Extension Factory Builder
14/01/2013 à 12:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran montrant des combattants d'Aqmi dans le Nord du Mali. Capture d'écran montrant des combattants d'Aqmi dans le Nord du Mali. © AFP

Des combattants jihadistes menés par Abou Zeid, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), se sont emparés lundi 14 janvier de la ville de Diabali, à environ 400 km au nord de Bamako. Un peu plus tôt dans la journée, un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé que les islamistes radicaux allaient "frapper le coeur de la France".

Mis à jour à 14h00.

Ciblés par l'aviation française depuis trois jours, les islamistes radicaux qui occupent le Nord-Mali semblent décidés à se battre. Lundi, des jihadistes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont fait tombé la ville de Diabali, située dans le centre de Mali, dans une zone sous contrôle des autorités maliennes. D'abord relayé par des témoins et un élu local, l'information a été confirmée à la mi-journée par le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

« Les islamistes ont attaqué aujourd'hui (lundi) la localité de Diabali. Ils sont venus de la frontière mauritanienne, où ils avaient été bombardés par l'armée française », a déclaré une source de sécurité malienne. Selon cette source, l'armée malienne a envoyé d'urgence un hélicoptère sur place.

« Abou Zeid, l'un des chefs d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dirige lui-même les opérations. Ils ont quitté la frontière mauritanienne, pour éviter les raids des avions français », a précisé une source sécuritaire régionale au moment de l'attaque islamiste contre Diabali.

Menaces contre la France

La France, se proclamant en guerre contre le terrorisme au Mali, a bloqué vendredi la progression des groupes armés islamistes vers le centre du pays. L'armée française a bombardé pour la première fois dimanche leurs positions dans le nord, à Gao et Kidal, au coeur des territoires jihadistes. Des positions islamistes à Nampala, à une cinquantaine de kilomètres de Diabali, et un camp d'entraînement jihadiste à Léré, près de la Mauritanie, ont notamment été visés dimanche par des frappes aériennes françaises.

Lundi, un responsable du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a par ailleurs annoncé que les islamistes allaient « frapper le coeur de la France ». Selon un responsable local, plus de 60 islamistes ont été tués dimanche dans la seule ville de Gao au cours de bombardements français. « La France a attaqué l'islam (...) Au nom d'Allah, nous allons frapper le coeur de la France », a déclaré Abou Dardar, l'un des leaders du Mujao. Interrogé sur l'endroit où ce « coeur » de la France serait frappé, ce dernier a affirmé : « Partout. À Bamako, en Afrique et en Europe ».

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Nord-Mali : au moins 4 soldats de la Minusma tués dans l'explosion d'une mine

Nord-Mali : au moins 4 soldats de la Minusma tués dans l'explosion d'une mine

Le bilan provisoire de l'explosion d'une mine au passage d'un convoi de la Minusma mardi au nord de Kidal est d'au moins 4 morts et 15 blessés.[...]

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Mali : les groupes armés du Nord veulent faire front commun face au gouvernement

Les six principaux groupes armés du Nord du Mali ont signé jeudi à Ouagadougou une déclaration commune censée mettre fin à leurs divisions. Ils entendent ainsi présenter un front[...]

Mali : les groupes armés du nord peaufinent leurs revendications à Ouagadougou

Les principaux mouvements armés du Nord du Mali sont réunis depuis mardi à Ouagadougou. Objectif : harmoniser leur plateforme de revendications avant un second round de négociations décisif avec[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mali : le Prytanée militaire de Kati, école d'excellence de l'armée

Sanogo, Dacko, Fané... Tous sortent du même moule : le Prytanée militaire de Kati. Un établissement d'excellence hérité de l'époque coloniale où l'on apprend[...]

Mali - Moctar Mariko : "Les libérations d'auteurs présumés de violences nous atterrent"

La libération, le 15 août dernier, de l'ancien juge islamique de Tombouctou - notamment responsable d'avoir fait pratiquer des amputations -, a suscité les protestations de l'Association malienne des droits de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex