Extension Factory Builder
15/01/2013 à 15:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Abdelaziz, le 29 novembre 2012 à Nouakchott. Mohamed Ould Abdelaziz, le 29 novembre 2012 à Nouakchott. © AMI

Le chef de l'État mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, a affirmé la disponibilité de son pays à venir en aide à l'armée malienne, lors d'une rencontre avec son homologue français, François Hollande, le mardi 15 janvier à Abou Dhabi. Contrairement à ce qu'il avait répété jusqu'à maintenant.

Face à l’urgence de la situation, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz est revenu sur sa décision de ne pas engager son pays dans la guerre au Nord-Mali. « La Mauritanie est prête à apporter son aide au Mali, si le Mali en fait la demande », a-t-il assuré à son homologue français François Hollande, lors de leur rencontre le 15 janvier, à Abou Dhabi. Les deux chefs d’État ont fait le déplacement aux Emirats arabes unis à l’occasion du Sommet mondial des énergies d’avenir (World Future Energy Summit).

Leur entretien, non prévu au départ, a eu lieu à 7h45 et a duré une trentaine de minutes, en présence de Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères. « Aziz » a d’abord exprimé un soutien sans réserve à l’opération Serval, ainsi qu’à l’armée malienne. Puis, il a fait part de sa disponibilité pour venir en aide à cette dernière, face à la « dégradation de la situation sécuritaire au Mali » et aux « risques de déstabilisation » dans la sous-région. Tout en réaffirmant être favorable, tout comme François Hollande, à la tenue d’un dialogue politique au Mali. « Son objectif est d’éradiquer purement et simplement le terrorisme, confie un membre de la délégation présidentielle française. L’aide apportée sera sans doute de nature militaire. »

Privilégier le dialogue

Mohamed Ould Abdelaziz avait, jusqu’à maintenant, toujours répété que la Mauritanie ne s’engagerait pas militairement au Nord-Mali. Il conseillait plutôt à l’État malien de privilégier le dialogue avec le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) et Ansar Eddine. « Le Mali est membre de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao). C’est à elle de régler ce problème », avait-il assuré à J.A. en décembre dernier. Une position qu’il avait même réaffirmée le 20 novembre à François Hollande, lors de leur rencontre à l’Elysée.

Le 14 janvier, après avoir réuni en urgence les chefs d’état-major mauritaniens, le président a pris la décision de redéployer son armée à la frontière malienne, à l’est du pays. Sa priorité est toujours la même : la sécurisation du territoire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français Gilb[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces