Extension Factory Builder
13/01/2013 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des étudiants au centre Matkeyle, à Yaoundé. Des étudiants au centre Matkeyle, à Yaoundé. © DR

Au Cameroun, le secteur du service à la personne, de l'hôtellerie ou encore du tourisme évolue et se professionnalise. Une nouvelle génération d'employés, passés par des centres de formation spécialisés, arrive sur le marché de l'emploi.  

Lundi, 7h45 à Bastos, quartier résidentiel de Yaoundé. Alors que la ville s’éveille, Martin N., 19 ans, s’apprête à prendre son service. Comme à l’accoutumée, il dispose de quinze minutes pour se préparer : enfiler un polo blanc et un pantalon jeans, la tenue règlementaire pour ses deux heures de ménage. À 10 heures, il lui faudra à nouveau se changer pour un tour au marché – sa patronne exècre les odeurs de transpiration (tenue de ville recommandée) –, puis pour faire la cuisine (tablier blanc obligatoire) et, enfin, servir à table (toque de maître de rigueur).

Chez son employeuse, chef d’entreprise spécialisée dans l’événementiel, tout est codifié. Et pour cause. Martin fait partie d’une nouvelle classe de domestiques formés dans des centres dédiés, que la classe moyenne supérieure camerounaise s’arrache, tout comme les résidences d’ambassadeurs et les expatriés. Comme nombre d’employés de maison, il est venu au métier, contraint et forcé par les aléas de la vie : l’impossibilité pour ses parents de financer sa poursuite d’études après une classe de seconde. « Je l’ai d’abord recruté comme homme à tout faire, explique son employeur, Marie-Hélène Kemayou. Il avait beaucoup de volonté, mais manquait totalement d’organisation. » Elle lui a donc trouvé une formation en alternance, au centre Matkeyle, à Yaoundé, deux après-midi par semaine, sur six mois, pour un coût mensuel de 35 000 FCFA, à sa charge à elle. Mais chez Matkeyle, les frais de scolarité peuvent aller de 150 000 à 280 000 FCFA. Parmi les cursus suivis : gouvernante à domicile, blanchisseur, baby-sitter, agent ménager, cuisinier. Martin, lui, cumule tous les postes, hormis celui de nounou. Au programme : les arts de la table, le service, la cuisine, l’art de marier les plats et les vins, l’entretien… « Les cours sont conçus pour leur procurer savoir-faire, savoir vivre et savoir être », assure Vanessa Yondo, directrice de Matkeyle. Créé en 2008 pour palier le manque de qualification des personnels de maison et aider ces derniers à mieux défendre leurs droits (moins de 5 % des employés de maison disposent d’un contrat de travail), l’établissement accueille chaque année une cinquantaine de stagiaires. À ce jour, il en a effectivement formé une centaine : faute de moyens, nombre de postulants jettent l’éponge avant la fin.

Insertion professionnelle

Matkeyle n’est pas le seul établissement du genre au Cameroun. Pionnier dans ce domaine, le Centre de formation professionnelle pour la femme (CFPF) Sorawell de Yaoundé accueille ainsi tous les ans, depuis 2005, quelque 150 jeunes femmes généralement issues de milieux défavorisés, l’idée étant de leur permettre d’améliorer leur employabilité. Le CFPF Sorawell propose des cycles courts de deux à six mois et un cycle long de trois niveaux différents (I, II et III), d’une durée de douze mois chacun. Reconnus par le ministère camerounais de l’Emploi et de la Formation professionnelle (qui alloue quelques bourses aux étudiantes les plus démunies), les cursus du CFPF Sorawell prépare aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme.

Pour ce qui est de l’emploi, outre la formation, Matkeyle assure également le placement des étudiants, après enquête de moralité en présence d’un commissaire de police, examen du casier judiciaire. Le centre  revendique un taux d’insertion professionnelle d’environ 50 %. « La demande est réelle, justifie Vanessa Yondo. Mais peu de familles sont prêtes à franchir le pas. Après un tel cursus, la rémunération minimale est de l’ordre de 60 000 FCFA, contre 25 000 FCFA habituellement. Une situation qui pousse parfois les candidats à revoir leurs prétentions salariales à la baisse, et à revenir à leur situation initiale, la qualification en plus.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est potentie[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Boko Haram a mené des attaques simultanées au Cameroun, faisant au moins 3 morts

Le 9 novembre, Boko Hara a mené plusieurs attaques dans des villes du Nord-Cameroun. Les violences ne cessent d'augmenter à la frontière entre le Nigeria, pays d'origine de la secte islamiste, et son voisin [...]

Cameroun - Nigeria : dans la lutte contre Boko Haram, qui poursuit qui ?

Dans la lutte contre Boko haram, l'heure n'est pas à la franche coopération entre le Nigeria et le Cameroun. La délicate question du droit de poursuite sur le territoire du voisin échauffe en[...]

Hervé Tcheumeleu, porte-parole de l'Afrique en Allemagne

Originaire du Cameroun et installé en Allemagne depuis treize ans, ce biochimiste reconverti dans le journalisme entend améliorer l'image de son continent.[...]

Mode : la vague "nappy" déferle en Afrique

Depuis le début des années 2000, la diaspora vante les bienfaits d'être "nappy". Et en Afrique francophone, certaines adeptes multiplient les initiatives pour se libérer du conformisme[...]

Mode : Imane Ayissi, ode à la diversité

Entre les fashion weeks africaines, l'exportation des tissus et les défilés en Occident, le stylisme africain est en plein essor. Portraits de créateurs locaux qui revendiquent leur héritage hors du [...]

Cameroun : la "short list" de Paul Biya pour le Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel va-t-il enfin se concrétiser au Cameroun ? Et qui Paul Biya va-t-il nommer en son sein ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers