Extension Factory Builder
11/01/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un soldat de l'armée malienne. Un soldat de l'armée malienne. © AFP

L'armée malienne, mise en déroute jeudi 10 janvier par les islamistes radicaux à Konna (centre), a lancé vendredi une contre-offensive, appuyée par des éléments européens. À Paris, le président français François Hollande a annoncé que la France était prête, dans le cadre de la résolution de l'ONU, à "arrêter l'offensive des terroristes" aux côtés de ses partenaires africains.

Les combats entre l'armée malienne et les jihadistes ont repris autour de Konna. Chassés jeudi soir de cette petite ville de 50 000 habitants, située à 70 kilomètres au nord de Mopti, les militaires maliens ont sonné la contre-attaque dans la matinée du vendredi 11 janvier.

« Notre offensive a commencé. L'objectif est de reprendre le contrôle total de la ville de Konna et de progresser, après, vers les positions des islamistes », a déclaré un officier sous couvert d'anonymat.

D'après un autre responsable de l'armée malienne, des militaires européens et français sont présents au Mali pour repousser l'offensive islamiste vers le sud pays. Ni leur nombre, ni leur emplacement exact, ni leur rôle précis n'a été précisé. Des avions et des hélicoptères de pays occidentaux participent aux opérations de reconquête dans la région de Mopti. Jeudi soir, des cargos de transport militaires ont atterri à l'aéroport de Sévaré, débarquant armes et renforts en vue de l'offensive de vendredi. Parmi les soldats étaient présents des « Blancs » selon des habitants.

Intervention française

Par ailleurs, selon RFI, une trentaine de membres des forces spéciales françaises sont arrivées au Mali pour préparer une intervention aérienne et terrestre. L'offensive déclenchée par les islamistes en début de semaine a brusquement fait évoluer la position française sur le dossier malien. Lors de ses voeux aux diplomates, vendredi 11 janvier à l'Élysée, le président François Hollande a déclaré que la France était désormais « prête à s'engager aux côtés de ses partenaires africains pour arrêter l'offensive des terroristes ».

De leur côté, les islamistes radicaux envoient également des renforts vers Konna. D'après une source contactée par Jeune Afrique à Tombouctou, des combattants aguerris ont quitté la ville ces derniers jours en direction du sud. Des mouvements de troupes ont également été signalés à Gao.

____

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée fran&cce[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers