Extension Factory Builder
03/01/2013 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Carnet de route de Trésor Kibangula, journaliste à Jeune Afrique.

Une petite photo en noir et blanc trône sur le tableau de bord. L’effigie d’un homme tout de blanc vêtu tenant un bâton dans sa main droite. Regard vide et barbe blanche. « C’est mon marabout », me lâche le taximan avant de démarrer.  En sourdine, la prédication en wolof d’un khalife nous accompagne de la Pointe des Almadies  au marché de Sandaga. Ça change de la rumba congolaise et du ndombolo dans les taxis et « combi » de Kinshasa. Bienvenue à Dakar !
Ici, la religion, mieux la confrérie, prime sur la musique, voire sur tout.  « Moi, je  fais partie de Tidjanes, ajoute le chauffeur. Et lui, m’indiquant l’homme de la photo, c’est le représentant de notre communauté. » Autrement dit, le guide spirituel de la confrérie. Rien avoir avec ces autres marabouts, féticheurs ouest-africains pour la plupart, qui tiennent des cabinets de voyance prétendant résoudre tous nos problèmes dans tous les domaines de la vie : amour, mariage, fécondité, virilité, « retour immédiat de l’être aimé », …

À Dakar, tout le monde a son marabout. Une particularité de l’islam sénégalais sûrement. Un islam constitué de différentes confréries dans lesquelles des milliers de croyants se réclament d’un guide spirituel commun. Au marché, Alou qui vend des tee-shirts estampillés « Sénégal » ne fait pas bande à part. « Mon marabout se nomme Ahmadou Bamba. C’est le fondateur de la confrérie de Mourides à laquelle j’appartiens », m’explique-t-il, avant de se lancer dans une longue homélie des pouvoirs mystiques de quelques Seringe qui se sont succédé à la tête de la confrérie mouride depuis l’époque coloniale. « Notre guide spirituel a même marché plusieurs fois sur les eaux », persiste-t-il après avoir remarqué mon air dubitatif. Décidément, Jésus-Christ a fait des émules sur la terre de la Teranga…

Ici, on ne jure que par le nom de son marabout. C’est à lui qu’on doit avant tout allégeance, respect et considération. Son nom, comme celui de tous ses successeurs, revient dans presque toutes les conversations. On dirait Simon Kimbagu à la sénégalaise. Ce religieux congolais considéré par ses fidèles comme ... le Saint-Esprit. Et comme les Kimbaguistes à Nkamba, dans le Bas-Congo, les Tidjanes disposent également de leur ville sainte à Tivaoune et les Mourides à Touba. Là-bas, ce sont des marabouts qui font régner la loi.

Faiseurs de rois

Mais, au-delà de ces petits coins de sainteté, les marabouts sénégalais disposent également d’une grande aura dans les autres sphères de la vie publique, surtout en politique. Tels des faiseurs de rois en puissance. Abdoulaye Wade ne s’en cachait pas. L’ancien président sénégalais affirmait haut et fort demeurer un « disciple » des marabouts mourides. Macky Sall, lui, a promis la rupture. Le nouveau président voudrait que les marabouts redeviennent des citoyens ordinaires. Pas évident, même si les langues commencent peu à peu à se délier pour dénoncer certains abus de ces hommes longtemps considérés comme des saints intouchables.

Une affaire en particulier continue à faire grand bruit dans les rues de Dakar. « Un marabout est en détention », murmure Alou, avec un brin d’indignation à peine voilée. L’incriminé s’appelle Cheikh Béthio Thioune, le guide des Thiantacounes. La justice sénégalaise aurait des raisons de croire à son implication dans le meurtre en avril dernier de deux de ses disciples, retrouvés morts aux alentours de sa maison.

Les déboires judiciaires de Béthio Thioune n’entament pour autant pas la confiance des Sénégalais à leurs marabouts. À quelques pas du marché, un attroupement autour d’un hangar installé pour la circonstance. Quatre personnes sont assises devant un groupe d’adeptes bien attentifs. Au milieu, des nattes. À tour de rôle, chacun s’approche, se prosterne. Le marabout lui met la main sur tête et prononce quelques mots. Le tour est joué. On se lève et on laisse la place aux autres. Tout le monde y passe. Ou presque. Car derrière la scène se faufilent des passants qui se dirigent vers Sandaga. Tranquillement. Ainsi va le pays des marabouts.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre gal[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

"Gospel Journey" : Faada Freddy à la folie

Sans instruments, armé de sa seule voix et de son corps, le chanteur du groupe Daara-J ose un premier album solo percutant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130103172246 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130103172246 from 172.16.0.100