Extension Factory Builder
08/01/2013 à 18:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'abolition de l'esclavage en France en 1794. L'abolition de l'esclavage en France en 1794. © AFP

Une descendante d’esclaves a porté plainte, mardi 8 janvier, contre l’État français pour crime contre l’humanité perpétré à l'encontre de ses grands-parents, affranchis en 1837. Une première pour un descendant direct qui pourrait en appeler beaucoup d’autres. Interrogé par Le Figaro, le président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), Louis-Georges Tin, qui soutient la plaignante, prédit une "pluie de procès".

Elle s’appelle Rosita Destival. Cette Guadeloupéenne restera dans l’histoire comme la première descendante d’esclaves à porter plainte contre l’État français pour crimes contre l’humanité. Les victimes pour lesquelles elle demande réparation : ses arrière-arrière-grands-parents, ayant vécu dans la servitude, jusqu’en 1837, date de leur affranchissement, à 13 ans, selon elle.

Depuis 2001 et la loi Christiane Taubira, du nom de l’actuelle ministre de la Justice française, l’esclavage est en effet considéré comme un crime contre l’humanité. En 2005, plusieurs associations, dont le Mouvement international pour les réparations (MIR), avaient même déjà déposé une plainte devant le tribunal de Fort-de-France.

Cette plainte risque de prendre une tournure politique en France. Le Cran, qui soutient Rosita Destival, espère en effet faire avancer le gouvernement sur une réforme de la Constitution. L’association va ainsi déposer une Question prioritaire de constitutionalité (QPC) afin de demander la modification du décret d’abolition de l’esclavage de 1848.

Des réparations financières… aux États-Unis

En 2005, aux États-Unis, la justice avait estimé que la banque JPMorgan Chase avait construit une partie de son capital sur l’esclavage. A ce titre, l’établissement financier avait été contraint de verser des bourses d’études aux jeunes de ghettos noirs de Chicago.

Il reste en effet toujours problématique puisque, s’il prévoit des réparations, celles-ci sont destinées aux anciens exploitants. « Ce sont les anciens exploitants qui ont demandé une réparation pour compenser le manque à gagner induit par l'abolition de l'esclavage ! On oublie souvent que l'ancienne colonie française d'Haïti a dû payer à la France une rançon jusqu'en 1825. Le pays s'est endetté jusqu'en 1946 pour l'honorer », explique ainsi le président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), Louis-Georges Tin, au Figaro. Son association demande donc que le décret soit modifié en faveur de l’indemnisation des descendants d’esclaves.

 

"Morales" ou "financières" ?

Toute la question porte, pour le gouvernement français, sur le mot même de « réparations ». Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, s’était ainsi déclaré « très ouvert » au principe et avait annoncé une réunion interministérielle sur le sujet, avant le 7 novembre. Celle-ci n’a pourtant pas eu lieu.

Le gouvernement semble n'être pas encore très fixé sur la question. Les réparations pourraient ainsi n’être que « morales », selon les mots de la ministre du Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et ne pas aborder de questions financières. Ce qui risque fort de ne pas plaire au Cran, qui appelle les descendants d’esclaves à faire tomber sur l’État français une « pluie de procès ».

Par Mathieu Olivier (@MathieuOlivier)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130108183220 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130108183220 from 172.16.0.100