Extension Factory Builder
14/01/2013 à 12:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran montrant des combattants d'Aqmi dans le Nord du Mali. Capture d'écran montrant des combattants d'Aqmi dans le Nord du Mali. © AFP

Des combattants jihadistes menés par Abou Zeid, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), se sont emparés lundi 14 janvier de la ville de Diabali, à environ 400 km au nord de Bamako. Un peu plus tôt dans la journée, un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé que les islamistes radicaux allaient "frapper le coeur de la France".

Mis à jour à 14h00.

Ciblés par l'aviation française depuis trois jours, les islamistes radicaux qui occupent le Nord-Mali semblent décidés à se battre. Lundi, des jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont fait tombé la ville de Diabali, située dans le centre de Mali, dans une zone sous contrôle des autorités maliennes. D'abord relayé par des témoins et un élu local, l'information a été confirmée à la mi-journée par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

« Les islamistes ont attaqué aujourd'hui (lundi) la localité de Diabali. Ils sont venus de la frontière mauritanienne, où ils avaient été bombardés par l'armée française », a déclaré une source de sécurité malienne. Selon cette source, l'armée malienne a envoyé d'urgence un hélicoptère sur place.

« Abou Zeid, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dirige lui-même les opérations. Ils ont quitté la frontière mauritanienne, pour éviter les raids des avions français », a précisé une source sécuritaire régionale au moment de l'attaque islamiste contre Diabali.

Menaces contre la France

La France, se proclamant en guerre contre le terrorisme au Mali, a bloqué vendredi la progression des groupes armés islamistes vers le centre du pays. L'armée française a bombardé pour la première fois dimanche leurs positions dans le nord, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes. Des positions islamistes à Nampala, à une cinquantaine de kilomètres de Diabali, et un camp d'entraînement jihadiste à Léré, près de la Mauritanie, ont notamment été visés dimanche par des frappes aériennes françaises.

Lundi, un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a par ailleurs annoncé que les islamistes allaient « frapper le coeur de la France ». Selon un responsable local, plus de 60 islamistes ont été tués dimanche dans la seule ville de Gao au cours de bombardements français. « La France a attaqué l'islam (...) Au nom d'Allah, nous allons frapper le coeur de la France », a déclaré Abou Dardar, l'un des leaders du Mujao. Interrogé sur l'endroit où ce « coeur » de la France serait frappé, ce dernier a affirmé : « Partout. À Bamako, en Afrique et en Europe ».

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

À l'ONU, le gouvernement malien dit vouloir dialoguer avec les groupes rebelles

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies sa volonté de mener rapidement des négociations avec[...]

Mali : accusé de complicité d'assassinat, Sanogo encourt la peine de mort

Le général putschiste Amadou Haya Sanogo a vu les accusations le visant s'alourdir. En plus de complicité d'enlèvement, il doit répondre depuis le 22 avril du chef de complicité[...]

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces