Extension Factory Builder
11/01/2013 à 15:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des rebelles centrafricains. Des rebelles centrafricains. © AFP

Le pouvoir centrafricain et les rebelles de la coalition Séléka, réunis à Libreville (Gabon) sont arrivés à un premier accord, vendredi 11 janvier en début d'après-midi. Le cessez-le-feu a été accepté par les rebelles, en échange de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

À Libreville, au troisième jour des négociations entre le pouvoir centrafricain et les rebelles de la coalition Séléka, qui maîtrisent près des deux-tiers du pays, un accord a été trouvé, ce vendredi 11 janvier en milieu de journée. L'accord politique de Libreville sur la résolution de la crise a été signé vers 14 heures.

L'accord valide la mise en place d'un gouvernement d'union nationale et décide de la dissolution de l'Assemblée nationale. En sortant de la salle de réunion, le chef de l'État, François Bozizé, a proposé aux rebelles de la Séléka de rentrer avec lui à Bangui pour former, dès demain, le nouveau gouvernement. Un nouveau Premier ministre issu de l'opposition démocratique sera nommé, selon l'accord lu devant la presse. Des élections législatives seront organisées dans 12 mois.

Les rebelles ont donné leur accord de principe à un cessez-le feu. La rébellion abandonne son exigence d'un départ immédiat de François Bozizé du pouvoir.

Ils avaient également réclamé le départ des troupes sud-africaines. Une revendication accordée puisque l'accord prévoit « le retrait de toutes les forces militaires étrangères » de Centrafrique, sauf les troupes de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac).

« Nous allons donner notre accord de principe pour un cessez-le feu d'une semaine et observer (la) bonne foi (du président Bozizé)», avait déclaré le porte-parole de la coalition, Florian Ndjadder.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : malgré le cessez-le-feu, des affrontements entre anti-balaka et Séléka font 22 morts

Centrafrique : malgré le cessez-le-feu, des affrontements entre anti-balaka et Séléka font 22 morts

Des anti-balaka ont attaqué des membres de la Séléka mercredi et jeudi à Batangafo (300 km au nord de Bangui). Ces derniers ont répliqué. Bilan : au moins 22 morts.[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Centrafrique : la suite de l'accord de Brazzaville

Après le cessez-le-feu entre groupes armés centrafricains conclu à Brazzaville le 23 juillet, reste à mettre en musique cet accord pour éviter qu'il ne reste lettre morte.[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, la grande majorité des groupes armés de la crise centrafricaine était[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers