Extension Factory Builder
03/01/2013 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé, dans son bureau à la présidence, à Bangui, en juillet 2010. François Bozizé, dans son bureau à la présidence, à Bangui, en juillet 2010. © Vincent Fournier/JA

Le chef de l’État centrafricain, François Bozizé, a limogé, mercredi 2 janvier, le ministre délégué chargé de la Défense, son propre fils Jean-Francis, ainsi que le chef d’État major, Guillaume Lapo.

On n’est évidemment jamais mieux servi que par soi-même. François Bozizé, le chef de l’État centrafricain, a limogé son dispositif de défense qui s’est révélé inefficace à contrer l’avancée des rebelles depuis la mi-décembre, et a repris directement la gestion de l'armée.

Mercredi 2 janvier, un décret présidentiel lu à la radio a ainsi annoncé le départ du ministre délégué à la Défense, son propre fils Jean-Francis Bozizé, ainsi que celui du chef d’État major des Forces armées centrafricaines (FACA), Guillaume Lapo. Le chef de l’État centrafricain s’est attribué le poste de ministre de la Défense, tandis que le général Michel Bémakoussi était nommé directeur de cabinet de la Défense.

À lire aussi

Centrafrique : l'opposition demande le départ de Bozizé

Sanction

Le limogeage de Jean-Francis Bozizé permet à son père de montrer qu’il prend les sanctions auprès des responsables de la débâcle militaire tout en faisant un geste symbolique à l’égard des Centrafricains, choqués par la facilité avec laquelle les rebelles de la coalition Séléka se sont emparés des deux-tiers du pays en moins de trois semaines.

État des forces en présence, sur le territoire centrafricain

(Cliquez sur les pictogrammes pour voir l'avancée des rebelles)


Afficher Avancée des rebelles de la coalition Séléka sur une carte plus grande

À plusieurs reprises, lors de son discours de vœux à la nation, le 31 décembre, Bozizé a dénoncé l’inaction des FACA face à l’avancée des rebelles. « Si l’armée était disciplinée et remplissait sa mission correctement, avait-t-il dit, nous n’allions pas en arriver à la situation actuelle.»

Négociations en vue

Si les rebelles ont finalement stoppé leur offensive à Sibut, et n’ont pas franchi le verrou de Damara, à environ 75 km de Bangui, c’est surtout grâce à la présence des troupes tchadiennes, envoyées au moment de Noël, et aux coups de semonce répétés des responsables régionaux de la Force multinationale d’Afrique centrale (Fomac).

De leur côté, les rebelles ont annoncé qu’ils stoppaient pour le moment leur progression et acceptaient de venir dialoguer à Libreville, à la demande des chefs d’États d’Afrique centrale. Ils réclament le départ de François Bozizé et souhaitent trouver une solution qui permette à l’actuel chef de l’État de quitter le pouvoir.

Les négociations pourraient commencer le 10 janvier à Libreville.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre polonai[...]

Cameroun : la présidence confirme la libération du prêtre polonais et de 15 autres otages

Dans un communiqué publié mercredi, la présidence camerounaise a confirmé la libération d'au moins 16 otages dont un missionnaire polonais, enlevés ces deux derniers mois par des rebelles[...]

Exclusif : libération d'un prêtre polonais enlevé en octobre dans l'ouest de la Centrafrique

Le père Mateusz Dziedzic, un prêtre polonais enlevé mi-octobre dans l'ouest de la Centrafrique, a été libéré mercredi.[...]

Centrafrique : pourquoi les experts de l'ONU veulent sanctionner Michel Djotodia

Les experts des Nations unies sur la Centrafrique ont demandé au Conseil de sécurité de sanctionner une dizaine de personnalités dont l'ancien président Michel Djotodia. Tous verraient alors[...]

Centrafrique : François Toussaint, un mercenaire belge sans foi ni loi

Son nom ne vous dira rien. Né au Congo, François Toussaint est un mercenaire belge qui a fini par refaire surface à Bangui. Un parcours improbable qui lui a valu d'être épinglé par[...]

Centrafrique : une transition en panne, qui va à vau-l'eau

Didier Niewiadowski a été conseiller de coopération et d'action culturelle à l'Ambassade de France à Bangui (2008-2012). Depuis les Accords de Libreville du 11 janvier 2013, trois chefs de[...]

Centrafrique : rapporteurs sous pression

Nommée en janvier, la commission d'enquête des Nations unies sur les violations des droits de l'homme en République centrafricaine doit remettre son rapport final à la fin de ce mois ou au[...]

Centrafrique : Bozizé et les méchants

Le président centrafricain déchu François Bozizé s'estime toujours indispensable à la résolution de la crise dans son pays.[...]

Pacôme Pabandji remporte le prix Rory Peck des JRI pour sa couverture de la crise en Centrafrique

Pacôme Pabandji, journaliste centrafricain de 23 ans, a remporté mercredi  le prestigieux prix Rory Peck, une distinction reconnue dans le monde entier qui récompense chaque année les meilleurs[...]

Biens mal acquis : la Centrafrique dépose plainte à Paris contre Bozizé

La Centrafrique a porté plainte cette semaine à Paris contre François Bozizé, pour obtenir une enquête sur les biens qui auraient été acquis par l'ex-président et son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces