Extension Factory Builder
18/01/2013 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des soldats maliens, le 16 janvier 2013 à Bamako. Des soldats maliens, le 16 janvier 2013 à Bamako. © AFP

Les militaires maliens affirment avoir repris, jeudi 17 janvier, le contrôle total de la petite ville de Konna, dans le centre du pays. Par ailleurs, près de cent soldats nigérians et togolais, premiers éléments de la force ouest-africaine déployée au Mali, sont arrivés dans la journée à Bamako.

Une semaine tout juste après la chute de Konna aux mains des jihadistes, qui avait précipité l'intervention française au Mali, l'armée malienne a affirmé avoir repris jeudi 17 janvier le contrôle total de la petite ville de 50 000 habitants, situé à environ 70 km au nord-est de Mopti.

« Nous avons repris le contrôle total de la localité de Konna, après avoir fait subir de lourdes pertes à l'ennemi », a assuré l'armée malienne dans un bref communiqué publié vendredi. L'information a été confirmée par une source de sécurité régionale.

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait reconnu le 15 janvier que Konna, à 700 km au nord-est de Bamako, n'avait pas encore été reprise jusqu'à présent par l'armée malienne. La zone n'est toujours pas accessible à des observateurs indépendants. Des combats avaient opposé mercredi, puis dans la nuit de mercredi à jeudi des soldats maliens, appuyés par des militaires français, à des islamistes armés près de Konna.

La chute de Konna, lors d'une offensive surprise des combattants islamistes, le 10 janvier, avait déclenché l'intervention militaire de la France, qui redoutait une percée des jihadistes vers Bamako (sud). Les forces françaises étaient d'abord intervenues avec des frappes aériennes avant de se déployer au sol.

Arrivée des premiers soldats ouest-africains

Les militaires français et maliens pourront bientôt compter sur les renforts africains. Jeudi, près de cent soldats nigérians et togolais, premiers éléments de la force armée ouest-africaine déployée au Mali, sont arrivés à Bamako.

En tout, une cinquantaine de Nigérians et une quarantaine de Togolais sont arrivés à l'aéroport de Bamako où ils ont été accueillis par des Maliens et des Français.

La force ouest-africaine qui comprendra plus de 3 000 hommes - plus 2 000 soldats tchadiens - devra prendre à terme le relais de l'armée française qui intervient au Mali depuis le 11 janvier. Cette force, la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), créée avec le feu vert de l'ONU, sera dirigée par le général nigérian Shehu Abdulkadir.

Quelque 2 000 soldats sont attendus d'ici le 26 janvier à Bamako et environ 1 300 dans les semaines suivantes. Pour sa part, la France a déjà déployé 1 400 hommes au Mali. D'après les autorités françaises, ce chiffre devrait rapidement atteindre 2 500 soldats.

Huit pays ouest-africains - Nigeria, Togo, Bénin, Sénégal, Niger, Guinée, Ghana et Burkina Faso - plus le Tchad contribuent à la force. Au total, ce seront quelque 5 300 soldats du continent africain qui seront déployés au Mali.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Un accord de paix au Mali signé avec une partie des groupes armés

Le gouvernement malien a signé dimanche à Alger avec une partie des groupes armés du nord du pays un "accord de paix et de réconciliation" pour mettre fin aux violences.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Mali : procès en vue pour Sanogo

Attendu depuis des mois, le procès d'Amadou Haya Sanogo et de plusieurs autres membres de l'ex-junte malienne pourrait se tenir prochainement. "Peut-être en juin", estime une source judiciaire[...]

L'Afrique a-t-elle l'alimentation la plus saine du monde ?

Selon une étude de l'université de Cambridge, qui casse les clichés sur l'Afrique, le continent africain abriterait neuf des dix pays qui mangent le plus sainement au monde. Parmi eux, certains[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Mali : l'avenir de l'Afrique au coeur du Forum de Bamako

Le 15e Forum de Bamako s’est déroulé du 19 au 21 février avec comme questionnement central l'avenir du continent à moyen terme.[...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Mali : accord entre Bamako et les groupes armés pour une "cessation immédiate" des hostilités

Réunis à Alger pour un nouveau round des négociations de paix, le gouvernement malien et six groupes armés du nord du Mali ont signé jeudi, sous les auspices de l'Algérie et de l'ONU, un[...]

Mali : l'ombre d'Iyad Ag Ghali plane sur les négociations d'Alger

Soupçonné de manoeuvrer en coulisses en faisant régner la terreur parmi les Touaregs, le leader d'Ansar Eddine, Iyad Ag Ghali, demeure introuvable. Une ombre au tableau des négociations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers