Extension Factory Builder
15/01/2013 à 07:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Moïse Katumbi, président du TP Mazembe. Moïse Katumbi, président du TP Mazembe. © AFP

Homme d’affaires influent, gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi (48 ans) est également le président du TP Mazembe, un des clubs les plus puissants d’Afrique. Pour "Jeune Afrique", il évoque l’actualité de son club, pour qui il continue de voir très grand.

L’élimination en demi-finale de la Ligue des Champions 2012 a-t-elle eu des conséquences financières importantes pour le TP Mazembe ?

Moïse Katumbi : Nous avons plutôt économisé de l’argent ! Au stade des demi-finales, nous avions déjà dépensé 2,5 millions de dollars en primes aux joueurs. Et le titre de champion rapporte 1,5 millions de dollars. Notre objectif, à chaque participation, c’est de gagner le trophée pour enrichir notre palmarès et pour participer à la Coupe du Monde des clubs de la Fifa.

Est-ce la fin d'un cycle à Mazembe, ou envisagez-vous de repartir en 2013 avec la même ossature ?

Nous avions des joueurs en fin de contrat, d’autres qui étaient sollicités et certains qui terminent leur carrière pour faire partie de l’encadrement. Nous devions donc obligatoirement nous renforcer. Nous avons recruté une dizaine d’éléments de valeur, au Ghana notamment, faute de trouver des renforts au pays, car une grande partie des meilleurs joueurs congolais est déjà chez nous. Nous pensons avoir bâti une équipe capable de réussir à effacer la déception des supporters qui voulaient la Coupe en 2012.

Envisagez-vous de vendre certains joueurs à l'étranger ?

Plusieurs joueurs comme Sunzu, Kalaba, Mputu, Samata, Kanda,  sont convoités. Pour Sunzu, les Anglais de Reading sont très intéressés mais il ne partira pas pour moins de 3 millions de dollars d’indemnité de transfert. Le choix est difficile pour nos joueurs, car ils sont bien traités chez nous et évoluent au plus haut niveau africain. Je n’ai pas envie de les voir partir dans des clubs de seconde zone en Europe.

Vous effectuez votre recrutement en RDC, mais aussi dans d'autres pays africains. Envisagez-vous de vous intéresser à d'autres continents, comme l'Amérique du Sud ?

Bien sûr. J’ai toujours un faible pour le football brésilien et nous avions recruté le défenseur Julio Santos la saison dernière. Mais ce ne fut malheureusement pas une réussite car il n’était pas meilleur que les nôtres. Cela ne nous empêchera pas de recommencer si l’occasion se présente. Nos portes sont ouvertes aux joueurs de tous les continents, s’ils ont beaucoup de talent.

Lamine Ndiaye, s’il était blanc, tout le monde l’appellerait le sorcier blanc

Qu'envisagez-vous pour votre entraîneur sénégalais Lamine N'Diaye ?

Nous lui avons renouvelé notre confiance pour les deux années à venir. C’est un entraineur compétent et honnête. Il nous a emmenés en finale de la Coupe du monde des clubs et nous a débarrassés de nos complexes face aux clubs du Maghreb. Certains de nos fans l’ont baptisé le Mourinho d’Afrique. Son handicap est d’être Africain… S’il était blanc, tout le monde l’appellerait « le sorcier blanc ».

Quelles sont vos ambitions pour 2013 ?

Toujours les mêmes : conserver notre rang de champion du Congo et aller le plus loin possible en Ligue des champions. Il nous a manqué peu de choses en 2012. Un peu plus de réussite contre l’Espérance de Tunis et nous étions en finale. Et n’oubliez pas que nous avons dominé le champion Al- Ahly chez nous (2-0)…

Envisagez-vous d augmenter le budget afin de renforcer l'équipe ?

Tout ceci est fait. Notre budget augmente à chaque exercice depuis que je suis à la tête du club. Un grand sponsor hors RDC doit nous rejoindre prochainement… Nous sommes désormais, chaque année, l’un des favoris pour le titre de champion d’Afrique car tout le monde sait que nous mettons les moyens pour remporter le trophée. Sur le continent, un grand nombre de joueurs rêvent d’ailleurs de revêtir notre maillot. Après, il y a les aléas du football…

Quels sont vos projets pour le club à court, moyen et long terme ?

Globalement, faire du Tout Puissant Mazembe l’un des meilleurs clubs du monde. Développer les infrastructures avec notre nouveau stade déjà équipé pour jouer en nocturne. Promouvoir une marque TP Mazembe et arriver à l’équilibre financier par nos propres moyens. Réussir notre formation des jeunes à travers notre académie KFA et nos partenariats à l’étranger pour assurer l’avenir. En espérant que nous ne seront pas seuls en RDC à évoluer ainsi, car il faut donner à la jeunesse congolaise les moyens d’être fiers de son pays…

___

Propos recueillis par Alexis Billebault


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

RDC : l'ONU souhaite la reprise de la coopération avec l'armée pour combattre les FDLR

En froid avec Kinshasa, les Nations unies souhaitent relancer la coopération "le plus vite possible" avec l'armée afin de neutraliser les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwa[...]

RDC : Filimbi, drôles de révolutionnaires !

Les jeunes militant prodémocratie arrêtés par les autorités congolaises présentent des profils qui ne collent pas, mais alors pas du tout, avec le portrait qu'en fait Kinshasa. Explications.[...]

Kyungu wa Kumwanza : "La RDC doit privilégier les échéances électorales importantes"

De retour de Kinshasa, où il a pris part la semaine dernière à la réunion du bureau politique de la coalition au pouvoir, convoquée par le président Joseph Kabila, Antoine Gabriel Kyungu[...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130115214428 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130115214428 from 172.16.0.100