Extension Factory Builder
10/01/2013 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. © AFP

Le secrétaire général critiqué du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem, n'en finit plus de voir son autorité contestée. Mercredi 9 janvier, huit ministres, membres du parti au pouvoir, ont publiquement réclamé sa démission. Ils lui demandent de céder sa place à un nouveau secrétaire général lors de la prochaine session du comité central, prévue du 31 janvier au 2 février.

Ils sont huit. Tous ministres membres du FLN. Dans l'après-midi du mercredi 9 janvier, ils se sont rassemblés à Alger. Objectif de cette réunion ? Obtenir la tête d'Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général du parti. Très critiqué au sein du comité central depuis plusieurs mois, l'ancien protégé du président Bouteflika est accusé d'utiliser le parti pour assouvir ses ambitions personnelles, orientées vers la présidentielle de 2014.

Les signataires de l'appel, rendu public dans la soirée de mercredi, refusent de reconnaître son autorité et lui demandent de quitter le poste qu’il occupe depuis 2005. « Les ministres issus du FLN appellent Abdelaziz Belkhadem à céder sa place à un nouveau secrétaire général lors de la prochaine session du comité central du parti », prévue du 31 janvier au 2 février, indique le document. Ils l'accusent en outre d'avoir tenté d'utiliser « les institutions de l'État pour assouvir ses ambitions personnelles».

Démission forcée d'Ouyahia

Parmi les signataires figurent plusieurs poids lourds du gouvernement : Abdelaziz Ziari, ministre de la Santé, Tayeb Louh, ministre du Travail, ou encore Amar Tou, ministre des Transports. Rachid Harraoubia (Enseignement supérieur), Moussa Benhamadi (Télécommunications), Rachid Benaissa (Agriculture), Mahmoud Khoudri (chargé des relations avec le parlement) et Abdelkader Messahel (Affaires maghrebines et africaines), ont également paraphé le texte.

L'appel adressé au chef du FLN intervient quelque jours après le départ forcé de celui du Rassemblement national démocratique (RND), l'ex-premier ministre Ahmed Ouyahia. Lui aussi très contesté au sein de son parti depuis plusieurs semaines, il a été contraint de démissionner de son poste de secrétaire général le 3 janvier.

____

Benjamin Roger (@benja_roger)


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

Moi, Fathy le Fou, maître du 'trait pourri'

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec u[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Le crédit à la consommation de retour en Algérie

 Le gouvernement algérien a adopté le décret restaurant le crédit à la consommation, après une suspension de plus de cinq ans. Réservé aux produits nationaux, il devrait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130110093724 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130110093724 from 172.16.0.100