Extension Factory Builder
18/01/2013 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des puits de pétrole à Hassi Messaoud, dans le sud de l'Algérie. Des puits de pétrole à Hassi Messaoud, dans le sud de l'Algérie. © AFP

La spectaculaire prise d’otages à In Amenas soulève la question de la sécurisation des sites pétroliers et gaziers en Algérie. Gérés par des sociétés privées, parfois assistées par les forces de l’ordre algériennes, les dispositifs de sécurité ne sont pas infaillibles.

Jeudi 17 janvier, un otage algérien, tout juste libéré du site gazier d’In Amenas, s’exprime sur Al-Jazeera. Ses critiques sont vives. « La base de vie n’était pas suffisamment protégée et le dispositif sécuritaire déficient », déplore-t-il, ajoutant que les gendarmes n’avaient pas assuré comme il faut leur mission.

La veille, aux alentours de cinq heures du matin, un commando jihadiste a attaqué la zone. Les assaillants, dont le nombre exact est encore indéterminé, sont arrivés à bord de véhicules banalisés. Une partie d’entre eux a d’abord ciblé un convoi d’employés, escorté par quatre voitures de la gendarmerie algérienne, qui roulait en direction de l’aéroport d’In Amenas. Un Algérien et un Britannique sont tués par les tirs des islamistes radicaux. Peu après, une deuxième équipe terroriste partait à l’assaut du site gazier. Le dispositif de sécurité, assuré par la société britannique Stirling Group et des gendarmes restés sur place, ne résistera pas longtemps.

Fusils à pompes

En Algérie, les exploitations pétrolières et gazières, essentiellement situées dans le sud du pays, sont la principale source de revenus de l’économie nationale. À elle seule, l'usine d’In Amenas, exploitée par le consortium Sonatrach-British Petroleum-Statoil, fournit 12% de la production de gaz algérienne. Ce genre de site a donc une importance stratégique primordiale. Face à la menace terroriste, particulièrement présente dans le Sahara ces dernières années, les usines et les bases d’employés sont, du moins théoriquement, hautement sécurisées. Leur défense est principalement assurée par des entreprises de sécurité privées locales et étrangères. Les sociétés algériennes sont souvent dirigées par des anciens gradés de l’Armée nationale populaire (ANP). Idem pour leur concurrentes étrangères, la plupart du temps administrées par des responsables sécuritaires reconvertis dans le secteur privé.

« Sur certains sites, le service de sécurité est parfois plus que limite, confie une source au sein d’une société européenne opérant en Algérie. Le recrutement est fait à la va-vite, les employés sont mal entraînés et surtout sous-équipés. » D’après elle, les agents de sécurité, dotés d’armes de poings et de fusils à pompe, ne peuvent pas grand-chose face à de potentiels agresseurs munis de fusils d’assaut.

Les vigiles sont chargés de surveiller en permanence les sites et les bases de vie abritant les employés. Ils contrôlent de près les personnes qui pénètrent dans leur zone de surveillance, patrouillent régulièrement et imposent des règles très contraignantes aux salariés (couvre-feu, circulation réduite….).  Ils sont parfois épaulés par des gendarmes ou des militaires. « En réalité, les brigades de gendarmerie sont surtout utilisées pour escorter les convois de salariés, comme ce qui s’est passé avant-hier », précise notre source. La présence de l’armée, elle, se résume parfois à des cercles concentriques autour des sites sensibles. Ces dernières heures, à la suite de la prise d’otages sur le site d’In Amenas, les autorités algériennes ont toutefois annoncé qu’elles avaient renforcé les mesures de sécurité autour des sites gaziers et pétroliers dans le sud du pays.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)


 




 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : une manifestation anti-gaz de schiste dégénère

Algérie : une manifestation anti-gaz de schiste dégénère

Une quarantaine de policiers ont été attaqués et deux bâtiments incendiés, ce dimanche, lors d'une manifestation contre le forage de puits d'exploration du gaz de schiste, à In Salah, dans [...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

In Amenas : l'enquête britannique provoque la colère des familles de victimes

Selon les conclusions de l'enquête judiciaire britannique sur l'attaque du complexe gazier algérien d'In Amenas, il "est probable que la balle" qui a tué Stephen Green, l'un des sept otages, "a[...]

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Ce Franco-Algérien s'est fait connaître comme l'avocat des figures du milieu. En s'inscrivant au barreau d'Alger, il a trouvé le moyen de contourner l'interdiction de plaider qui le frappait en France.[...]

Le dessinateur algérien Ali Dilem rejoint l'équipe de "Charlie Hebdo"

Le célèbre dessinateur de presse algérien Ali Dilem a rejoint la rédaction de "Charlie Hebdo", qui a sorti mercredi son second numéro depuis les attentats de janvier. Un choix audacieux[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Algérie : vaste dispositif policier pour empêcher une manifestation contre le gaz de schiste à Alger

Un important dispositif policier a été déployé mardi à l'aube autour de l'esplanade de la Grande Poste, dans le centre d'Alger, où devait se tenir une manifestation contre le gaz de[...]

Gaz de schiste : Sonatrach contre-attaque

 Pour contrer les arguments des opposants au gaz de schiste en Algérie, Sonatrach a invité des experts étrangers pour rassurer l'opinion quant aux dangers représentés par l'exploitation des[...]

Football : le Real Madrid enfin de retour sur les terres algériennes ?

Le Real de Madrid a donné vendredi son accord pour disputer un match amical en Algérie, a rapporté le quotidien espagnol "Marca", très proche du club. La date de cette rencontre et[...]

L'expulsion de 33 chibanis à Paris pose la question de la situation des vieux migrants en France

Après avoir été expulsés manu-militari jeudi matin de leur hôtel situé rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris, 33 chibanis (personnes âgées) ont reçu l'assurance[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130118111940 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130118111940 from 172.16.0.100