Extension Factory Builder
15/01/2013 à 15:59
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Tiangaye était présent lors des négociations à Libreville. Nicolas Tiangaye était présent lors des négociations à Libreville. © Sia Kambou/APF

La rébellion du Séléka a confirmé, mardi 15 janvier, le choix de l'avocat Nicolas Tiangaye comme futur Premier ministre du gouvernement d'union nationale en Centrafrique, levant un obstacle à sa nomination par le président François Bozizé.  

Nicolas Tiangaye avait déjà été choisi par l’opposition politique comme candidat au poste de Premier ministre, qui devait, selon les accords de paix signés le 11 janvier à Libreville (Gabon), être issu de ses rangs. Il restait à la rébellion armée, la coalition Séléka, de confirmer que tel était également son choix.

C’est chose faite, ce mardi 15 janvier. Le dernier obstacle à la nomination de l’avocat et opposant Nicolas Tiangaye comme Premier ministre du gouvernement d'union nationale centrafricain, par le président François Bozizé, a été levé.

« Nous venons de confirmer (le choix de) M. Tiangaye comme Premier ministre », a déclaré le chef de la Séléka, Michel Djotodia, à sa sortie d'une audience avec le président congolais, Denis Sassou Nguesso, qui dirige le Comité de suivi de l'accord de paix, à Brazzaville.

Dimanche soir, Josué Binoua, le ministre de l'Administration territoriale du gouvernement démis samedi, avait déclaré que le président centrafricain François Bozizé, après avoir été informé de la désignation de Nicolas Tiangaye par l'opposition démocratique, attendait d'être informé « par écrit » du nom proposé par les rebelles avant de nommer le nouveau titulaire de la primature.

« Nous sortons de cette entrevue avec beaucoup d’optimisme quant à l’avenir de notre pays. Il n’y a plus de dissensions parce que l’accord de Libreville a prévu que le Premier ministre doit être issu de l’opposition démocratique et l’opposition démocratique m’a désigné à l’unanimité. Cela a été approuvé par la coalition Séléka », a commenté Me Tiangaye. « Je vais rentrer avec la Séléka à Bangui qui va confirmer la proposition faite par l’opposition démocratique », a-t-il précisé.

(avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Viols d'enfants en Centrafrique : si un soldat est coupable, il doit se dénoncer, affirme Le Drian

Viols d'enfants en Centrafrique : si un soldat est coupable, il doit se dénoncer, affirme Le Drian

Si un soldat français s'est rendu coupable de viol sur un enfant lors de la mission Sangaris en Centrafrique, il doit "se dénoncer immédiatement", a estimé le ministre français de la D&[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : l'ONU nie avoir voulu étouffer l'affaire

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme a jugé vendredi "offensant" d'être accusé d'avoir étouffé les accusations d'abus sexuels sur des enfants par des soldats[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : un scandale potentiellement dévastateur pour la France

L'armée française, habituée aux interventions en Afrique, fait face à un scandale aux effets potentiellement dévastateurs à la suite d'accusations d'enfants selon lesquels des soldats[...]

Centrafrique : des soldats tchadiens et équato-guinéens aussi accusés de viols sur mineurs

Après 14 soldats français de la force Sangaris, d'autres militaires étrangers en Centrafrique - des Tchadiens et des Équato-Guinéens - sont également accusés d'abus sexuels sur[...]

Viols sur mineurs en Centrafrique : 14 militaires français de Sangaris mis en cause

Selon une source judiciaire française, 14 soldats français sont mis en cause pour viols présumés d'enfants en Centrafrique. Mais seul une petite partie d'entre eux ont été[...]

Centrafrique : que sait-on de l'affaire des viols présumés d'enfants par des soldats français ?

Le quotidien britannique "The Guardian", a révélé mercredi une affaire de viols présumés d’enfants en Centrafrique, en 2014, par des militaires français de[...]

Centrafrique : Patassé Jr cherche soutiens

Peut-être que le forum de Bangui, qui aura lieu du 4 au 12 mai, en décidera autrement, mais, pour l'heure, la tenue de la présidentielle centrafricaine est toujours prévue d'ici au mois[...]

Centrafrique : fin de cavale à Kinshasa pour Vomitiadé, l'ancien ministre du Tourisme

Condamné le 8 avril à deux ans de prison ferme pour viol sur mineure, l'ex-ministre centrafricain du Tourisme, Romaric Vomitiadé, est aujourd'hui en garde à vue à Kinshasa après[...]

Centrafrique : vers un nouveau report du forum de Bangui

Prévu initialement du 27 avril au 2 mai, le forum de Bangui devrait finalement avoir lieu du 4 au 12 mai.[...]

Centrafrique : Jean-Jacques Demafouth, qui veut la peau du caméléon ?

Ex-ministre de Patassé, ex-rebelle et aujourd'hui conseiller de Catherine Samba-Panza, il tentait de tirer toutes les ficelles du pouvoir centrafricain. À force, il a fini par faire l'unanimité. Contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130115155915 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130115155915 from 172.16.0.100