Extension Factory Builder
09/01/2013 à 16:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Une manifestation pro-putschiste, à Bamako, le 28 mars 2012. Une manifestation pro-putschiste, à Bamako, le 28 mars 2012. © AFP

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté mercredi 9 janvier à Bamako et à Kati pour réclamer des concertations sur la transition, la libération du Nord et le départ de Dioncounda Traoré. Des chars étaient positionnés près du palais présidentiel de Koulouba et le conseil des ministres a été reporté à jeudi.

La tension est monté d'un cran ce mercredi à Bamako et Kati. Plusieurs centaines de personnes sont descendues dans les rues, revendiquant un nouveau dialogue sur la transition politique, la libération de ses régions du Nord occupées par des islamistes armés et la démission du président intérimaire Dioncounda Traoré.

À Bamako, des manifestants ont tenu un sit-in sur la Place de l'Indépendance, brûlé des pneus et perturbé le trafic sur deux des trois ponts qui relient les deux rives du fleuve Niger coupant la ville en deux.

Organisés en petits groupes, ils ont exigé la tenue immédiate de journées de concertations souveraines pour baliser la transition entamée après le coup d'État militaire du 22 mars.

Plate-forme politique

« Nous voulons immédiatement la tenue des journées de concertations pour parler de la feuille de route de la transition et pour parler de libération du nord du Mali », a déclaré Tahirou Bah, membre d'une coalition qui a rendu publique une plate-forme politique pour exiger la tenue de ces concertations.

Parmi les organisations signataires de cette plate-forme qui accusent le président Dioncounda Traoré de trahison figurent la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam) et le Mouvement patriotique du 22 mars (MP 22), deux organisations pro-putschistes.

Des chars étaient en outre stationnés non loin du siège de la présidence de la République à Koulouba, près de Bamako. Le 21 mai 2012, Dioncounda Traoré avait été violemment agressé par des manifestants dans l'enceinte du palais présidentiel.

Un groupe d'hommes en civil, armés, qui voulaient se faire servir de force du carburant dans une station-service, a par ailleurs échappé à un lynchage.

"Dioncounda doit partir"

À Kati (15 km de la capitale), siège des meneurs du putsch du 22 mars, des jeunes ont érigé mercredi matin des barricades et perturbé la circulation. Ils ont également scandé des slogans contre Dioncounda Traoré. « Il (Dioncounda Traoré) est incapable de libérer le nord du Mali, il doit partir », a déclaré par téléphone à l'AFP Oumou Diarra, qui faisait partie des manifestants.

D'après une source officielle, le traditionnel conseil des ministres de mercredi a été reporté à jeudi en raison de ces manifestations et pour des raisons de sécurité.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Crise malienne : pourquoi Ménaka cristallise les tensions

Alors que la rébellion du Nord-Mali réclame toujours des amendements à l'accord d'Alger pour le signer, la situation sécuritaire se détériore depuis la reprise de la ville de[...]

Mali : l'armée accusée d'avoir exécuté neuf personnes à Tin Hama

Des combats entre les rebelles de la CMA et l'armée malienne ont eu lieu jeudi matin à Tin Hama, près d'Ansongo, dans le nord-est du Mali. Dans un communiqué, les rebelles accusent les soldats maliens[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Deux importants chefs jihadistes tués dans le nord du Mali par l'armée française

Le ministère français de la Défense a affirmé mercredi dans un communiqué avoir neutralisé deux importantes figures du jihadisme dans le nord du Mali : Abdelkrim al-Targui et Ibrahim Ag[...]

Mali : le chef jihadiste Abdelkrim al-Targui tué par l'armée française

Abdelkrim al-Targui, l'un des principaux chefs d'Aqmi, a été tué dans la nuit de dimanche à lundi par l'armée française dans le nord-est du Mali. Plusieurs autres jihadistes ont[...]

Mali : un blessé dans une attaque contre la Minusma à Bamako

Un gardien d'une résidence de la Minusma à Bamako a été blessé par balle, mercredi, par un homme armé qui a réussi à prendre la fuite, abandonnant sur place deux grenades[...]

Le Mali parviendra-t-il à sceller son accord de paix ?

Officiellement signé le 15 mai à Bamako par le gouvernement, l'accord de paix n'est pas encore définitivement scellé au Mali. Les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) souhaitent[...]

Mali : trois militaires maliens tués près de Tombouctou

Trois soldats maliens ont été tués lundi matin près de Tombouctou, lors d'une attaque menée par les rebelles de la Coordination des mouvements de l'Azawad. [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers