Extension Factory Builder
08/01/2013 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des islamistes d'Ansar Eddine près de Tombouctou, en avril 2012. Des islamistes d'Ansar Eddine près de Tombouctou, en avril 2012. © AFP

Plusieurs convois de pick-up transportant des jihadistes fortement armés ont fait route, lundi 7 janvier, vers le sud du Mali. Des unités islamistes sont désormais proches de la ligne de démarcation, dan la région de Mopti. Dans la nuit de lundi à mardi, l'armée a procédé des tirs de sommation près de l'aéroport de la ville.

D'après des sources militaires, plusieurs colonnes de jihadistes lourdement armés sont descendus lundi vers la ligne de démarcation, dans la région de Mopti, à environ 500 kilomètres au nord-est de Bamako. Les islamistes radicaux auraient atteint la zone de Bourei, à 25 kilomètres du dernier poste tenu par les forces maliennes.

« Les insurgés avancent et ont été repérés en plusieurs endroits (...) Nous les attendons. S'ils nous attaquent, nous riposterons », a indiqué un responsable militaire malien.

Dans la nuit de lundi à mardi, l'armée malienne a effectivement procédé à des tirs de sommation dans les environs de l'aéroport de Konna, près de Mopti. D'après RFI, les troupes régulières auraient même légèrement avancé vers les combattants jihadistes. De la ligne de front située à Konna, elles auraient progressé en direction de la ville de Douenzta, forçant leurs ennemis à reculer.

Mardi matin, le calme était revenu à Mopti mais une partie de la population craignait une nouvelle attaque des jihadistes. Certaines compagnies de bus souhaitent stopper leurs liaisons avec le Nord du pays, contrôlé depuis neuf mois par des groupes islamistes radicaux liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L'ombre d'Ansar Eddine

Ansar Eddine, l'un des groupes rebelles qui a récemment renoncé au cessez-le-feu avec le gouvernement malien, a refusé de dire s'il déplaçait ses troupes ou s'il préparait un assaut. « Pour des raisons stratégiques, nous ne disons pas où se trouvent nos combattants. Le gouvernement malien est responsable de ses propos, quels qu'ils soient, sur des mouvements de troupes », a déclaré le porte-parole d'Ansar Eddine, Sanda Ould Boumama. Des émissaires d'Ansar Eddine doivent par ailleurs retrouver le gouvernement malien le 10 janvier, à Ouagadougou, pour de nouvelles discussions.

Le ministre de la Défense, le colonel Yamoussa Camara, a pour sa part déclaré au micro de RFI que des « groupes jihadistes » s'étaient déployés en plusieurs endroits de la ligne de la démarcation séparant le Nord, aux mains des islamistes radicaux, du Sud, contrôlé par le gouvernement.

En décembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a a donné son feu vert au déploiement d'un contingent de troupes ouest-africaines pour chasser les groupes jihadistes du Nord-Mali. L'opération ne devrait toutefois pas être lancée avant septembre 2013.

(Avec agences)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola. Pou[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Le Mali confirme que des jihadistes ont été libérés en échange de l'ex-otage français Lazarevic

Plusieurs prisonniers détenus à Bamako ont bien été libérés en échange de l'ex-otage français Serge Lazarevic, a confirmé vendredi le ministre malien de la Justice,[...]

Mali : vers un accord de paix définitif ?

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) paraît peu enclin à signer le projet d'accord de paix proposé par la médiation algérienne. Bamako compte sur Rabat pour convaincre le[...]

Mali : la mort d'Ahmed el-Tilemsi, un coup dur pour le Mujao et Belmokhtar

Ahmed el-Tilemsi, l'un des principaux chefs jihadistes de la bande sahélo-saharienne, a été tué dans un raid mené par les militaires français dans le nord du Mali. Pour Paris, il s'agit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers