Extension Factory Builder
03/01/2013 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé, dans son bureau à la présidence, à Bangui, en juillet 2010. François Bozizé, dans son bureau à la présidence, à Bangui, en juillet 2010. © Vincent Fournier/JA

Le chef de l’État centrafricain, François Bozizé, a limogé, mercredi 2 janvier, le ministre délégué chargé de la Défense, son propre fils Jean-Francis, ainsi que le chef d’État major, Guillaume Lapo.

On n’est évidemment jamais mieux servi que par soi-même. François Bozizé, le chef de l’État centrafricain, a limogé son dispositif de défense qui s’est révélé inefficace à contrer l’avancée des rebelles depuis la mi-décembre, et a repris directement la gestion de l'armée.

Mercredi 2 janvier, un décret présidentiel lu à la radio a ainsi annoncé le départ du ministre délégué à la Défense, son propre fils Jean-Francis Bozizé, ainsi que celui du chef d’État major des Forces armées centrafricaines (FACA), Guillaume Lapo. Le chef de l’État centrafricain s’est attribué le poste de ministre de la Défense, tandis que le général Michel Bémakoussi était nommé directeur de cabinet de la Défense.

À lire aussi

Centrafrique : l'opposition demande le départ de Bozizé

Sanction

Le limogeage de Jean-Francis Bozizé permet à son père de montrer qu’il prend les sanctions auprès des responsables de la débâcle militaire tout en faisant un geste symbolique à l’égard des Centrafricains, choqués par la facilité avec laquelle les rebelles de la coalition Séléka se sont emparés des deux-tiers du pays en moins de trois semaines.

État des forces en présence, sur le territoire centrafricain

(Cliquez sur les pictogrammes pour voir l'avancée des rebelles)


Afficher Avancée des rebelles de la coalition Séléka sur une carte plus grande

À plusieurs reprises, lors de son discours de vœux à la nation, le 31 décembre, Bozizé a dénoncé l’inaction des FACA face à l’avancée des rebelles. « Si l’armée était disciplinée et remplissait sa mission correctement, avait-t-il dit, nous n’allions pas en arriver à la situation actuelle.»

Négociations en vue

Si les rebelles ont finalement stoppé leur offensive à Sibut, et n’ont pas franchi le verrou de Damara, à environ 75 km de Bangui, c’est surtout grâce à la présence des troupes tchadiennes, envoyées au moment de Noël, et aux coups de semonce répétés des responsables régionaux de la Force multinationale d’Afrique centrale (Fomac).

De leur côté, les rebelles ont annoncé qu’ils stoppaient pour le moment leur progression et acceptaient de venir dialoguer à Libreville, à la demande des chefs d’États d’Afrique centrale. Ils réclament le départ de François Bozizé et souhaitent trouver une solution qui permette à l’actuel chef de l’État de quitter le pouvoir.

Les négociations pourraient commencer le 10 janvier à Libreville.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Centrafrique : médiation internationale à Bangui après les violences

Une délégation de la médiation internationale dans la crise centrafricaine était en visite à Bangui, samedi, pour rencontrer autorités et groupes armés afin de "ramener le ca[...]

Centrafrique - Anicet Dologuélé : "Samba-Panza n'est pas à l'écoute"

Pour l'ex-Premier ministre et futur candidat à l'élection présidentielle centrafricaine Anicet Dologuélé, le gouvernement centrafricain pèche par manque de transparence dans sa[...]

Centrafrique : six miliciens anti-balaka tués dans des affrontements avec la Minusca

Six miliciens anti-balaka ont été tués mercredi à Bangui dans un échange de tirs avec les forces internationales, a déclaré la Minusca jeudi.[...]

Centrafrique : quatre morts après de nouvelles violences à Bangui

Une attaque de miliciens anti-balaka mardi dans un quartier de Bangui a fait au moins quatre morts.[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza dénonce "une tentative de coup d'État institutionnel"

La présidente centrafricaine de la transition, Catherine Samba-Panza, a estimé mardi que les violences qui secouent Bangui depuis un peu moins d'une semaine s'apparentent à "une tentative de coup[...]

Centrafrique : un prêtre polonais enlevé dans l'Ouest

Des hommes armés fidèles au rebelle Abdoulaye Miskine ont enlevé un missionnaire polonais résidant à Baboua, dans l'ouest de la Centrafrique. Ils demandent la libération du leur chef[...]

Centrafrique : Catherine Samba-Panza va rencontrer "les forces vives de la Nation"

Catherine Samba-Panza, la présidente de la transition centrafricaine, entame mardi une série de rencontres avec les "forces vives de la Nation". Objectif : mettre fin au désordre que connaît[...]

Centrafrique : calme précaire à Bangui après plusieurs jours de violences

Le Premier ministre centrafricain, Mahamat Kamoun, avait appelé dimanche soir la population à reprendre ses activités.[...]

Centrafrique : relative accalmie à Bangui, les anti-balaka appellent à la trêve

Un calme relatif régnait dimanche matin à Bangui, au lendemain de la rencontre entre la présidente de la transition centrafricaine, Catherine Samba-Panza, et des responsables des miliciens anti-balaka, ces[...]

Centrafrique : un semblant de calme à Bangui, la présidente reçoit les anti-balaka

Un semblant de calme était revenu samedi à Bangui après quatre jours de violents affrontements, alors qu'une rencontre entre la présidente de la transition Catherine Samba Panza et des responsables[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers