 000 euros), est le coup de cœur de Pierre Bergé.

Encre et goudron sur papier "Sans titre", 2012, du Marocain Mahi Binebine.

Créativité du monde arabe

La Tunisienne Meriem Bouderbala, cible des islamistes alors qu’elle était commissaire du Printemps des arts à Tunis en 2012, a également tenu à participer au projet avec son « Human Phantom Effect » (en photo ci-dessous), 2011 (3 000 à 5 000 euros), tirage argentique d’une femme voilée. On trouve aussi des Algériens, Égyptiens, Koweitiens, Irakiens, et bien sûr des Syriens. Tous sont issus de la diaspora, sauf Yasser Safi qui vit à Damas. José Garçon a d’ailleurs dû faire preuve de prudence pour récupérer, via Dubaï, sa toile représentant des têtes humaines, « Sans titre » (ci-dessus en photo), 2011 (700 à 1 500 euros).

La toile argentique "Phantom Human Effect", 2011, de la Tunisienne Meriem Bouderbala.

« Je suis optimiste car il y a de très bons artistes. Et on voit bien que les gens sont très touchés par la Syrie », affirme l’organisatrice de Syriart qui grâce à cette initiative met en avant la créativité du monde arabe. Les fruits de la vente aux enchères sont destinés à 40% pour les actions en Syrie de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), collaboratrice du projet, tandis que les 60% restants seront versés à trois ONG syriennes, Nadja Now, Union des organisations syriennes de secours médicaux et les correspondants syriens de Médecins du Monde.

___

- « 101 œuvres d’art pour la Syrie », Institut de monde arabe (Paris 5e), du 17 au 20 janvier, vente le 21 janvier à 19 heures.

- Sit web : www.syriart.org


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers