Extension Factory Builder
13/01/2013 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des étudiants au centre Matkeyle, à Yaoundé. Des étudiants au centre Matkeyle, à Yaoundé. © DR

Au Cameroun, le secteur du service à la personne, de l'hôtellerie ou encore du tourisme évolue et se professionnalise. Une nouvelle génération d'employés, passés par des centres de formation spécialisés, arrive sur le marché de l'emploi.  

Lundi, 7h45 à Bastos, quartier résidentiel de Yaoundé. Alors que la ville s’éveille, Martin N., 19 ans, s’apprête à prendre son service. Comme à l’accoutumée, il dispose de quinze minutes pour se préparer : enfiler un polo blanc et un pantalon jeans, la tenue règlementaire pour ses deux heures de ménage. À 10 heures, il lui faudra à nouveau se changer pour un tour au marché – sa patronne exècre les odeurs de transpiration (tenue de ville recommandée) –, puis pour faire la cuisine (tablier blanc obligatoire) et, enfin, servir à table (toque de maître de rigueur).

Chez son employeuse, chef d’entreprise spécialisée dans l’événementiel, tout est codifié. Et pour cause. Martin fait partie d’une nouvelle classe de domestiques formés dans des centres dédiés, que la classe moyenne supérieure camerounaise s’arrache, tout comme les résidences d’ambassadeurs et les expatriés. Comme nombre d’employés de maison, il est venu au métier, contraint et forcé par les aléas de la vie : l’impossibilité pour ses parents de financer sa poursuite d’études après une classe de seconde. « Je l’ai d’abord recruté comme homme à tout faire, explique son employeur, Marie-Hélène Kemayou. Il avait beaucoup de volonté, mais manquait totalement d’organisation. » Elle lui a donc trouvé une formation en alternance, au centre Matkeyle, à Yaoundé, deux après-midi par semaine, sur six mois, pour un coût mensuel de 35 000 FCFA, à sa charge à elle. Mais chez Matkeyle, les frais de scolarité peuvent aller de 150 000 à 280 000 FCFA. Parmi les cursus suivis : gouvernante à domicile, blanchisseur, baby-sitter, agent ménager, cuisinier. Martin, lui, cumule tous les postes, hormis celui de nounou. Au programme : les arts de la table, le service, la cuisine, l’art de marier les plats et les vins, l’entretien… « Les cours sont conçus pour leur procurer savoir-faire, savoir vivre et savoir être », assure Vanessa Yondo, directrice de Matkeyle. Créé en 2008 pour palier le manque de qualification des personnels de maison et aider ces derniers à mieux défendre leurs droits (moins de 5 % des employés de maison disposent d’un contrat de travail), l’établissement accueille chaque année une cinquantaine de stagiaires. À ce jour, il en a effectivement formé une centaine : faute de moyens, nombre de postulants jettent l’éponge avant la fin.

Insertion professionnelle

Matkeyle n’est pas le seul établissement du genre au Cameroun. Pionnier dans ce domaine, le Centre de formation professionnelle pour la femme (CFPF) Sorawell de Yaoundé accueille ainsi tous les ans, depuis 2005, quelque 150 jeunes femmes généralement issues de milieux défavorisés, l’idée étant de leur permettre d’améliorer leur employabilité. Le CFPF Sorawell propose des cycles courts de deux à six mois et un cycle long de trois niveaux différents (I, II et III), d’une durée de douze mois chacun. Reconnus par le ministère camerounais de l’Emploi et de la Formation professionnelle (qui alloue quelques bourses aux étudiantes les plus démunies), les cursus du CFPF Sorawell prépare aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme.

Pour ce qui est de l’emploi, outre la formation, Matkeyle assure également le placement des étudiants, après enquête de moralité en présence d’un commissaire de police, examen du casier judiciaire. Le centre  revendique un taux d’insertion professionnelle d’environ 50 %. « La demande est réelle, justifie Vanessa Yondo. Mais peu de familles sont prêtes à franchir le pas. Après un tel cursus, la rémunération minimale est de l’ordre de 60 000 FCFA, contre 25 000 FCFA habituellement. Une situation qui pousse parfois les candidats à revoir leurs prétentions salariales à la baisse, et à revenir à leur situation initiale, la qualification en plus.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Combats entre l'armée camerounaise et Boko Haram, 2 militaires tués

Combats entre l'armée camerounaise et Boko Haram, 2 militaires tués

Plusieurs dizaine de membres de Boko Haram ont attaqué jeudi soir un village camerounais proche de la frontière nigériane. Deux militaires camerounais sont morts.[...]

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain[...]

Cameroun : les "embrouilles" judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Hélène Nathalie Koah, l'ex-petite amie de Samuel Eto'o, accuse ce dernier d'avoir publié des photos d'elle dénudée sur le web. Le footballeur camerounais avait déjà porté[...]

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers