Extension Factory Builder
11/01/2013 à 15:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles centrafricains. Des rebelles centrafricains. © AFP

Le pouvoir centrafricain et les rebelles de la coalition Séléka, réunis à Libreville (Gabon) sont arrivés à un premier accord, vendredi 11 janvier en début d'après-midi. Le cessez-le-feu a été accepté par les rebelles, en échange de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

À Libreville, au troisième jour des négociations entre le pouvoir centrafricain et les rebelles de la coalition Séléka, qui maîtrisent près des deux-tiers du pays, un accord a été trouvé, ce vendredi 11 janvier en milieu de journée. L'accord politique de Libreville sur la résolution de la crise a été signé vers 14 heures.

L'accord valide la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et décide de la dissolution de l'Assemblée nationale. En sortant de la salle de réunion, le chef de l'État, François Bozizé, a proposé aux rebelles de la Séléka de rentrer avec lui à Bangui pour former, dès demain, le nouveau gouvernement. Un nouveau Premier ministre issu de l'opposition démocratique sera nommé, selon l'accord lu devant la presse. Des élections législatives seront organisées dans 12 mois.

Les rebelles ont donné leur accord de principe à un cessez-le feu. La rébellion abandonne son exigence d'un départ immédiat de François Bozizé du pouvoir.

Ils avaient également réclamé le départ des troupes sud-africaines. Une revendication accordée puisque l'accord prévoit « le retrait de toutes les forces militaires étrangères » de Centrafrique, sauf les troupes de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac).

« Nous allons donner notre accord de principe pour un cessez-le feu d'une semaine et observer (la) bonne foi (du président Bozizé)», avait déclaré le porte-parole de la coalition, Florian Ndjadder.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Jean-Yves Le Drian : 'IBK doit négocier, Samba-Panza aussi'

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Centrafrique : des habitants fuient après des violences au passage d'un convoi de musulmans

La majorité des 7 000 habitants de Boguila, dans le nord de la Centrafrique, se sont enfuis dans la brousse en raison d'affrontements armés au passage d'un convoi de la force africaine escortant plus de 500 [...]

Centrafrique : heurts à Bria, au moins deux soldats de la Misca blessés

La ville de Bria été le théâtre de heurts entre des éléments armés et militaires des forces internationales (Sangaris et Misca). Deux soldats congolais de la force africaine ont[...]

Sommet UE-Afrique : les entretiens de Samba-Panza

Retour sur le déplacement de Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition centrafricaine, à Bruxelles et Paris, lors du sommet UE-Afrique.[...]

Centrafrique : le Conseil de sécurité de l'ONU approuve le déploiement de Casques bleus

L'ONU a autorisé jeudi l'envoi de 12 000 Casques bleus en Centrafrique d'ici au 15 septembre 2014.[...]

Abakar Sabone : "La guerre avec les anti-balaka commence" en Centrafrique

Ex-conseiller spécial de l'ancien président Michel Djotodia, Abakar Sabone a créé un nouveau mouvement sur les ruines de l'ancienne rébellion Séléka, l'Organisation de la[...]

Centrafrique : la mission de l'UE débute à Bangui, dans l'attente des Casques bleus

Des gendarmes français, éléments précurseurs de la mission européenne en Centrafrique, ont commencé à patrouiller mercredi dans Bangui. Le feu vert du Conseil de[...]

Centrafrique : au moins 30 morts après des affrontements entre anti-balaka et ex-Séléka

La région de Dékoa, à 300 km au nord de Bangui, a été le théâtre mardi de violents affrontements entre anti-balaka et ex-Séléka. Le bilan provisoire fait état[...]

L'ONU se prononcera jeudi sur le déploiement de Casques bleus en Centrafrique

La résolution des Nations unies autorisant le déploiement d'une mission de maintien de la paix en Centrafrique sera soumise jeudi au vote du Conseil de sécurité.[...]

La Mauritanie "n'exclut pas d'envoyer des forces en Centrafrique"

La Mauritanie pourrait envoyer des forces militaires en Centrafrique, a déclaré, lundi, le président Mohamed Ould Abdelaziz, lors d'une conférence de presse. Le chef de l'État a estimé[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers