Extension Factory Builder
10/01/2013 à 12:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le juge français Marc Trévidic (à g.) lors de son enquête au Rwanda en septembre 2010. Le juge français Marc Trévidic (à g.) lors de son enquête au Rwanda en septembre 2010. © AFP

Un témoignage inédit publié jeudi 10 janvier par "Libération" relance les questions relatives au rôle joué par les autorités françaises dans les jours qui ont suivi l'attentat contre l'avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, le 6 avril 1994, qui a marqué le déclenchement du génocide contre les Tutsi.

(Mis à jour le 10 janvier à 17h33)

Selon le quotidien français Libération, qui publie jeudi 10 janvier un témoignage inédit, « le faux certificat de décès d’un gendarme français mort en avril 1994 à Kigali […] renforce les doutes sur le rôle de Paris » dans ce dossier. Entre le 7 et le 9 avril 1994, deux coopérants militaires appartenant à la gendarmerie française, les adjudants-chef René Maïer et Alain Didot, étaient assassinés à Kigali en même temps que l'épouse du second, Gilda Didot.

Depuis près de 19 ans, les circonstances précises de ces trois assassinats demeurent mystérieuses, donnant lieu à diverses conjectures. Plusieurs sources ont cru pouvoir imputer ce crime au Front patriotique rwandais (FPR) de Paul Kagamé, qui se serait ainsi débarrassé de deux opérateurs radio susceptibles d'écouter ses communications ou d'espionner son cantonnement. D'autres, à l'inverse, laissent entendre que les deux gendarmes auraient pu être les témoins involontaires de l'organisation de l'attentat par les militaires extrémistes hutu, alliés de la France.

Entendu en mai dernier par le juge Trévidic, qui a succédé au juge Bruguière dans l'enquête sur cet attentat, le médecin militaire Michel Thomas affirme sur procès-verbal, selon Libération, n'avoir jamais rédigé le « certificat du genre de mort » de René Maïer, qui porte pourtant, en guise de signature, un tampon à son nom. Un témoignage important, même s'il ne fait que confirmer ce dont on pouvait déjà se douter. Ce document, qui circule depuis plusieurs années, comporte en effet deux anomalies évidentes : la mort est datée du 6 avril 1994, alors qu'il est établi que le gendarme était encore vivant le lendemain et le certificat conclut à une mort « d'origine accidentelle » causée par des « balles d'armes à feu » !

Embarrassant pour les responsables français de l'époque, le témoignage inédit du Dr Thomas laisse toutefois ouvertes les nombreuses interrogations entourant ce triple assassinat. Pourquoi l'armée française à Bangui (par où les corps ont transité avant d'être rapatriés vers la France) a-t-elle rédigé un certificat du genre de mort frauduleux ? Pourquoi la France n'a-t-elle ouvert aucune enquête suite à cet assassinat de deux gendarmes en mission ? Pourquoi un émissaire de la gendarmerie a-t-il fait signer aux parents de Gilda Didot, en mai ou juin 1994, un document par lequel ceux-ci s'engageaient à ne jamais diligenter de procédure au sujet de cet assassinat ? Quelle faction a éliminé les deux gendarmes et Gilda Didot ? Leur assassinat est-il lié à l'attentat du 6 avril 1994 ?…

Un lien avec l'information judiciaire du juge Trévidic ?

L'enquête de Libération apporte en revanche une révélation plus discrète, à lire entre les lignes. Faute de procédure judiciaire depuis 1994, ce triple assassinat se trouve en effet théoriquement prescrit. Sauf si le juge Trévidic estime que ce dossier a un lien avec l'information judiciaire dont il est lui-même saisi, ouverte depuis 1998. Selon le quotidien, sur le procès-verbal en question, « le juge Trévidic aurait jugé ces faits “gravissimes” et de nature à réorienter sa propre enquête sur l’attentat, en s’interrogeant sur l’attitude de Paris lors de ce moment clé de l’histoire du pays ». Ce qui semble indiquer que pour le magistrat antiterroriste, les deux opérateurs radio auraient pu être les témoins de transmissions permettant d'identifier les organisateurs de l'attentat. Reste à découvrir qui, à Kigali, avait des raisons de le craindre au point de se débarrasser d'eux…

Pour aller plus loin :
En décembre 2012, France Culture consacrait une longue enquête au « Mystère Didot et Maïer ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : Valentine Rugwabiza, de l'OMC à l'intégration est-africaine

Rwanda : Valentine Rugwabiza, de l'OMC à l'intégration est-africaine

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Louise Mushikiwabo, héraut du Rwanda de Paul Kagamé

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Philippe Meilhac, l'as du Rwanda

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Rwanda : Augustin Ngirabatware, génocidaire sous protection

Soutenu par l'OCDE, la Francophonie et d'éminents universitaires européen, l'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware a été condamné le 18 décembre à trente ans[...]

Rwanda : Kigeli V, un roi têtu

Le gouvernement rwandais a souhaité offrir au roi Kigeli V, 78 ans, en exil dans la banlieue de Washington depuis 1992, une chance de rentrer au pays.[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Génocide au Rwanda : quel bilan pour le TPIR, vingt ans après sa création ?

Après 20 ans de travail et 61 condamnations, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) s'apprête à fermer ses portes. Avec un bilan en demi-teinte.[...]

Attentat du 6 avril 1994 au Rwanda : les révélations contradictoires d'Émile Gafirita

Le témoignage de dernière minute que le Rwandais Émile Gafirita – porté disparu depuis le 13 novembre – entendait apporter aux juges français chargés de l'instruction sur[...]

Affaire Gafirita - J. Busingye : "Le gouvernement rwandais fait confiance aux magistrats français"

Kigali nie être impliqué dans l'enlèvement d'Émile Gafirita, témoin de la dernière heure dans l'attentat contre l'avion de l'ancien président rwandais Juvénal Habyarimana,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130110120840 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130110120840 from 172.16.0.100