Extension Factory Builder
03/01/2013 à 18:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine. Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine. © AFP

Ansar Eddine, l’un des groupes islamistes combattant au Nord-Mali, a décidé, jeudi 3 janvier 2013, de "retirer [son] offre de cessation des hostilités". L’organisation avait proposé, en décembre à Alger, de stopper les combats dans le cadre des négociations menées au Burkina Faso.

Iyad Ag Ghaly fait machine arrière. Dans un communiqué publié jeudi par l'agence privée mauritanienne Sahara Médias, le chef d’Ansar Eddine a annoncé que son organisation retirait son « offre de cessation des hostilités concomitamment avec les négociations menées à Ouagadougou » autour du président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur pour l'Afrique de l'Ouest dans la crise malienne. Le mouvement islamiste Ansar Eddine s’était pourtant dit prêt, le 21 décembre à Alger, à cesser les hostilités au Nord-Mali et à négocier avec les autorités maliennes.

Dans son communiqué, Iyad Ag Ghaly a accusé le gouvernement malien « de mépriser cette offre à laquelle il n'a jamais répondu positivement », alors que cette proposition de cessation des hostilités avait été « arrachée » par des intermédiaires au terme de « rudes négociations ».

"Mauvaise foi manifeste des autorités maliennes"

Selon le chef d’Ansar Eddine, Bamako « mène une campagne sans précédent » et « recrute des mercenaires » pour écraser les populations du nord du Mali. Il fait ainsi clairement allusion à l'intervention militaire en préparation, pour laquelle le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution approuvant le déploiement d'une force armée internationale, le 20 décembre 2012.

Le communiqué d'Iyad Ag Ghaly est publié deux jours après qu'une délégation d'Ansar Eddine ait quitté Ouagadougou. Elle avait remis au président burkinabè, Blaise Compaoré, une « plateforme politique », où elle fustigeait « la mauvaise foi manifeste des autorités maliennes ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Mali : un nouveau gouvernement pour relancer la réconciliation

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a nommé les membres du gouvernement dirigé par le nouveau Premier ministre Moussa Mara, une équipe resserrée dont l'une des principales[...]

Journalistes de RFI assassinés au Mali : des juges français vont enquêter

Des juges d'instruction parisiens vont enquêter sur l'assassinat au Mali fin 2013 des deux journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Mali : le nouveau gouvernement formé, le ministre de la Réconciliation remplacé

Le nouveau Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a formé son gouvernement, dans lequel ne figure plus le ministre sortant de la Réconciliation, remplacé par l'ex-chef de la diplomatie, selon un[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Mali : trois suspects en garde à vue pour l'attaque de la résidence de Konaré

L'enquête sur l'attaque contre la résidence de l'ancien président malien Alpha Oumar Konaré, à Bamako, s'oriente vers la piste des voleurs de câble électrique. Trois suspects ont[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers