Extension Factory Builder
16/01/2013 à 19:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Site de British Petroleum à In Amenas (Algérie) Site de British Petroleum à In Amenas (Algérie) © AFP

Une attaque terroriste menée par des jihadistes a visé, dans la nuit du mardi 15 au mercredi 16 janvier, la base du site gazier d’In Amenas, dans le sud-est de l’Algérie. Les ravisseurs détiennent 41 otages étrangers à l’intérieur de la base. Ils sont encerclés par l’armée algérienne.

Un groupe islamiste lourdement armé a attaqué, mercredi 16 janvier, aux alentours de 5h00 du matin, la base du site gazier d’In Amenas (sud-est), exploité par le consortium Sonatrach-British Petroleum. L’assaut a été perpétré par plusieurs dizaines de jihadistes, arrivés à bord de véhicules banalisés au petit matin.

Selon un communiqué du ministère algérien de l’Intérieur, « l'attaque a d’abord porté sur un bus qui quittait la base de Tiguentourine, transportant des étrangers vers l'aéroport d'In Amenas ». Un Algérien et un Britannique ont été tués et six personnes blessées lors de cette première attaque. D’après les autorités algériennes, le groupe terroriste s'est ensuite « dirigé vers la base-vie dont il a investi une partie et y a pris en otage un nombre indéterminé de travailleurs, dont des ressortissants étrangers ». Parmi ces expatriés figureraient des Français, des Américains, des Britanniques, des Norvégiens et des Japonais, travaillant notamment pour les compagnies British Petroleum (Grande-Bretagne), Statoil (Norvège) et Japan Gas Corporation (JGC), partenaires de la Sonatrach sur le site d’In Amenas. 

Les ravisseurs, cités par l’agence mauritanienne ANI, prétendent, eux, détenir 41 Occidentaux et n’ont pas précisé le nombre d’Algériens qui pourraient figurer parmi les otages.

Les troupes du "Borgne"

Une partie de ces terroristes, pour beaucoup algériens, sont issus de la katiba Al-Mouthalimine (« Les signataires par le sang »), dirigée par Moktar Belmokhtar, un  ancien lieutenant d’Aqmi au Sahel. Brouillé depuis de longs mois avec la direction du mouvement terroriste, le « Borgne » avait annoncé fin novembre qu’il lançait sa propre mouvance jihadiste. Sa katiba, se réclamant toujours d’Al-Qaida, opère principalement dans le nord-est du Mali et le sud de l’Algérie. Un des membres du commando d’In Amenas a d’ailleurs affirmé qu’ils avaient agi depuis le nord malien. D’après le porte-parole du groupe, cette opération, baptisée Al-Mauritani, du nom d’un combattant décédé, a été minutieusement préparée à l’avance. Elle a été déclenchée en réaction au soutien d’Alger à l’intervention militaire en cours contre les islamistes radicaux du Nord-Mali. Dimanche, l’Algérie a annoncé qu’elle autorisait les avions français à survoler son territoire.

Sur place, des militaires algériens ont encerclé la base. La zone est également survolée par des hélicoptères de l’armée. En fin d’après-midi, les ravisseurs ont libéré des petits groupes d’otages algériens. Ils réclament maintenant la libération de 100 islamistes détenus en Algérie avant d’en libérer davantage. Ils ont également demandé une vingtaine de véhicules 4x4 aux réservoirs pleins pour pouvoir rentrer au Mali, ainsi que des réserves d’eau et de nourriture. D’après l’ANI, les ravisseurs assurent que toute tentative pour libérer les otages conduirait à une « fin tragique ».

Les jihadistes sont par ailleurs munis d’explosifs. Selon un témoin interrogé par Le Figaro, ils auraient « miné la base ». Le ministre algérien de l’Intérieur, Daho Ould Kablia, a déclaré mercredi soir que les autorités algériennes « refusaient toutes négociations avec les terroristes ».

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Algérie : Bouteflika met fin aux fonctions de Belkhadem

Une source proche de la présidence algérienne a annoncé mardi qu'Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions de son conseiller spécial Abdelaziz Belkhadem, une personnalité de premier plan qui n[...]

Algérie - Maroc : 20 après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Violence dans les stades : la mort d'Ebossé couvre de "honte" les Algériens

De nombreux Algériens ont exprimé un sentiment de "honte" face au drame de la mort de l'attaquant camerounais Albert Ebossé. Le joueur a été tué samedi par un projectile[...]

Algérie : décès du footballeur camerounais Albert Ebossé, atteint par un projectile

L’attaquant camerounais de la JS Kabylie, Albert Ebossé est décédé samedi soir, atteint par un projectile parti des tribunes à l’issue de la défaite à domicile de son[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Youb Lalleg, tirailleur algérien : "La France m'a maltraité en retour"

L'Algérien Youb Lalleg, 95 ans, s'était engagé volontairement dans l'armée française en 1941. Malgré les injustices subies et la répression dont il a été[...]

Mali : les négociations de paix d'Alger reportées au 1er septembre

Après une première phase préparatoire en juillet, les pourparlers entre le gouvernement malien et les groupes armés vont reprendre le 1er septembre à Alger et non plus le 17 août comme[...]

Histoire : Alger, capitale de la résistance française

Alors qu'on célèbre, le 15 août, les 70 ans du débarquement de 1944 en Provence, auquel ont participé des milliers de combattants issus de l'empire colonial français, retour sur un[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex