Extension Factory Builder
03/01/2013 à 09:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
François Bozizé, dans son bureau à la présidence, à Bangui, en juillet 2010. François Bozizé, dans son bureau à la présidence, à Bangui, en juillet 2010. © Vincent Fournier/JA

Le chef de l’État centrafricain, François Bozizé, a limogé, mercredi 2 janvier, le ministre délégué chargé de la Défense, son propre fils Jean-Francis, ainsi que le chef d’État major, Guillaume Lapo.

On n’est évidemment jamais mieux servi que par soi-même. François Bozizé, le chef de l’État centrafricain, a limogé son dispositif de défense qui s’est révélé inefficace à contrer l’avancée des rebelles depuis la mi-décembre, et a repris directement la gestion de l'armée.

Mercredi 2 janvier, un décret présidentiel lu à la radio a ainsi annoncé le départ du ministre délégué à la Défense, son propre fils Jean-Francis Bozizé, ainsi que celui du chef d’État major des Forces armées centrafricaines (FACA), Guillaume Lapo. Le chef de l’État centrafricain s’est attribué le poste de ministre de la Défense, tandis que le général Michel Bémakoussi était nommé directeur de cabinet de la Défense.

À lire aussi

Centrafrique : l'opposition demande le départ de Bozizé

Sanction

Le limogeage de Jean-Francis Bozizé permet à son père de montrer qu’il prend les sanctions auprès des responsables de la débâcle militaire tout en faisant un geste symbolique à l’égard des Centrafricains, choqués par la facilité avec laquelle les rebelles de la coalition Séléka se sont emparés des deux-tiers du pays en moins de trois semaines.

État des forces en présence, sur le territoire centrafricain

(Cliquez sur les pictogrammes pour voir l'avancée des rebelles)


Afficher Avancée des rebelles de la coalition Séléka sur une carte plus grande

À plusieurs reprises, lors de son discours de vœux à la nation, le 31 décembre, Bozizé a dénoncé l’inaction des FACA face à l’avancée des rebelles. « Si l’armée était disciplinée et remplissait sa mission correctement, avait-t-il dit, nous n’allions pas en arriver à la situation actuelle.»

Négociations en vue

Si les rebelles ont finalement stoppé leur offensive à Sibut, et n’ont pas franchi le verrou de Damara, à environ 75 km de Bangui, c’est surtout grâce à la présence des troupes tchadiennes, envoyées au moment de Noël, et aux coups de semonce répétés des responsables régionaux de la Force multinationale d’Afrique centrale (Fomac).

De leur côté, les rebelles ont annoncé qu’ils stoppaient pour le moment leur progression et acceptaient de venir dialoguer à Libreville, à la demande des chefs d’États d’Afrique centrale. Ils réclament le départ de François Bozizé et souhaitent trouver une solution qui permette à l’actuel chef de l’État de quitter le pouvoir.

Les négociations pourraient commencer le 10 janvier à Libreville.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Centrafrique

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

Centrafrique : scepticisme à Bangui après l'accord de Brazzaville

L'accord de cessation des hostilités signé mercredi à Brazzaville sera-t-il appliqué ? En Centrafrique, ils sont peu à y croire.[...]

Carte : pour y voir clair dans le micmac des groupes rebelles de Centrafrique

À Brazzaville, où a finalement été signé un accord de cessez-le-feu a minima, le 23 juillet, l'ensemble des groupes armés de la crise centrafricaine était représenté.[...]

Centrafrique : les groupes armés signent un accord de fin des hostilités à Brazzaville

Mercredi soir, les délégués du forum de Brazzaville pour la réconciliation en Centrafrique ont signé un accord de cessation des hostilités. Il doit prendre effet immédiatement sur[...]

Centrafrique : l'ex-Séléka accepte de signer l'accord de cessez-le-feu à Brazzaville

Après avoir refusé de participer aux négociations de paix sur la Centrafrique à Brazzaville, l'ex-Séléka a finalement accepté mercredi de signer l'accord de cessation des[...]

Centrafrique : un accord de paix sera-t-il signé in extremis à Brazzaville ?

Neuf chefs militaires de l'ex-Séléka sont arrivés mardi soir à Brazzaville. Les autorités congolaises espèrent que leur présence permettra de débloquer les[...]

Centrafrique : les négociations de paix suspendues à Brazzaville

Les négociations pour la paix en Centrafrique ont été suspendues mardi à Brazzaville en raison de l'absence des représentants de l'ex-rébellion de la Séléka. Il reste moins[...]

Centrafrique : Jean-Serge Bokassa croit en son "destin politique"

Un brin mégalo, Jean-Serge Bokassa ose tout. Y compris se rêver en homme providentiel dans ce pays que son père dirigea jusqu'en 1979. La présidentielle de 2015 ? Il y pense très[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Damboa et massacre des civils

Les services nigérians ont annoncé lundi la prise de la ville de Damboa, dans l'État de Borno, par les combattants de Boko Haram. L'attaque meurtrière du groupe islamiste a eu lieu pendant le week-end,[...]

À Brazzaville, les ex-Séléka demandent la partition de la Centrafrique

L'ouverture des pourparlers de Brazzaville entre différents protagonistes de la crise centrafricaine a été marquée lundi par l'exigence de partition du pays posée par l'ex-Séléka.[...]

Centrafrique : ouverture à Brazzaville du "Forum pour la réconciliation nationale"

Un "Forum pour la réconciliation nationale et le dialogue politique" en Centrafrique se tient à Brazzaville du 21 au 23 juillet. Mais ses participants sont divisés et l'on voit mal comment les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers