Extension Factory Builder
14/01/2013 à 14:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Djibrill Bassolé, ministre burkinabè des Affaires étrangères. Djibrill Bassolé, ministre burkinabè des Affaires étrangères. © AFP

Le chef de la diplomatie burkinabè et représentant du médiateur dans la crise malienne estime que la logique de  guerre à l’œuvre au Mali ne remet pas en cause la question du dialogue.

Jeune Afrique : Des négociations avec le MNLA et Ansar Eddine étaient prévues à Ouagadougou, le 21 janvier. Peut-on encore espérer la tenue de cette réunion ?

Djibrill Bassolé : Le principe de dialoguer pour asseoir les fondements d’une paix durable est toujours valable. Maintenant, il est évident que les affrontements qui  ont eu lieu sur le terrain vont poser quelques difficultés, ne serait-ce que pratiques, à l’envoi des délégations. Mais la médiation se montre toujours disponible à promouvoir le dialogue si tel est le souhait de chacune des parties.

Comment préparez-vous ces discussions ?

Dans la même veine que celles qui ont déjà eu lieu. Le médiateur a rencontré les mouvements  armés touaregs individuellement ainsi que le gouvernement  de transition. Le 4 décembre dernier, ils ont adhéré à un certain nombre de principes : l’arrêt total des hostilités avec la mise en place d’un mécanisme d’observation, le retour à la normalisation au Nord-Mali et puis le rétablissement de l’ordre constitutionnel. Il y avait un agenda relativement précis sur lequel nous élaborions des propositions. Ce que nous préparions reste toujours valable.

Pourquoi les islamistes ont attaqué vers le Sud ?

Je ne saurai dire exactement quelles ont été les motivations. La situation militaire  s’était stabilisée. Chacun tenait sa zone avec des lignes de démarcation précises, bien que non formelles. Certains actes et certains propos ont pu irriter ou faire croire que le dialogue n’était pas sincère.

Que pensez-vous de l’appel à l’aide lancé par Dioncounda Traoré, le président malien, à la France ?

Tout ceci s’est  fait dans le cadre de la coopération bilatérale entre la France et le Mali en matière de défense et de sécurité et dans celui de la résolution 2085 des Nations unies.

Nous avons d'un certain temps pour le déploiement de forces militaires.

Est-ce que la force de la Cedeao doit accélérer son programme d’intervention ?

Une éventuelle intervention doit aller de pair avec une résolution politique de la crise si nous voulons créer les conditions d’une paix durable et stable. Mais Il est vrai que pour arrêter une offensive de cette nature, il n’y a que le déploiement de forces militaires comme solution.

Pourquoi n’y a-t-il toujours pas de déploiement malgré le feu vert du Conseil de sécurité de l’Onu ?

C’est une question de préparation et de logistique. Nos pays, en raison de leurs moyens, ont besoin d’un certain temps de préparation.

Comment avez-vous accueilli le revirement d’Ansar Eddine ? N’avez-vous pas le sentiment d’un recul après les avancées constatées ?

Oui très certainement. Le 4 décembre, nous nous étions accordés sur un certain nombre de principes, en particulier sur celui d’arrêter toute forme d’activités militaires. La médiation a été surprise d’apprendre, au travers d’un communiqué, qu’Ansar Eddine avait l’intention de se soustraire à cet engagement. Avoir pris l’initiative de rompre cette trève pose un problème de confiance.

Y-a-t-il de bons et mauvais terroristes ? Vous faites la distinction entre Ansar Eddine d’un côté et le Mujao de l’autre…

Le terrorisme, par nature, est mauvais. Ansar Eddine est un mouvement malien touareg avec lequel il faut engager un dialogue politique si l’on veut ramener une paix durable. Les rébellions touaregs ne cessent de se répéter. Cette fois-ci, des islamistes sont venus se mêler à l’action des touaregs qui entretiennent des liens opérationnels avec eux. Il nous appartient de faire la part des choses. Le terrorisme est de toute façon à combattre, qu’il soit porté par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et même par Ansar Eddine. Nous souhaitons cependant qu’Ansar Eddine, qui est un mouvement touareg, se démarque  des actions terroristes pour demeurer un interlocuteur viable pour la paix.

Le Mali est en guerre depuis longtemps.

Vous ne vous découragez-pas de votre mission de médiation ?

Il n’y a pas à se décourager. De toute façon, on avait toujours pris en compte les deux volets du règlement de ce conflit : le dialogue et l’intervention militaire contre le terrorisme et le crime organisé.

Sommes-nous entré dans un processus de guerre irréversible ?

Non, le Mali est d’ailleurs en guerre depuis longtemps. À partir du moment où des mouvements armés ont coupé le territoire en deux, on est déjà dans un état de belligérance. La riposte de la communauté internationale contre ces groupes constitue une autre phase qui était prévisible. À partir du moment où la résolution du Conseil de sécurité a été votée, il fallait s’attendre à l’usage de la force à un moment ou un autre.

La médiation se justifie-t-elle toujours ?

Il y a une médiation que la Cedeao a confié à Blaise Compaoré, le président du Faso, qui consistait à créer les conditions du dialogue. Ce dernier est de toute façon nécessaire. Un jour ou l’autre, il va bien falloir dialoguer pour consolider la paix, la rendre effective et durable.

___

Propos recueillis par Abdel Pitroipa, à Ouagadougou.


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Moussa Mara : 'Il n'y aura pas de prime à l'impunité' au Mali

Moussa Mara : "Il n'y aura pas de prime à l'impunité" au Mali

Les priorités du Premier ministre malien, Moussa Mara ? La réforme territoriale, la reprise de l'aide du FMI et les négociations avec les groupes armés. Un domaine où il joue la carte de [...]

Mali : Casques bleus tchadiens excédés

Le 18 septembre, cinq Casques bleus tchadiens de la Minusma ont été tués au passage de leur véhicule sur un engin explosif dans les environs d'Aguelhok. C'est la troisième attaque[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Le Mali bénéficie cette année d'un quota de 9 000 pèlerins. À la différence du Sénégal, 90 % d'entre eux sont encadrés par des organismes [...]

Mali : grand nettoyage à Bamako

Pour revenir dans les bonnes grâces du FMI après plusieurs impairs difficilement justifiables, le Mali met les bouchées doubles pour sanctionner les fonctionnaires indélicats.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Terrorisme au Mali : identification de Meherig Djafar, le coup de pouce d'Interpol

La récente identification au Mali du jihadiste algérien Meherig Djafar démontre l'importance de la technologie dans la lutte contre le terrorisme.[...]

À Bamako, plusieurs milliers de manifestants disent non à la partition du Mali

Entre deux et trois milles personnes ont défilé jeudi à Bamako pour dénoncer toute velléité de partition du Mali.[...]

Christian Josz (FMI) : "Notre mission au Mali a été un grand succès"

Du 12 au 25 septembre, une mission du Fonds monétaire international a séjourné à Bamako pour faire la lumière sur un marché de 69 milliards de F CFA passé de gré à[...]

Mali - Ousmane Diarra : "Les jihadistes instrumentalisent la pureté de l'enfant"

Dans son troisième roman, La Route des clameurs, le conteur malien revient sur la terreur qui s'est abattue sur son pays. Et dissèque comment la folie s'est emparée des hommes.[...]

Suspense et morosité

L'enthousiasme qui avait saisi les acteurs économiques maliens après le sommet de Bruxelles, en mai 2013, au cours duquel une aide internationale de 4 milliards de dollars (3,25 milliards[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers