Extension Factory Builder
09/01/2013 à 13:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef de la coalition rebelle Séléka, Michel Djotodia (d), arrive à Libreville le 7 janvier. Le chef de la coalition rebelle Séléka, Michel Djotodia (d), arrive à Libreville le 7 janvier. © AFP

Les pourparlers entre le régime du président François Bozizé, la rébellion du Séléka et l'opposition ont débuté mercredi 9 janvier à Libreville, sous l'égide des pays d'Afrique centrale. Le chef de l'État centrafricain n'est pas présent à la table des négociations.

Après plusieurs jours de retard, les négociations centrafricaines entre le pouvoir du président Bozizé, les rebelles de la coalition du Séléka et les membres de l'opposition ont commencé mardi à Libreville. La délégation rebelle, qui s'est fait attendre plus d'une heure, a finalement rejoint les autres délégations arrivées à la Cité de la démocratie où se tiennent les pourparlers.

Les débats vont principalement porter sur la renégociation des accords de paix signés entre 2007 et 2011 - notamment ceux de 2008 - entre le pouvoir centrafricain et la rébellion du Séléka. Les rebelles ont pris les armes le 10 décembre dernier et conquis une majeure partie du pays, en appelant au respect de ces accords.

« Je demande aux uns et aux autres, surtout à l'opposition et aux groupes armés de respecter les engagements pris par les chefs d'Etats à N'Djamena, d'axer leurs discussions sur les accords de 2008 de Libreville, et de s'en tenir aux règles de l'Union africaine par rapport au changement de régime », a déclaré à l'ouverture de la rencontre le ministre congolais des Affaires étrangères Basile Ikouébé, qui dirige les pourparlers.

Programme DDR

Le 21 décembre, les présidents de la Communauté économiques des États d'Afrique centrale (CEEAC), réunis à N'Djamena, avaient demandé à la rébellion de quitter les zones occupées depuis le 10 décembre. En l'absence de cessez-le-feu, le Séléka avait cependant continué sa progression jusqu'aux portes de Bangui.

Les précédents accords de Libreville comprenaient notamment la mise en place d'un programme de « Désarmement, démobilisation, réinsertion (DDR) » qui selon la rébellion n'a jamais été respecté.

À l'issue d'une progression fulgurante, le Séléka avait demandé à François Bozizé de quitter le pouvoir, ce qu'il refuse de faire.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Hervé Ladsous : 'En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015'

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de mainti[...]

Centrafrique : quel avenir pour les déplacés du camp de Mpoko ?

Les jours du camp de déplacés de l'aéroport de Mpoko sont-ils comptés ? Du côté de la Minusca ou du gouvernement centrafricain, l'installation dérange et les acteurs humanitaires[...]

Centrafrique : toujours 182 986 déplacés internes et 420 000 réfugiés dans les pays voisins

182 986 déplacés internes. 420 000 réfugiés dans les pays voisins. Le point sur la situation humanitaire en Centrafrique, mi-décembre 2014, un peu plus d'un an après l'entrée en[...]

Centrafrique : 28 morts dans des affrontements à Mbrès

De violents affrontements sont en cours depuis mardi entre des éléments anti-balaka et ex-Séléka. 28 personnes sont mortes à Mbrès, une ville située à 300 km au nord de[...]

Centrafrique - Martin Ziguélé : "Le dialogue, oui, l'impunité, jamais !"

Martin Ziguélé, ancien Premier ministre d'Ange-Félix Patassé, est l'un des plus sérieux candidats à l'élection présidentielle de 2015 en Centrafrique. Ses[...]

Centrafrique : la justice française ouvre une enquête préliminaire sur François Bozizé

La justice française a récemment ouvert une enquête préliminaire à Paris après une plainte des autorités centrafricaines accusant l'ancien président François[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

En Centrafrique, la croix et le warga

Mélanie Soiron-Fallut est anthropologue.[...]

Pour un dialogue strictement inclusif en Centrafrique

François Bozizé, ancien président de la Centrafrique (2003-2013).[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers