Extension Factory Builder
17/01/2013 à 18:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Francois Rucogoza, chef de la délégation du M23 à Kampala, le 8 janvier 2013 Francois Rucogoza, chef de la délégation du M23 à Kampala, le 8 janvier 2013 © AFP

Censées avoir commencé depuis le début du mois de décembre, les négociations directes entre le Mouvement du 23-Mars (M23) et le gouvernement congolais n’ont pas toujours véritablement commencé. Les parties se sont néanmoins mis d’accord sur un ordre du jour, le 16 janvier.

Les pourparlers entre les rebelles du Mouvement du 23-mars (M23) et la délégation du gouvernement congolais peinent à avancer. Après plusieurs semaines d’atermoiements, les deux parties viennent seulement de se mettre d’accord, mercredi 16 janvier, sur les points à inscrire à l’ordre du jour. Et notamment sur la nécessité de réviser l’accord de paix de 2009 (dont l'application, tronquée selon le M23, est à l'origine de la mutinerie de ses hommes) et de redéfinir ses conditions d’application.

Pour autant, la suite des négociations n’est pas garantie. De part et d’autre, on se rejette la responsabilité du blocage.

La délégation du M23, elle, accuse Kinshasa de chercher à « gagner du temps ». Le mouvement rebelle soupçonne le gouvernement congolais de miser sur le déploiement de la Force internationale neutre au Kivu. « Des manœuvres regrettables au moment où nous avons démontré à plusieurs reprises notre volonté de trouver une issue pacifique à la crise », regrette Stanislas Baleke, un des représentants du M23 à Kampala. Allusion faite au retrait des rebelles de Goma, capitale du Nord-Kivu, qu’ils avaient conquise le 20 novembre dernier, mais aussi au cessez-le-feu unilatéral qu’ils ont décrété le 4 janvier avant de reprendre les négociations.
 
Le mouvement rebelle craint que son interlocuteur joue un « double jeu » en acceptant de négocier dans la capitale ougandaise au même moment qu’il continue à plaider pour le déploiement rapide de 4 000 hommes de la Force internationale neutre, lesquels auront éventuellement le mandat de surveiller la frontière rwando-congolaise et de traquer les forces rebelles à l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Les ministres congolais et rwandais des Affaires étrangères et les chefs états-majors de la région des Grands se sont d’ailleurs retrouvés récemment à Addis-Abeba (Éthiopie) pour discuter de la mise en place de cette force. De quoi inquiéter davantage le M23 qui espère néanmoins que « la force neutre restera neutre et qu’elle n’attaquera pas [ses] positions ».
 
Du côté des émissaires du gouvernement congolais, la lecture de la situation est tout autre. « Il ne s’agit pas d’un double langage, tente de rassurer un conseiller du chef de leur délégation. Nous discutons avec le M23 à Kampala dans le cadre d’un mécanisme régional de résolution des conflits, celui de la Conférence internationale sur la région des Grands lacs (CIRGL). Mais, ce n’est pas la seule dimension de la crise. Le dossier se trouve également sur la table de l’Union africaine (UA) et du Conseil de sécurité des Nations unies qui examinent les modalités techniques du déploiement de la Force internationale neutre. » Pour lui, le M23 a tout intérêt à « saisir cette chance » que lui offre la CIRGL, avant qu’il ne soit trop tard. « Un accord avec le mouvement rebelle n’est donc pas exclu », affirme-t-il.
 
Une session plénière est convoquée pour jeudi 17 janvier à Kampala. La médiation ougandaise qui a ramené à neuf les 21 revendications du M23, espère que les deux parties  pourront enfin aller à l’essentiel et trouver une issue au conflit armé qui sévit au Nord-Kivu depuis le mois d’avril dernier.
 
Par Trésor Kibangula (@Tresor_k)
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : remue-ménage à la tête de l'armée

RDC : remue-ménage à la tête de l'armée

Pas moins de 29 ordonnances ont été signées entre mardi et jeudi par le chef de l'État congolais, Joseph Kabila. Objectif : accélère la réforme de l'armée.[...]

RDC : appel au départ de Kabila, le gouvernement répond à l'Église catholique

Le porte-parole du gouvernement de la RDC, Lambert Mende, a répondu jeudi au message des évêques du pays qui ont réitéré leur appel au départ en 2016 du président Kabila.[...]

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier,[...]

RDC - Nord-Kivu : au moins deux policiers morts dans des affrontements avec des militaires

Au moins deux policiers ont été tués dans la nuit de mercredi à jeudi dans des affrontements avec des militaires congolais dans le Nord-Kivu, dans l'est de la RDC.[...]

RD Congo : y a-t-il un pilote à la Gécamines ?

Scandale de surfacturation, ingérence de l'État, explosion des coûts... Rien ne va plus dans la grande entreprise minière publique du Katanga, qui attend la nomination d'un nouveau dirigeant.[...]

RDC : l'Église congolaise réitère sa volonté de voir Kabila partir en 2016

Après différentes rencontres à Rome avec le pape François, la conférence épiscopale de RDC a publié dimanche une lettre dans laquelle elle réaffirme son opposition à[...]

RDC : Kengo wa Dondo met en garde contre une modification de la Constitution

Léon Kengo wa Dondo, le président du sénat de la RDC, a mis en garde lundi contre un "changement de Constitution" qui pourrait, selon lui, "menacer" la paix et la cohésion[...]

RDC : Kabila gracie le pasteur Kuthino

Le président congolais Joseph Kabila a gracié dimanche, au nom de la "cohésion nationale", le pasteur Ferdinand Kuthino, chef d'une Église évangélique condamné à[...]

RDC : la police disperse une manifestation d'opposition à Kinshasa

La police congolaise a dispersé samedi matin une manifestation d'opposition dans le centre de Kinshasa, interpellant plusieurs personnes dont un journaliste vidéaste de l'AFP.[...]

RDC : Jean-Bertrand Ewanga condamné à un an de prison ferme pour "offense au chef de l'État"

L'opposant Jean-Bertrand Ewanga a été condamné jeudi soir par la justice congolaise (RDC) à un an de prison ferme pour outrage au chef de l'État. Une sentence qui tombe moins de quarante-huit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex