Extension Factory Builder
10/01/2013 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. Le secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem. © AFP

Le secrétaire général critiqué du Front de libération nationale (FLN), Abdelaziz Belkhadem, n'en finit plus de voir son autorité contestée. Mercredi 9 janvier, huit ministres, membres du parti au pouvoir, ont publiquement réclamé sa démission. Ils lui demandent de céder sa place à un nouveau secrétaire général lors de la prochaine session du comité central, prévue du 31 janvier au 2 février.

Ils sont huit. Tous ministres membres du FLN. Dans l'après-midi du mercredi 9 janvier, ils se sont rassemblés à Alger. Objectif de cette réunion ? Obtenir la tête d'Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général du parti. Très critiqué au sein du comité central depuis plusieurs mois, l'ancien protégé du président Bouteflika est accusé d'utiliser le parti pour assouvir ses ambitions personnelles, orientées vers la présidentielle de 2014.

Les signataires de l'appel, rendu public dans la soirée de mercredi, refusent de reconnaître son autorité et lui demandent de quitter le poste qu’il occupe depuis 2005. « Les ministres issus du FLN appellent Abdelaziz Belkhadem à céder sa place à un nouveau secrétaire général lors de la prochaine session du comité central du parti », prévue du 31 janvier au 2 février, indique le document. Ils l'accusent en outre d'avoir tenté d'utiliser « les institutions de l'État pour assouvir ses ambitions personnelles».

Démission forcée d'Ouyahia

Parmi les signataires figurent plusieurs poids lourds du gouvernement : Abdelaziz Ziari, ministre de la Santé, Tayeb Louh, ministre du Travail, ou encore Amar Tou, ministre des Transports. Rachid Harraoubia (Enseignement supérieur), Moussa Benhamadi (Télécommunications), Rachid Benaissa (Agriculture), Mahmoud Khoudri (chargé des relations avec le parlement) et Abdelkader Messahel (Affaires maghrebines et africaines), ont également paraphé le texte.

L'appel adressé au chef du FLN intervient quelque jours après le départ forcé de celui du Rassemblement national démocratique (RND), l'ex-premier ministre Ahmed Ouyahia. Lui aussi très contesté au sein de son parti depuis plusieurs semaines, il a été contraint de démissionner de son poste de secrétaire général le 3 janvier.

____

Benjamin Roger (@benja_roger)


 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

La France échoue à redevenir le premier fournisseur de l'Algérie

 La France a échoué en 2014 à reconquérir la place de premier fournisseur de l'Algérie, ravie pour la première fois par la Chine l'année précédente. Avant de la p[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Algérie : une autoroute nommée scandale

Pots-de-vin, rétrocommissions, prestataires et intermédiaires troubles... Cinq ans après l'ouverture de l'instruction, "le projet du siècle" est en passe de devenir l'une des plus[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers