Extension Factory Builder
08/01/2013 à 18:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé (g) et Denis Sassou Nguesso (d) à Brazzaville, le 7 janvier 2013. François Bozizé (g) et Denis Sassou Nguesso (d) à Brazzaville, le 7 janvier 2013. © AFP

François Bozizé a déclaré mardi 8 janvier à Bangui qu'il ne voulait "pas négocier" son départ réclamé par la rébellion du Séléka. De leur côté, une délégation des rebelles et des diplomates d’Afrique centrale sont déjà arrivés à Libreville, au Gabon, pour entamer des négociations. Le chef de l'État et des représentants du gouvernement centrafricain sont eux toujours attendus.  

« Je n'ai pas à négocier (mon départ), est-ce que la rébellion représente le peuple centrafricain ? Je n'ai pas à négocier une fonction de chef d'État », a déclaré mardi le président François Bozizé en réponse à un journaliste lui demandant s'il était prêt à satisfaire les exigences de la rébellion.

« Ce sont des mercenaires terroristes. (...), des hors la loi », a-t-il poursuivi.

Un mois après le début des attaques rebelles contre le pouvoir centrafricain, les différentes parties ont par ailleurs accepté de s’asseoir à la table des négociations, à Libreville, au Gabon. Ce mardi 8 janvier doit se tenir une réunion liminaire des ministres des Affaires étrangères d’Afrique centrale. Elle sera suivie demain, par un suivi des accords de paix, puis, jeudi 10 janvier, par un sommet des chefs d’État de la Communauté des États d’Afrique centrale (CEEAC). Ce dernier aura pour objet de clarifier la situation militaire, alors que les troupes rebelles sont désormais aux portes de Damara, à quelques 75 kilomètres de la capitale, Bangui.

Bozizé attendu à Libreville

La délégation des rebelles de la coalition Séléka est déjà arrivée à Libreville, dans un vol des Nations unies arrivé de Bria, leur fief. Elle est menée par Michel Djotodia et est pour le moment composée de deux de ses aides de camp, de cinq membres de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) et de deux autres de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Eric Massi, le porte-parole de la coalition, qui s’était d’abord opposé à la tenue rapide de négociations, devrait arriver prochainement depuis Paris (France).

Retardée par des conditions météorologiques difficiles, la délégation gouvernementale est arrivée le 8 janvier.

François Bozizé, le chef de l’État centrafricain, s’est rendu hier à Brazzaville, pour y rencontrer son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise. Il y a répété qu’il est attaqué par des « mercenaires venus de l’extérieur » et qu’il n’était pas question qu’il quitte prématurément le pouvoir. Il a déjà fait promis de ne pas changer la Constitution, de nommer un gouvernement d’union nationale et de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle, prévue en 2016. De leur côté, les rebelles continuent de demander le départ de François Bozizé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris [...]

Centrafrique : un neveu de François Bozizé porte plainte contre Michel Sapin

Ange Ouefio Goningai, un neveu de l'ex-président de la République centrafricaine François Bozizé, a porté plainte contre le ministre français des Finances, à qui il reproche le gel[...]

Centrafrique : plus de 350 enfants-soldats relâchés par des groupes armés

Plus de 350 enfants-soldats, dont plusieurs âgés de moins de 12 ans, ont été libérés jeudi par des groupes armés centrafricains, à la suite d'un accord signé avec[...]

Centrafrique : ce qu'il faut retenir du forum de Bangui

Le forum de Bangui s'est achevé lundi par une cérémonie solennelle organisée à l'Assemblée nationale. Pendant une semaine, près de 600 participants venus des quatre coins du pays[...]

Centrafrique : CSP, son ministre et les "grandes oreilles"

Après l'affaire du prêt angolais dont les modalités et la répartition ont beaucoup fait jaser à Bangui, le gouvernement de transition que préside Catherine Samba-Panza (CSP)[...]

Centrafrique : la justice française va enquêter sur l'affaire des viols sur mineurs

Le procureur de la République de Paris a annoncé jeudi que des juges français vont enquêter sur les accusations de viols commis par des militaires de l’opération Sangaris sur des mineurs[...]

Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

L'État centrafricain va engager des poursuites contre les militaires français accusés de viol d'enfants à Bangui.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important[...]

Centrafrique : à quoi sert le forum de Bangui ?

Après plusieurs reports, le forum de Bangui s'est finalement ouvert lundi dans l'enceinte de l'Assemblée nationale. Ces assises de la réconciliation, qui se dérouleront toute la semaine, constituent[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : si un soldat est coupable, il doit se dénoncer, affirme Le Drian

Si un soldat français s'est rendu coupable de viol sur un enfant lors de la mission Sangaris en Centrafrique, il doit "se dénoncer immédiatement", a estimé le ministre français de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers