Extension Factory Builder
18/01/2013 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des puits de pétrole à Hassi Messaoud, dans le sud de l'Algérie. Des puits de pétrole à Hassi Messaoud, dans le sud de l'Algérie. © AFP

La spectaculaire prise d’otages à In Amenas soulève la question de la sécurisation des sites pétroliers et gaziers en Algérie. Gérés par des sociétés privées, parfois assistées par les forces de l’ordre algériennes, les dispositifs de sécurité ne sont pas infaillibles.

Jeudi 17 janvier, un otage algérien, tout juste libéré du site gazier d’In Amenas, s’exprime sur Al-Jazeera. Ses critiques sont vives. « La base de vie n’était pas suffisamment protégée et le dispositif sécuritaire déficient », déplore-t-il, ajoutant que les gendarmes n’avaient pas assuré comme il faut leur mission.

La veille, aux alentours de cinq heures du matin, un commando jihadiste a attaqué la zone. Les assaillants, dont le nombre exact est encore indéterminé, sont arrivés à bord de véhicules banalisés. Une partie d’entre eux a d’abord ciblé un convoi d’employés, escorté par quatre voitures de la gendarmerie algérienne, qui roulait en direction de l’aéroport d’In Amenas. Un Algérien et un Britannique sont tués par les tirs des islamistes radicaux. Peu après, une deuxième équipe terroriste partait à l’assaut du site gazier. Le dispositif de sécurité, assuré par la société britannique Stirling Group et des gendarmes restés sur place, ne résistera pas longtemps.

Fusils à pompes

En Algérie, les exploitations pétrolières et gazières, essentiellement situées dans le sud du pays, sont la principale source de revenus de l’économie nationale. À elle seule, l'usine d’In Amenas, exploitée par le consortium Sonatrach-British Petroleum-Statoil, fournit 12% de la production de gaz algérienne. Ce genre de site a donc une importance stratégique primordiale. Face à la menace terroriste, particulièrement présente dans le Sahara ces dernières années, les usines et les bases d’employés sont, du moins théoriquement, hautement sécurisées. Leur défense est principalement assurée par des entreprises de sécurité privées locales et étrangères. Les sociétés algériennes sont souvent dirigées par des anciens gradés de l’Armée nationale populaire (ANP). Idem pour leur concurrentes étrangères, la plupart du temps administrées par des responsables sécuritaires reconvertis dans le secteur privé.

« Sur certains sites, le service de sécurité est parfois plus que limite, confie une source au sein d’une société européenne opérant en Algérie. Le recrutement est fait à la va-vite, les employés sont mal entraînés et surtout sous-équipés. » D’après elle, les agents de sécurité, dotés d’armes de poings et de fusils à pompe, ne peuvent pas grand-chose face à de potentiels agresseurs munis de fusils d’assaut.

Les vigiles sont chargés de surveiller en permanence les sites et les bases de vie abritant les employés. Ils contrôlent de près les personnes qui pénètrent dans leur zone de surveillance, patrouillent régulièrement et imposent des règles très contraignantes aux salariés (couvre-feu, circulation réduite….).  Ils sont parfois épaulés par des gendarmes ou des militaires. « En réalité, les brigades de gendarmerie sont surtout utilisées pour escorter les convois de salariés, comme ce qui s’est passé avant-hier », précise notre source. La présence de l’armée, elle, se résume parfois à des cercles concentriques autour des sites sensibles. Ces dernières heures, à la suite de la prise d’otages sur le site d’In Amenas, les autorités algériennes ont toutefois annoncé qu’elles avaient renforcé les mesures de sécurité autour des sites gaziers et pétroliers dans le sud du pays.

___

Benjamin Roger (@benja_roger)


 




 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie - France : où en est l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Algérie - France : où en est l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Au lendemain de l'opération d'exhumation des restes des crânes des sept moines de Tibhirine, assassinés en 1996 en Algérie, où en est l'enquête ? Décryptage avec notre journaliste Fa[...]

Algérie : l'intouchable Abdelghani Hamel

Ses propres troupes se sont retournées contre lui. Mais le chef de la police nationale Abdelghani Hamel peut compter sur le soutien du président Bouteflika.[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Algérie : l'autoroute sans fin

Censée relier le pays à ses voisins - le Maroc à l'ouest et la Tunisie à l'est -, elle devait être livrée intégralement à la fin de 2009. Mais un scandale de[...]

L'Algérie maintient ses recettes malgré la chute du cours du pétrole

Malgré la chute des cours du pétrole depuis plus d'un trimestre (-26 %), les recettes algériennes provenant de la ventes d'hydrocarbures se sont maintenues. Entre janvier et fin septembre, elles ont[...]

Le FMI met en garde l'Algérie au sujet de ses dépenses publiques

Après la visite en Algérie (17 septembre-1er octobre) d'une délégation du Fonds monétaire international, une sévère mise en garde a été[...]

Algérie-Maroc : Rabat accuse l'armée algérienne d'avoir ouvert le feu sur des civils marocains

Le Maroc a dénoncé un "acte irresponsable" et sommé l'Algérie de s'expliquer après des coups de feu tirés, samedi, à la frontière entre les deux pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Algérie : Rafik Khalifa, après la gloire, les déboires

Pour l'ex-golden boy, déjà condamné à la réclusion à perpétuité en Algérie, les ennuis continuent. Il vient d'écoper de cinq ans de prison en France.[...]

Infographie : l'assassinat des moines de Tibhirine vu selon les différents protagonistes

Deux juges d'instruction français sont actuellement en Algérie pour autopsier les têtes des moines de Tibhirine. En attendant les résultats de leur enquête, "Jeune Afrique" vous propose[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers