Extension Factory Builder
03/01/2013 à 13:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Martin Ziguélé, ex-Premier ministre centrafricain, président du MLPC. Martin Ziguélé, ex-Premier ministre centrafricain, président du MLPC. © DR

Alors que des négociations doivent s’ouvrir le 8 janvier à Libreville au Gabon, l’opposition politique centrafricaine a estimé dans un communiqué rédigé à Bangui le 29 décembre, que toute solution de sortie de crise incluant le maintien à la tête de l’État du président François Bozizé est "vouée à l’échec".

Dans un communiqué rédigé à Bangui le 29 décembre, l’opposition démocratique centrafricaine estime que toute solution de sortie de crise incluant le maintien à la tête de l’État du président François Bozizé est « vouée à l’échec ». Le document auquel Jeune Afrique a eu accès est signé par le Mouvement démocratique pour la renaissance et l'évolution de Centrafrique (MDREC) de Joseph Bendounga, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) de l'ancien Premier ministre, Martin Zinguéle, le Parti pour la transformation radicale et l’intégration des États de Maître Crépin Mboli-Goumba, le Rassemblement démocratique centrafricain de Louis Pierre Gamba, et l’Union démocratique du peuple pour le progrès de Maïtart Djim-Arem.

Considérant que « le Général François Bozizé a perdu toute crédibilité auprès du peuple centrafricain et de la communauté internationale », que son régime est « militairement défait », l’opposition politique exige, comme condition sine qua non de sortie de crise, « la démission du Général François Bozizé et la mise en place d’une transition politique » et des mesures suivantes :

- Suspension de la Constitution
- Dissolution de l’Assemblée nationale
- Démission du gouvernement
- Désignation d’un président de la transition
- Mise en place d’une Assemblée nationale de transition
- Formation d’un gouvernement de transition

Cette transition, dont la durée n’excédera pas 36 mois, prendra fin avec l’organisation d’élections générales auxquelles les signataires de cette proposition de sortie de crise stipulent que « les responsables des institutions de transition (président de la République, président de l’Assemblée nationale, et Premier ministre) s’engageront à ne pas participer.

Négociations

Des négociations doivent se tenir à Libreville le 8 janvier sous l’égide de la communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC). Cette dernière souhaite que ces pourparlers soient élargis à l’opposition démocratique centrafricaine.

Le porte-parole de la coalition Séléka a annoncé mercredi 2 janvier que la rébellion acceptait d’y participer tout en demandant le départ du président Bozizé. Mais la coalition ne semble pas parler d’une seule voix. Quelques heures plus tard, Armel Sayo, un des chefs militaires de la rébellion, assurait sur TV5 Monde qu’ « il est hors de question que le Séléka puisse prendre part à ces discussions. Nous allons mener une lutte et nous irons jusqu’au bout ». « Il y a encore des hésitations au sein du mouvement », confie un membre de la rébellion joint par Jeune Afrique.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

Centrafrique : Catherine Samba-Panza reçue le 27 mai à l'Élysée

La présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, doit être reçue le 27 mai à l'Élysée par le chef de l'État français, François Hollande, a appris [...]

Centrafrique : un neveu de François Bozizé porte plainte contre Michel Sapin

Ange Ouefio Goningai, un neveu de l'ex-président de la République centrafricaine François Bozizé, a porté plainte contre le ministre français des Finances, à qui il reproche le gel[...]

Centrafrique : plus de 350 enfants-soldats relâchés par des groupes armés

Plus de 350 enfants-soldats, dont plusieurs âgés de moins de 12 ans, ont été libérés jeudi par des groupes armés centrafricains, à la suite d'un accord signé avec[...]

Centrafrique : ce qu'il faut retenir du forum de Bangui

Le forum de Bangui s'est achevé lundi par une cérémonie solennelle organisée à l'Assemblée nationale. Pendant une semaine, près de 600 participants venus des quatre coins du pays[...]

Centrafrique : CSP, son ministre et les "grandes oreilles"

Après l'affaire du prêt angolais dont les modalités et la répartition ont beaucoup fait jaser à Bangui, le gouvernement de transition que préside Catherine Samba-Panza (CSP)[...]

Centrafrique : la justice française va enquêter sur l'affaire des viols sur mineurs

Le procureur de la République de Paris a annoncé jeudi que des juges français vont enquêter sur les accusations de viols commis par des militaires de l’opération Sangaris sur des mineurs[...]

Viols sur mineurs : la Centrafrique va engager des poursuites contre les militaires français accusés

L'État centrafricain va engager des poursuites contre les militaires français accusés de viol d'enfants à Bangui.[...]

Centrafrique : les groupes armés s'engagent à libérer leurs enfants-soldats

En marge du Forum de Bangui, huit groupes rebelles centrafricains ont signé mardi un accord avec le pouvoir au sujet de la libération des enfants-soldats enrolés de force dans leurs troupes. Un pas important[...]

Centrafrique : à quoi sert le forum de Bangui ?

Après plusieurs reports, le forum de Bangui s'est finalement ouvert lundi dans l'enceinte de l'Assemblée nationale. Ces assises de la réconciliation, qui se dérouleront toute la semaine, constituent[...]

Viols d'enfants en Centrafrique : si un soldat est coupable, il doit se dénoncer, affirme Le Drian

Si un soldat français s'est rendu coupable de viol sur un enfant lors de la mission Sangaris en Centrafrique, il doit "se dénoncer immédiatement", a estimé le ministre français de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers