Extension Factory Builder
10/01/2013 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants d'Ansar Eddine, en juin 2012. Des combattants d'Ansar Eddine, en juin 2012. © Reuters

Des affrontements à l'arme lourde ont lieu depuis mercredi 9 janvier entre l'armée malienne et les islamistes radicaux dans la région de Mopti (centre). Les jihadistes se sont emparés de la ville de Konna, à 70 kilomètres au nord de Mopti.

La menace d'un vrai conflit armé flotte désormais sur le Mali. Lundi soir, l'armée malienne procédait à des tirs de sommation pour repousser des colonnes d'islamistes radicaux qui s'étaient dangereusement approchés de la ville de Mopti, ligne de démarcation entre le Nord contrôlé par les rebelles et le Sud sous emprise gouvernementale.

Après deux jours d'accalmie relative, les combats entre militaires et jihadistes ont repris de plus belle dans la nuit de mercredi à jeudi, laissant cette fois-ci place à de violents échanges à l'arme lourde. Jeudi, après plusieurs heures de confusion et d'affrontements dans les localités proches de Mopti, la petite ville de Konna est tombée aux mains des islamistes.

« Nous avons chassé l’armée de la ville de Konna que nous occupons depuis 11 heures », nous a précisé Sanda Abou Mohamed, porte parole du groupe Ansar Eddine à Tombouctou. « Nous sommes actuellement à Konna pour le jihad. (...) Nous contrôlons la cité presque en totalité. Après, nous allons continuer à progresser vers le Sud », a-t-il poursuivi.

Prochaine cible des islamistes, la ville de Sévaré, à 60 kilomètres au sud de Konna, dont l'importance stratégique est considérable pour la suite des évènements. Avec celui de Bamako, l'aéroport de Sévaré est le dernier aux mains de l'armée malienne pouvant accueillir des gros porteurs. Sa perte serait un coup dur pour la force internationale en cours de préparation.

Armée de l'air

« Nous avons enregistré plusieurs morts et des blessés. Nous n’avons pas eu le temps de les compter. Nous avons quitté Konna », a pour sa part déclaré à Jeune Afrique un soldat malien replié à Sévaré. D'après des habitants, plusieurs ambulances venues du front ont transporté des blessés dans l'hôpital de cette ville-garnison au cours de la matinée.

Selon plusieurs sources, l’armée de l’air est également entrée en action. Au moins deux avions et un hélicoptère ont décollé jeudi de l'aéroport militaire de Sévaré en direction de Konna.

Cette brutale escalade de violence dans cette région charnière fait planer la menace d'un vértiable conflit armé dans les jours à venir. « Tout semble faire croire que c'est le début d'une guerre qui ne dit pas son nom », a déclaré à l'AFP Alexis Kalambry, journaliste et analyste politique malien, qui assure que l'armée « voulait attaquer depuis décembre » mais n'en a rien fait à la demande « des alliés du Mali ». Approuvée par l'Onu en décembre, l'intervention d'une force internationale pour libérer le Nord-Mali n'est pas attendue avant plusieurs mois.

Parallèlement, à Bamako, la sécurité a été renforcée. Des policiers ont été déployés en différents endroits de la capitale où plusieurs centaines de personnes ont marché jeudi sans violences pour notamment exprimer leur soutien à l'armée. Mercredi, de premières manifestations s'étaient soldées par des violences à Bamako et à Kati.

____

Baba Ahmed (@Babahmed1) et Benjamin Roger (@benja_roger)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

Mali : réouverture des négociations de paix à Alger

La reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés, samedi, à Alger s'inscrit dans un contexte sécuritaire particulièrement tendu dans le nord du pays.[...]

Mali : à Alger, la médiation face à deux plans de sortie de crise

Alors que la reprise des pourparlers de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés a été reportée au 22 octobre à Alger, "Jeune Afrique" a pu se procurer en[...]

Mali : au moins 7 morts dans des combats entre le MNLA et le Gatia près de Gao

Au moins sept personnes ont été tuées lors d'affrontements jeudi après-midi, près de Gao, principale ville du nord du Mali, entre et le MNLA et le Gatia, deux groupes armés touaregs de[...]

Mali : discussions à Alger, combats vers Gao

Le MNLA et le Gatia, une milice progouvernementale, s’affrontent dans la région de Gao depuis jeudi matin. Des combats qui interviennent alors que devaient reprendre à Alger, la veille, des négociations[...]

Mali : Sultan Ould Bady et le Mujao, un jihadiste en rupture de ban

Le jihadiste Sultan Ould Bady serait en conflit avec le Mujao, au nom duquel il a pourtant récemment revendiqué plusieurs attaques contre les Casques bleus au nord du Mali.[...]

Mali : les contrats d'armement surfacturés, une bombe à retardement pour IBK

L'affaire des contrats d'armement surfacturés continue de faire des victimes... jusque dans le cercle rapproché du chef de l'État. Son conseiller spécial, Sidi Mohamed Kagnassi, a dû[...]

Mali - Seydou Keita : "Pourquoi ne pas terminer à l'AS Roma ?"

À 34 ans, Seydou Keita, le milieu de terrain malien, continue d’évoluer au plus haut niveau. Interview.[...]

Mali : quand Moussa Mara rencontre un rebelle

Moussa Mara, le Premier ministre malien, a rencontré discrètement Moussa Ag Acharatoumane, un représentant du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le 7 octobre à[...]

Interventions armées : l'Afrique de papa revient, vive l'ingérence ?

De la Mauritanie à Djibouti, leur présence ne fait plus grincer des dents. Américains, Français ou Britanniques, on se les arrache au nom de la lutte contre le terrorisme. Résultat : les[...]

Quand le Mali se relèvera

Élu il y a un an avec une majorité confortable et fort d'une sympathie internationale sans précédent, le président Ibrahim Boubacar Keïta avait toutes les cartes en main pour[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers