Extension Factory Builder
08/01/2013 à 18:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé (g) et Denis Sassou Nguesso (d) à Brazzaville, le 7 janvier 2013. François Bozizé (g) et Denis Sassou Nguesso (d) à Brazzaville, le 7 janvier 2013. © AFP

François Bozizé a déclaré mardi 8 janvier à Bangui qu'il ne voulait "pas négocier" son départ réclamé par la rébellion du Séléka. De leur côté, une délégation des rebelles et des diplomates d’Afrique centrale sont déjà arrivés à Libreville, au Gabon, pour entamer des négociations. Le chef de l'État et des représentants du gouvernement centrafricain sont eux toujours attendus.  

« Je n'ai pas à négocier (mon départ), est-ce que la rébellion représente le peuple centrafricain ? Je n'ai pas à négocier une fonction de chef d'État », a déclaré mardi le président François Bozizé en réponse à un journaliste lui demandant s'il était prêt à satisfaire les exigences de la rébellion.

« Ce sont des mercenaires terroristes. (...), des hors la loi », a-t-il poursuivi.

Un mois après le début des attaques rebelles contre le pouvoir centrafricain, les différentes parties ont par ailleurs accepté de s’asseoir à la table des négociations, à Libreville, au Gabon. Ce mardi 8 janvier doit se tenir une réunion liminaire des ministres des Affaires étrangères d’Afrique centrale. Elle sera suivie demain, par un suivi des accords de paix, puis, jeudi 10 janvier, par un sommet des chefs d’État de la Communauté des États d’Afrique centrale (CEEAC). Ce dernier aura pour objet de clarifier la situation militaire, alors que les troupes rebelles sont désormais aux portes de Damara, à quelques 75 kilomètres de la capitale, Bangui.

Bozizé attendu à Libreville

La délégation des rebelles de la coalition Séléka est déjà arrivée à Libreville, dans un vol des Nations unies arrivé de Bria, leur fief. Elle est menée par Michel Djotodia et est pour le moment composée de deux de ses aides de camp, de cinq membres de l’Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) et de deux autres de la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP). Eric Massi, le porte-parole de la coalition, qui s’était d’abord opposé à la tenue rapide de négociations, devrait arriver prochainement depuis Paris (France).

Retardée par des conditions météorologiques difficiles, la délégation gouvernementale est arrivée le 8 janvier.

François Bozizé, le chef de l’État centrafricain, s’est rendu hier à Brazzaville, pour y rencontrer son homologue congolais, Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise. Il y a répété qu’il est attaqué par des « mercenaires venus de l’extérieur » et qu’il n’était pas question qu’il quitte prématurément le pouvoir. Il a déjà fait promis de ne pas changer la Constitution, de nommer un gouvernement d’union nationale et de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle, prévue en 2016. De leur côté, les rebelles continuent de demander le départ de François Bozizé.

(Avec AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine A[...]

Centrafrique : la communauté internationale promet son aide mais veut des avancées

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza est venue s'assurer vendredi à l'ONU du soutien de la communauté internationale, qui laisse percer quelques signes d'impatience face à la[...]

Centrafrique : la Séléka et les anti-balaka dans le viseur de la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi son intention d'ouvrir une deuxième enquête sur les crimes commis en Centrafrique depuis août 2012.[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Centrafrique : le pape demande que la violence cède le pas au dialogue

Le pape François a demandé dimanche que "la violence cède le pas au dialogue" en Centrafrique afin de protéger les populations civiles, à la veille du déploiement de la mission[...]

Photojournalistes : à leurs risques et périls

Comment témoigner du drame centrafricain ? À l'occasion du festival Visa pour l'image, à Perpignan, trois expositions illustrent un quotidien secoué par les violences interreligieuses. Et[...]

Centrafrique : N'Guendet et son agenda caché

Le président du Parlement de transition centrafricain, Alexandre-Ferdinand N'Guendet, est entré en guerre ouverte avec la présidente de transition, Catherine Samba-Panza[...]

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers