Extension Factory Builder
09/01/2013 à 14:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des membres de la police sud-africaine font face le 9 janvier 2013 à des ouvriers agricoles en grè Des membres de la police sud-africaine font face le 9 janvier 2013 à des ouvriers agricoles en grè © AFP-Rodger Bosch

La police sud-africaine a répondu par des tirs de balles de caoutchouc aux jets de pierre des ouvriers agricoles en grève, mercredi 9 janvier, à De Doorns, dans la région du Cap.

Dans la ville de De Doorns, dans la région du Cap, les ouvriers agricoles ont relancé une grève, mercredi  9 janvier, pour réclamer une augmentation de leur salaire journalier de 70 à 150 rands (6 euros à 13 euros).

Alors que les manifestants ont voulu franchir un barrage de la police qui interdit l'accès au centre-ville, des incidents sont survenus. Selon la police, ils étaient environ 3 500.

La route principale menant vers la ville avait été fermée par la police, renforcée par deux véhicules anti-émeutes et plusieurs camions de transport de troupes. Cette dernière a tiré des balles en caoutchouc sur les manifestants qui leur lançaient des pierres.

Des échauffourées étaient en cours en fin de matinée, les groupes de grévistes se déplaçant rapidement entre les fumées de feux allumés sur le bord de la route, sur une chaussée jonchée de balles en caoutchouc, dans le fracas d'un hélicoptère de police survolant la zone.

Contexte social tendu

L'Afrique du Sud s’inquiète du conflit social en cours, qui rappelle les grèves sauvages des mineurs en août et septembre derniers. Ces grèves et les manifestations liées s'étaient soldées par une soixantaine de morts, dont 34 grévistes abattus par la police à Marikana.

La grève des ouvriers agricoles a, elle, débuté en novembre, et s'est rapidement accompagnée de violences. Deux personnes avaient été tuées dans des affrontements entre police et manifestants, tandis que des vignobles, du matériel agricole et des entrepôts avaient été incendiés et de nombreuses routes fermées. Après une trêve de plus d'un mois, le mouvement a repris ce mercredi.

Environ 40% des ouvriers agricoles avaient pris leur travail comme prévu mercredi matin dans la région, selon le secrétaire régional du syndicat agricole James Cornelius.

M. Cornelius a cependant affirmé que le mouvement continuerait jusqu'à ce que les fermiers entendent les revendications de leurs ouvriers. « Nous resterons en grève jusqu'à ce que nous ayons nos 150 rands par jour », a-t-il déclaré.

Le gouvernement a refusé d'intervenir, arguant du fait que la loi prévoit que le salaire minimum ne peut être relevé qu'une fois par an, et que la dernière augmentation datait de mars 2012.

(Avec AFP)
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
paupaul - 10/01/2013 à 17h:01

la traite négrière continue la dictature a juste changé de visage[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Afrique du Sud : les députés partent en campagne contre la xénophobie

Les députés sud-africains ont décidé de ne pas siéger la semaine prochaine pour faire campagne contre la xénophobie dans leurs circonscriptions après les violences ayant fait au m[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Afrique du Sud : l'armée déployée à Johannesburg pour prévenir de nouvelles violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a annoncé mardi le déploiement imminent de l’armée pour maintenir l’ordre dans le township d'Alexandra à Johannesburg et assister la police dans la lutte contre[...]

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130109144839 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130109144839 from 172.16.0.100