Extension Factory Builder
03/01/2013 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Carnet de route de Trésor Kibangula, journaliste à Jeune Afrique.

Une petite photo en noir et blanc trône sur le tableau de bord. L’effigie d’un homme tout de blanc vêtu tenant un bâton dans sa main droite. Regard vide et barbe blanche. « C’est mon marabout », me lâche le taximan avant de démarrer.  En sourdine, la prédication en wolof d’un khalife nous accompagne de la Pointe des Almadies  au marché de Sandaga. Ça change de la rumba congolaise et du ndombolo dans les taxis et « combi » de Kinshasa. Bienvenue à Dakar !
Ici, la religion, mieux la confrérie, prime sur la musique, voire sur tout.  « Moi, je  fais partie de Tidjanes, ajoute le chauffeur. Et lui, m’indiquant l’homme de la photo, c’est le représentant de notre communauté. » Autrement dit, le guide spirituel de la confrérie. Rien avoir avec ces autres marabouts, féticheurs ouest-africains pour la plupart, qui tiennent des cabinets de voyance prétendant résoudre tous nos problèmes dans tous les domaines de la vie : amour, mariage, fécondité, virilité, « retour immédiat de l’être aimé », …

À Dakar, tout le monde a son marabout. Une particularité de l’islam sénégalais sûrement. Un islam constitué de différentes confréries dans lesquelles des milliers de croyants se réclament d’un guide spirituel commun. Au marché, Alou qui vend des tee-shirts estampillés « Sénégal » ne fait pas bande à part. « Mon marabout se nomme Ahmadou Bamba. C’est le fondateur de la confrérie de Mourides à laquelle j’appartiens », m’explique-t-il, avant de se lancer dans une longue homélie des pouvoirs mystiques de quelques Seringe qui se sont succédé à la tête de la confrérie mouride depuis l’époque coloniale. « Notre guide spirituel a même marché plusieurs fois sur les eaux », persiste-t-il après avoir remarqué mon air dubitatif. Décidément, Jésus-Christ a fait des émules sur la terre de la Teranga…

Ici, on ne jure que par le nom de son marabout. C’est à lui qu’on doit avant tout allégeance, respect et considération. Son nom, comme celui de tous ses successeurs, revient dans presque toutes les conversations. On dirait Simon Kimbagu à la sénégalaise. Ce religieux congolais considéré par ses fidèles comme ... le Saint-Esprit. Et comme les Kimbaguistes à Nkamba, dans le Bas-Congo, les Tidjanes disposent également de leur ville sainte à Tivaoune et les Mourides à Touba. Là-bas, ce sont des marabouts qui font régner la loi.

Faiseurs de rois

Mais, au-delà de ces petits coins de sainteté, les marabouts sénégalais disposent également d’une grande aura dans les autres sphères de la vie publique, surtout en politique. Tels des faiseurs de rois en puissance. Abdoulaye Wade ne s’en cachait pas. L’ancien président sénégalais affirmait haut et fort demeurer un « disciple » des marabouts mourides. Macky Sall, lui, a promis la rupture. Le nouveau président voudrait que les marabouts redeviennent des citoyens ordinaires. Pas évident, même si les langues commencent peu à peu à se délier pour dénoncer certains abus de ces hommes longtemps considérés comme des saints intouchables.

Une affaire en particulier continue à faire grand bruit dans les rues de Dakar. « Un marabout est en détention », murmure Alou, avec un brin d’indignation à peine voilée. L’incriminé s’appelle Cheikh Béthio Thioune, le guide des Thiantacounes. La justice sénégalaise aurait des raisons de croire à son implication dans le meurtre en avril dernier de deux de ses disciples, retrouvés morts aux alentours de sa maison.

Les déboires judiciaires de Béthio Thioune n’entament pour autant pas la confiance des Sénégalais à leurs marabouts. À quelques pas du marché, un attroupement autour d’un hangar installé pour la circonstance. Quatre personnes sont assises devant un groupe d’adeptes bien attentifs. Au milieu, des nattes. À tour de rôle, chacun s’approche, se prosterne. Le marabout lui met la main sur tête et prononce quelques mots. Le tour est joué. On se lève et on laisse la place aux autres. Tout le monde y passe. Ou presque. Car derrière la scène se faufilent des passants qui se dirigent vers Sandaga. Tranquillement. Ainsi va le pays des marabouts.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Procès Karim Wade : Bibo Bourgi a quitté le Sénégal pour se faire soigner en France

Procès Karim Wade : Bibo Bourgi a quitté le Sénégal pour se faire soigner en France

Apres 20 mois d'atermoiements, la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a finalement autorisé Bibo Bourgi, personnage central du procès de Karim Wade, à quitter le Sénég[...]

Sénégal - Procès Wade : en attendant Bibo Bourgi

Au Sénégal, le procès de Karim Wade reste suspendu à l'état de santé d'Ibrahim Aboukhalil, alias Bibo Bourgi.[...]

Hajj : l'Afrique de l'Ouest dans les starting-blocks

Quelques semaines avant le début du hajj, l'Afrique de l'Ouest est parée pour ce grand pélerinage.[...]

Hajj : Ebola n'ébranle pas la foi

Malgré la fièvre qui sévit dans la région, nombreux sont les Ouest-Africains à emprunter la route de La Mecque. Reportage dans la capitale sénégalaise.[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Ebola : le Sénégal ouvre un corridor humanitaire pour acheminer de l'aide

Le Sénégal a ouvert un corridor humanitaire aérien pour permettre d'acheminer de l'aide dans les trois pays les plus touchés par le virus Ebola, après la fermeture de ses frontières le 21[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Design : Ousmane Mbaye, l'homme de fer

Son matériau de prédilection ? Le métal, sous toutes ses formes. Le Sénégalais fête ses dix ans de création. L'occasion de revenir sur cette figure de la création[...]

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Jean, Nfumu, Lopes, L'Estrac, Buyoya... Qui sera le prochain secrétaire général de l'organisation ? Entre désaccords africains et hésitations françaises, le suspense reste entier.[...]

Michaëlle Jean : "Ma candidature à la Francophonie est le résultat d'une écoute"

À deux mois du sommet de l'OIF, prévu à Dakar les 29 et 30 novembre, cinq candidats sont en lice. Parmi eux, la Canadienne d'origine haïtienne Michaëlle Jean, qui aspire à devenir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers