Extension Factory Builder
13/01/2013 à 16:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mirage 2000 D préparé pour décoller vers le Mali. Mirage 2000 D préparé pour décoller vers le Mali. © AFP

Les frappes aériennes se poursuivent au centre du Mali, le long de la frrontière avec la Mauritanie notamment contre les troupes d'Al Qaïda au maghreb islamique (Aqmi). Kidal et Gao ont également été bombardées, dimanche 13 janvier, et les islamistes délogés de leurs bases dans cette dernière. A Tombouctou, les islamistes auraient commencé à fuir, selon Sahara Médias. Le MNLA a réagi à l'intervention de la France et de l'armée malienne, se déclarant prêt à s'impliquer dans "la lutte contre le terrorisme".

Mis à jour le 13 janvier à 19h30.

L'armée française a poursuivi dimanche ses raids aériens contre les groupes armés islamistes au Mali, après avoir stoppé vendredi leur avance dans le centre du pays, au cours de combats qui ont fait des dizaines de morts, dont un chef islamiste selon une source de sécurité. Dimanche le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a expliqué qu'il y avait "des raids en permanence". Il y en a en ce moment, il y en a eu cette nuit, il y en aura demain", a-t-il indiqué.

Alors que le président François Hollande estimait la veille que l'intervention française avait permis de porter un "coup d'arrêt" aux islamistes, le ministre de la Défense s'est montré prudent. "Les interventions sont toujours en cours et nous les poursuivrons pour empêcher la progression vers le Sud, ça c'est en partie fait, pas totalement", a-t-il souligné, précisant que l'intervention française permettrait aux forces maliennes de "reprendre leur marche en avant pour l'intégrité" du territoire.

Le MNLA tente de reprendre la main

Une perspective dénoncée par le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg malienne), qui a demandé dimanche que les forces de Bamako ne pénètrent pas dans le nord du pays, région pour laquelle elle demande un droit à l'autodétermination. "Le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) attire l’attention de la communauté internationale que l’intervention armée étrangère contre les groupes terroristes ne doit pas permettre à l’armée malienne de franchir la ligne de démarcation entre l’Azawad et le Mali avant le règlement politique du conflit qui nous oppose" a expliqué le mouvement rebelle touareg, se déclarant prêt à s’impliquer dans les "opérations de lutte contre le terrorisme" afin de minimiser "les risques des victimes civiles innocentes".

Le MNLA avait lancé en janvier 2012 une offensive dans le nord du Mali, avant d'en être évincé peu après par les groupes islamistes armés Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et Ansar Dine (Défenseurs de l'islam).

Des islamistes "mieux entraînés que prévu"

"Les forces militaires françaises au Mali affrontent des groupes islamistes bien équipés, bien armés et bien entraînes, dotés d'un matériel moderne, sophistiqué", a-t-on déclaré dimanche dans l'entourage du président François Hollande. " A l'origine, on pouvait penser qu'il s'agissait de quelques soudards à bord de Toyota avec quelques armes", selon cette source. "Ils se révèlent en réalité bien équipés, bien armés et bien entraînés", ajoute-t-on de même source, notant que les groupes islamistes ont récupéré en Libye "un matériel moderne sophistiqué, beaucoup plus robuste et efficace que ce qu'on pouvait imaginer".

"Ce qui nous a beaucoup frappés, c'est la modernité de leur équipement, leur entraînement et leur capacité à s'en servir", affirme cette source. "Ces groupes armés ont montré comment ils pouvaient endommager un hélicoptère et blesser mortellement son pilote", a-t-on souligné.

Avancée vers le Nord

Selon des témoignages sur place, des frappes aériennes ont également touché la ville Gao, où la population était semble-t-i retranchée chez elle. L'une des premières cibles aurait été le consulat d'Algérie et le camp militaire Firhoun serait également touché. Une source sécuritaire régionale a confirmé à l'AFP que "les principales bases" des islamistes, à Gao et dans sa périphérie, ont été "mises hors d'usage" par les raids français. Après ces bombardements, des habitants de Gao ne cachaient pas leur enthousiasme de voir les jihadistes atteints. "Si au moins l'armée malienne pouvait venir rapidement, vraiment, je serai content. Il faut maintenant que l'armée vienne avant que les islamistes ne reviennent ici", a déclaré un jeune étudiant résidant à Gao.

Kidal aurait également été bombardée, selon plusieurs sources. A Tombouctou, dans la zone sous contrôle des islamistes, un professeur de lettres qui a requis l'anonymat a fait état d'un "début de panique" parmi les familles des jihadistes partis combattre à Konna, assurant que "beaucoup essayent de partir dans le désert" et affirmé espérer l'arrivée de soldats français. "Depuis 9, 10 mois, on est dans un régime très totalitaire. On est coupé de tout. Franchement, on n'attend que ça! On ne peut pas imaginer que les forces françaises s'arrêtent aux portes de Konna. C'est l'occasion ou jamais d'en finir avec ces islamistes", a-t-il expliqué, joint par téléphone par l'AFP. Selon Sahara Médias, en fin de journée, dimanche, les islamistes fuyaient également la ville.

Mobilisation de l'Afrique de l'Ouest

A Bamako, les premiers éléments des troupes de la Cédéao, des officiers supérieurs, sont attendus dans la journée de dimanche. "Ils viennent organiser l'arrivée des troupes", à partir de lundi, selon une source au ministère malien de la défense. Ils seront dirigés par un général nigérian, Shehu Abdulkadir, déjà arrivé au Mali selon Lagos, qui fournira "environ 600 hommes".

Le Niger, le Burkina Faso, le Togo, et le Sénégal ont également annoncé l'envoi chacun "d'un bataillon" (environ 500 hommes) au Mali. Le Bénin a indiqué l'envoi de 300 soldats. Un sommet extraordinaire de l'organisation sous-régionale, d'abord prévu mercredi 16 janvier, devrait se tenir samedi 19 janvier à Abidjan.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers