Extension Factory Builder
15/01/2013 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Abdelaziz, le 29 novembre 2012 à Nouakchott. Mohamed Ould Abdelaziz, le 29 novembre 2012 à Nouakchott. © AMI

Le chef de l'État mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a affirmé la disponibilité de son pays à venir en aide à l'armée malienne, lors d'une rencontre avec son homologue français, François Hollande, le mardi 15 janvier à Abou Dhabi. Contrairement à ce qu'il avait répété jusqu'à maintenant.

Face à l’urgence de la situation, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz est revenu sur sa décision de ne pas engager son pays dans la guerre au Nord-Mali. « La Mauritanie est prête à apporter son aide au Mali, si le Mali en fait la demande », a-t-il assuré à son homologue français François Hollande, lors de leur rencontre le 15 janvier, à Abou Dhabi. Les deux chefs d’État ont fait le déplacement aux Emirats arabes unis à l’occasion du Sommet mondial des énergies d’avenir (World Future Energy Summit).

Leur entretien, non prévu au départ, a eu lieu à 7h45 et a duré une trentaine de minutes, en présence de Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. « Aziz » a d’abord exprimé un soutien sans réserve à l’opération Serval, ainsi qu’à l’armée malienne. Puis, il a fait part de sa disponibilité pour venir en aide à cette dernière, face à la « dégradation de la situation sécuritaire au Mali » et aux « risques de déstabilisation » dans la sous-région. Tout en réaffirmant être favorable, tout comme François Hollande, à la tenue d’un dialogue politique au Mali. « Son objectif est d’éradiquer purement et simplement le terrorisme, confie un membre de la délégation présidentielle française. L’aide apportée sera sans doute de nature militaire. »

Privilégier le dialogue

Mohamed Ould Abdelaziz avait, jusqu’à maintenant, toujours répété que la Mauritanie ne s’engagerait pas militairement au Nord-Mali. Il conseillait plutôt à l’État malien de privilégier le dialogue avec le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) et Ansar Eddine. « Le Mali est membre de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). C’est à elle de régler ce problème », avait-il assuré à J.A. en décembre dernier. Une position qu’il avait même réaffirmée le 20 novembre à François Hollande, lors de leur rencontre à l’Elysée.

Le 14 janvier, après avoir réuni en urgence les chefs d’état-major mauritaniens, le président a pris la décision de redéployer son armée à la frontière malienne, à l’est du pays. Sa priorité est toujours la même : la sécurisation du territoire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Le Mali bénéficie cette année d'un quota de 9 000 pèlerins. À la différence du Sénégal, 90 % d'entre eux sont encadrés par des organismes [...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers