Extension Factory Builder
11/01/2013 à 11:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président français François Hollande. Le président français François Hollande. © AFP

L'offensive des islamistes radicaux vers le sud du pays a brusquement fait évoluer la position française sur le dossier malien. Lors de ses voeux aux diplomates, vendredi 11 janvier à l'Élysée, le président François Hollande a déclaré que la France était désormais "prête à s'engager aux côtés de ses partenaires africains pour arrêter l'offensive des terroristes".

Mis à jour à 13h00.

L'appel du président intérimaire malien Dioncounda Traoré a été entendu par l'Élysée. Jeudi soir, après plusieurs heures de combats à l'arme lourde et la prise de Konna par les islamistes radicaux, l'hôte du palais de Koulouba a lancé un appel à l'aide à son partenaire français. Dans une lettre envoyée à François Hollande, il sollicite l'aide militaire rapide de la France pour contrer l'offensive des jihadistes vers le sud du pays, encore sous contrôle de Bamako.

Vendredi matin, lors de ses voeux aux diplomates à l'Élysée, le président français a répondu favorablement à cette demande. D'après lui, la France et ses partenaires font face à « une agression caractérisée des terroristes » qui « cherchent à porter un coup fatal à l'existence même du Mali ».

« La France répondra (...) strictement, dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, à la demande d'aide militaire des autorités maliennes face aux groupes islamistes armés », a poursuivi François Hollande. « C'est une exigence de solidarité et de responsabilité et la France sera donc au rendez-vous des résolutions du Conseil de sécurité et de la demande des autorités maliennes », a conclu le chef de l'État.

Selon une source diplomatique, le président Dioncounda Traoré est par ailleurs attendu mercredi prochain à Paris pour rencontrer son homologue français.

Otages

D'après le quotidien Libération, la brusque détérioration de la situation au Mali a été évoquée vendredi matin, à l’Élysée, lors d’un Conseil restreint de défense réuni en urgence avant les voeux aux diplomates. Étaient réunis, autour du président François Hollande, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et celui de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Le probable engagement militaire de la France au Mali soulève aussi la délicate question des sept otages français actuellement détenus par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et ses alliés du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Fin décembre, Aqmi a accusé Paris de « bloquer les négociations ». Le groupe terroriste a également toujours affirmé que la sécurité de ses otages ne serait plus assurée en cas d'intervention française au Nord-Mali. Le 3 janvier, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a affirmé aux familles que leurs proches étaient « en bonne santé » malgré des conditions de détention « très dures ».

___

Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Les mystères de la Corsafrique

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique, d[...]

Abdoulaye Diop : "La paix pour le Mali passe par l'accord d'Alger"

Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, revient sur le préaccord d'Alger que la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refuse toujours de[...]

Mali : quand les mausolées des saints de Tombouctou ressuscitent

Trois ans après la destruction des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, la "Ville aux 333 saints" a entamé leur reconstruction. Et renoué avec une[...]

Mali : remue-ménage onusien autour du préaccord de paix

À l'issue de sa réunion consacrée au Mali, le 9 avril, le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA)[...]

Deux morts dans une attaque contre un convoi de l'ONU dans le nord du Mali

Deux personnes ont été tuées par balles près de Gao, au nord du Mali, dans une attaque contre un convoi de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) vendredi soir, trois jours après un[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Attaque suicide dans le nord du Mali : trois civils tués et des blessés dont neuf Casques bleus

Trois civils ont été tués et plus d'une dizaine de personnes ont été blessées dont neuf Casques bleus, dans une attaque-suicide dans le Nord, à Ansango.[...]

Crise au Mali : nouvelle réunion à Alger, la médiation internationale dans l'impasse

Menée par l'Algérie, la médiation internationale sur la crise dans le nord du Mali pensait avoir trouvé un accord de paix. Mais si celui-ci a été paraphé par Bamako depuis le 1er[...]

Mali : la France annule pour 64,8 millions d'euros de dette

Le ministre français des Finances Michel Sapin a informé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta l'annulation de 43 milliards de francs CFA, soit 64,8 millions d'euros, de la dette du Mali, ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130111110700 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130111110700 from 172.16.0.100