Extension Factory Builder
03/01/2013 à 13:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Martin Ziguélé, ex-Premier ministre centrafricain, président du MLPC. Martin Ziguélé, ex-Premier ministre centrafricain, président du MLPC. © DR

Alors que des négociations doivent s’ouvrir le 8 janvier à Libreville au Gabon, l’opposition politique centrafricaine a estimé dans un communiqué rédigé à Bangui le 29 décembre, que toute solution de sortie de crise incluant le maintien à la tête de l’État du président François Bozizé est "vouée à l’échec".

Dans un communiqué rédigé à Bangui le 29 décembre, l’opposition démocratique centrafricaine estime que toute solution de sortie de crise incluant le maintien à la tête de l’État du président François Bozizé est « vouée à l’échec ». Le document auquel Jeune Afrique a eu accès est signé par le Mouvement démocratique pour la renaissance et l'évolution de Centrafrique (MDREC) de Joseph Bendounga, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) de l'ancien Premier ministre, Martin Zinguéle, le Parti pour la transformation radicale et l’intégration des États de Maître Crépin Mboli-Goumba, le Rassemblement démocratique centrafricain de Louis Pierre Gamba, et l’Union démocratique du peuple pour le progrès de Maïtart Djim-Arem.

Considérant que « le Général François Bozizé a perdu toute crédibilité auprès du peuple centrafricain et de la communauté internationale », que son régime est « militairement défait », l’opposition politique exige, comme condition sine qua non de sortie de crise, « la démission du Général François Bozizé et la mise en place d’une transition politique » et des mesures suivantes :

- Suspension de la Constitution
- Dissolution de l’Assemblée nationale
- Démission du gouvernement
- Désignation d’un président de la transition
- Mise en place d’une Assemblée nationale de transition
- Formation d’un gouvernement de transition

Cette transition, dont la durée n’excédera pas 36 mois, prendra fin avec l’organisation d’élections générales auxquelles les signataires de cette proposition de sortie de crise stipulent que « les responsables des institutions de transition (président de la République, président de l’Assemblée nationale, et Premier ministre) s’engageront à ne pas participer.

Négociations

Des négociations doivent se tenir à Libreville le 8 janvier sous l’égide de la communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC). Cette dernière souhaite que ces pourparlers soient élargis à l’opposition démocratique centrafricaine.

Le porte-parole de la coalition Séléka a annoncé mercredi 2 janvier que la rébellion acceptait d’y participer tout en demandant le départ du président Bozizé. Mais la coalition ne semble pas parler d’une seule voix. Quelques heures plus tard, Armel Sayo, un des chefs militaires de la rébellion, assurait sur TV5 Monde qu’ « il est hors de question que le Séléka puisse prendre part à ces discussions. Nous allons mener une lutte et nous irons jusqu’au bout ». « Il y a encore des hésitations au sein du mouvement », confie un membre de la rébellion joint par Jeune Afrique.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Centrafrique : Samba-Panza, dos Santos et les 10 millions de dollars

En mars, le président angolais José Eduardo dos Santos avait octroyé un don de 10 millions de dollars à son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza afin de renflouer son pays en [...]

Centrafrique : Luanda annonce la participation des troupes angolaises à la Minusca

Un officiel de la diplomatie angolaise a annoncé lundi que Luanda enverra ses troupes en Centrafrique pour prendre part à la Minusca. Ce sera la première participation de l'Angola dans une opération de[...]

Centrafrique : des militaires tchadiens pour la sécurité de Catherine Samba-Panza ?

La présidente centrafricaine par intérim, Catherine Samba-Panza, souhaiterait que sa sécurité soit assurée par un contingent de militaires tchadiens.[...]

Centrafrique : à la Séléka, c'est chacun pour soi

Elle contrôle encore plus de la moitié du territoire, mais jamais l'ancienne rébellion Séléka n'a été aussi divisée. Ses chefs historiques, Michel Djotodia et Noureddine[...]

Centrafrique : la communauté internationale promet son aide mais veut des avancées

La présidente de transition centrafricaine Catherine Samba Panza est venue s'assurer vendredi à l'ONU du soutien de la communauté internationale, qui laisse percer quelques signes d'impatience face à la[...]

Centrafrique : la Séléka et les anti-balaka dans le viseur de la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé mercredi son intention d'ouvrir une deuxième enquête sur les crimes commis en Centrafrique depuis août 2012.[...]

Crises : CMI, DRC, Carter Center... les diplomates de l'ombre

Ils agissent en coulisses, quand les organismes officiels peinent à résoudre un conflit armé. Mais les méthodes et les résultats de ces négociateurs privés ne font pas[...]

Tchad - Centrafrique : normalisation en cours

Les signes de la normalisation des relations entre la Centrafrique de Catherine Samba-Panza et le Tchad de Idriss Déby Itno se multiplient.[...]

Centrafrique : la Minusca prend officiellement le relais de la Misca

La Minusca commence à se déployer officiellement en Centrafrique ce lundi. La mission onusienne remplace la mission africaine dans le pays et devra compter à terme quelque 12 000 hommes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers