Extension Factory Builder
13/01/2013 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des étudiants au centre Matkeyle, à Yaoundé. Des étudiants au centre Matkeyle, à Yaoundé. © DR

Au Cameroun, le secteur du service à la personne, de l'hôtellerie ou encore du tourisme évolue et se professionnalise. Une nouvelle génération d'employés, passés par des centres de formation spécialisés, arrive sur le marché de l'emploi.  

Lundi, 7h45 à Bastos, quartier résidentiel de Yaoundé. Alors que la ville s’éveille, Martin N., 19 ans, s’apprête à prendre son service. Comme à l’accoutumée, il dispose de quinze minutes pour se préparer : enfiler un polo blanc et un pantalon jeans, la tenue règlementaire pour ses deux heures de ménage. À 10 heures, il lui faudra à nouveau se changer pour un tour au marché – sa patronne exècre les odeurs de transpiration (tenue de ville recommandée) –, puis pour faire la cuisine (tablier blanc obligatoire) et, enfin, servir à table (toque de maître de rigueur).

Chez son employeuse, chef d’entreprise spécialisée dans l’événementiel, tout est codifié. Et pour cause. Martin fait partie d’une nouvelle classe de domestiques formés dans des centres dédiés, que la classe moyenne supérieure camerounaise s’arrache, tout comme les résidences d’ambassadeurs et les expatriés. Comme nombre d’employés de maison, il est venu au métier, contraint et forcé par les aléas de la vie : l’impossibilité pour ses parents de financer sa poursuite d’études après une classe de seconde. « Je l’ai d’abord recruté comme homme à tout faire, explique son employeur, Marie-Hélène Kemayou. Il avait beaucoup de volonté, mais manquait totalement d’organisation. » Elle lui a donc trouvé une formation en alternance, au centre Matkeyle, à Yaoundé, deux après-midi par semaine, sur six mois, pour un coût mensuel de 35 000 FCFA, à sa charge à elle. Mais chez Matkeyle, les frais de scolarité peuvent aller de 150 000 à 280 000 FCFA. Parmi les cursus suivis : gouvernante à domicile, blanchisseur, baby-sitter, agent ménager, cuisinier. Martin, lui, cumule tous les postes, hormis celui de nounou. Au programme : les arts de la table, le service, la cuisine, l’art de marier les plats et les vins, l’entretien… « Les cours sont conçus pour leur procurer savoir-faire, savoir vivre et savoir être », assure Vanessa Yondo, directrice de Matkeyle. Créé en 2008 pour palier le manque de qualification des personnels de maison et aider ces derniers à mieux défendre leurs droits (moins de 5 % des employés de maison disposent d’un contrat de travail), l’établissement accueille chaque année une cinquantaine de stagiaires. À ce jour, il en a effectivement formé une centaine : faute de moyens, nombre de postulants jettent l’éponge avant la fin.

Insertion professionnelle

Matkeyle n’est pas le seul établissement du genre au Cameroun. Pionnier dans ce domaine, le Centre de formation professionnelle pour la femme (CFPF) Sorawell de Yaoundé accueille ainsi tous les ans, depuis 2005, quelque 150 jeunes femmes généralement issues de milieux défavorisés, l’idée étant de leur permettre d’améliorer leur employabilité. Le CFPF Sorawell propose des cycles courts de deux à six mois et un cycle long de trois niveaux différents (I, II et III), d’une durée de douze mois chacun. Reconnus par le ministère camerounais de l’Emploi et de la Formation professionnelle (qui alloue quelques bourses aux étudiantes les plus démunies), les cursus du CFPF Sorawell prépare aux métiers de l’hôtellerie et du tourisme.

Pour ce qui est de l’emploi, outre la formation, Matkeyle assure également le placement des étudiants, après enquête de moralité en présence d’un commissaire de police, examen du casier judiciaire. Le centre  revendique un taux d’insertion professionnelle d’environ 50 %. « La demande est réelle, justifie Vanessa Yondo. Mais peu de familles sont prêtes à franchir le pas. Après un tel cursus, la rémunération minimale est de l’ordre de 60 000 FCFA, contre 25 000 FCFA habituellement. Une situation qui pousse parfois les candidats à revoir leurs prétentions salariales à la baisse, et à revenir à leur situation initiale, la qualification en plus.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Cameroun : Christelle Nadia Fotso répond à son frère

Suite à l'entretien qu'Yves Michel Fotso a accordé à Jeune Afrique, sa soeur, Christelle Nadia Fotso nous a fait parvenir sa version des faits et sa vision de son père. Voici son texte.[...]

Cameroun - Yves Michel Fotso : "Tout est fait pour me détruire"

Détenu depuis quatre ans au secrétariat d'État à la Défense, à Yaoundé, l'ancien patron de Cameroon Airlines et héritier du financier Victor Fotso clame son[...]

France : Dieudonné condamné à deux mois de prison avec sursis

L’humoriste franco-camerounais Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné, mercredi 18 mars, à deux mois de prison avec sursis pour son message posté sur Facebook après les[...]

Montres, fortune et préjugés : quand Samuel Eto'o fustige le racisme ordinaire

Samuel Eto'o, présent à Londres jeudi pour recevoir la médaille européenne de la tolérance pour son action contre le racisme, a évoqué dans une interview à "CNN"[...]

Cameroun - Iric : quand un concours pour futurs diplomates vire au psychodrame national

Le concours d’entrée à l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric) a été l'objet d'un sérieux couac après que des étudiants reçus ont[...]

Le Cameroun octroie la licence 3G/4G à MTN et Orange

MTN et Orange se sont rangés à la demande du gouvernement du Cameroun de verser 75 milliards de F CFA chacun pour obtenir le renouvellement de leurs licences. Ces dernières courent désormais jusqu'en[...]

Mbvoumin : "Le nouveau règlement Fifa va entraîner l'explosion du nombre de faux agents en Afrique"

L’association Foot Solidaire, présidée par l’ancien international camerounais Jean-Claude Mbvoumin, publie "Le passeport Foot Solidaire 2015-2016". Objectif : lutter contre le trafic de jeunes[...]

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130111175103 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130111175103 from 172.16.0.100