Extension Factory Builder
10/01/2013 à 13:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Loïk Le Floch-Prigent à son arrivé au tribunal de Lomé, en septembre 2012. Loïk Le Floch-Prigent à son arrivé au tribunal de Lomé, en septembre 2012. © AFP/Emile Kouton

Depuis la caserne de gendarmerie de Lomé, où il est incarcéré depuis le 15 septembre 2012, Loïk Le Floch-Prigent a accordé une interview écrite au Parisien Magazine.

Dans une interview accordée au Parisien Magazine, l’ancien patron du groupe pétrolier Elf, 69 ans, jure qu’il n’a « jamais perçu le moindre euro » et assure qu’il n’a rien à voir avec l’affaire d’escroquerie  dont on l’accuse.

« Je suis un homme du pétrole, je n’ai rien à voir avec l’arnaque et les arnaqueurs ; je n’en ai ni le goût, ni le talent. Je suis innocent », se dédouane-t-il. « Ce n’est pas parce que je m’appelle Loïk Le Floch-Prigent, et que j’ai été condamné dans l’affaire Elf, que je ne suis pas victime dans cette affaire d’une situation particulièrement sordide et scandaleuse que je ne souhaite à personne. Ma détention est parfaitement inutile, alors que je risque de perdre l’une de mes jambes», se plaint-il, alors qu’il espère toujours un rapatriement sanitaire en France.

Loïk Le Floch-Prigent conteste vigoureusement le rôle qu’on lui prête dans cette affaire et accuse son ex-associé émirati, Abbas Al Youssef. « Il m’a présenté les personnes qui lui avaient fait miroiter cela [Le plaignant, al-Youssef, voulait d’une manière plus ou moins licite mettre la main sur un hypothétique trésor caché du général ivoirien Robert Guei, ndlr]. [Il] m’a forcé à servir pendant un temps très limité d’interprète francophone à leurs échanges, relate le Floch. [Al Youssef] pensait corrompre les différents intermédiaires qui lui permettraient de mettre la main sur cet argent et veut, contre l’entendement, m’en tenir grief », poursuit-il. 

Le Français tente également d’expliquer les motivations qui ont poussé l’homme d’affaires émirati à s’en prendre à lui. « Il m’a fait arrêter en versant des pots-de-vin pour ne pas perdre la face et faire croire que, s’il a dilapidé sa fortune, c’est parce que son ami et partenaire Loïk Le Floch-Prigent l’a trahi, ce qui est grotesque (le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête pour corruption après la plainte de Me Patrick Klugman, l’avocat de Le Floch-Prigent, ndlr).

Sur la procédure qui a abouti à son incarcération, l’ancien patron d’Elf n’est pas non plus avare de critiques. Il se plaint notamment d’avoir été « livré » au Togo par la force, de police à police, sans procédure d’extradition. Enfonçant le clou, il estime que « le récit d’Abbas est mensonger et incohérent, et sa plainte n’a été l’objet d’aucune vérification (…) En dépit de mes demandes répétées depuis quatre mois, ni moi ni mes avocats n’avons pu avoir accès au dossier. »

Le détenu le plus célèbre de Lomé décrit aussi sa « prison », un bureau poussiéreux et sans toilettes du service de recherche et d’investigation de la gendarmerie nationale du Togo. Inconfort qui tranche avec la gentillesse de ses geôliers. « Ils me traitent très bien, avec respect, autant pour mon âge, que pour mes fonctions antérieures. Ils m’appellent « Monsieur le président » ou « Monsieur Loïk ».

Cet entretien publié dans la presse française constitue un énième appel à l’aide pour ce détenu malade qui réclame d’être rapatrié dans son pays pour y être soigné.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Football : et si Velud revenait à la tête des Éperviers du Togo ?

Hubert Velud, actuellement entraîneur de l’USM Alger, est aujourd’hui une des priorités du Togo, à la recherche d’un sélectionneur national. Le Français a déjà en[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

RDC, Gabon, Maroc, Togo : short-list des sélectionneurs potentiels

De nombreuses sélections africaines, dont celles de RDC, du Gabon, du Maroc et du Togo, cherchent un nouveau coach. Tour d’horizon des candidats les plus sérieux.[...]

Kofi Yamgnane : en France, "quand on est noir, la moindre erreur est impardonnable"

À l'occasion des municipales françaises, l'ancien maire et député franco-togolais Kofi Yamgnane a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique".[...]

Togo : Faure en pole position pour la présidentielle ?

Sur fond de nette amélioration des relations entre le Togo et la communauté internationale, le président Faure Gnassingbé prépare sereinement les prochaines échéances[...]

Photographie : Henri Cartier-Bresson dessillé par l'Afrique

Le célèbre dandy au Leica, mort en 2004, fait l'objet d'une grande rétrospective au Centre Pompidou. Exposé sous toutes ses facettes, Henri Cartier-Bresson reçut la[...]

Ecobank : la justice togolaise accorde un répit à Thierry Tanoh

Une réunion du conseil d'administration de la banque panafricaine Ecobank, qui devait avoir lieu mardi 24 février, a été annulée suite à une injonction d'un actionnaire[...]

Webdocumentaire : suivez le Togo à la lettre

Partez à la découverte du plus petit pays d'Afrique de l'Ouest, à bord du bus de la Poste, et découvrez ses habitants à travers les lettres qu'ils reçoivent.[...]

Retombées radioactives sans retombées médiatiques

Le vent des années 60 a transporté un nuage radioactif, après un essai nucléaire français en Algérie. Mais qui sème le vent ne récolte pas toujours la tempête.[...]

À Tottenham, la renaissance d'un buteur togolais nommé Adebayor

Frappé par le décès de son frère en juillet, écarté du groupe pro de Tottenham en septembre, Emmanuel Adebayor a repris des couleurs depuis le remplacement de l'entraîneur[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces